L'Agriculteur Normand 05 septembre 2014 à 08h00 | Par Philippe LEGRAIN Pôle Économie & Prospective Chambres d’agriculture de Normandie Avec la participation financière de la Région Basse-Normandie

2020, quelle transformation laitière en Normandie ?

En 2015, les quotas laitiers seront supprimés. Quelles conséquences sur la transformation laitière ? Une prospective en 2020 rassemble les éléments du débat.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © CA NORMANDIE

Le 31 mars 2015, les quotas laitiers disparaîtront. Le Pôle Économie & Prospective des Chambres d’agriculture de Normandie a rassemblé les éléments du débat sur l’avenir des élevages en Normandie ; il a construit 3 scénarios d’avenir pour les élevages et la filière laitière de la Normandie. Cette étude n’est pas une prise de position politique, elle vise seulement à rassembler les éléments du débat sur les futurs possibles de la Normandie laitière.

La transformation laitière présente partout en Normandie

Lorsque l’on regarde la carte des implantations d’entreprises de transformation laitières en Normandie, il est frappant de voir que la couverture du territoire par les sites industriels est presque totale. Seule la partie Est de l’Eure en est dépourvue, mais juste à côté en Sarthe et en Eure-et-Loir des entreprises sont présentes et collectent leur lait sur la Normandie. Bien des régions françaises n’ont pas un tel atout pour produire du lait sur tout un territoire!

- © cirlait-criel-agreste

La transformation laitière principalement privée

Aujourd’hui, les coopératives transforment environ 17 % du lait en Normandie. Cette proportion pourrait-elle varier à l’avenir ? Plusieurs laiteries ont investi ou sont en phase d’investissement, pour développer leur capacité de transformation. Ce sont surtout des investissements dans des outils de fabrication de poudres de lait, et souvent à destination du marché mondial. Il s’agit d’un pari sur l’avenir. Si le marché mondial continue d’être aussi porteur dans les années qui viennent, volumes transformés par les coopératives pourraient en effet se développer. En revanche, les investissements sont moins visibles dans les industries à capitaux privés en Normandie. Même s’ils continuent à améliorer leurs outils de production ici ou là, on a peu connaissance de projets phares de développement du côté des Lactalis, Bongrain ou Danone, alors qu’on entend beaucoup parler des investissements de la coopérative Isigny-Ste Mère, d’Agrial ou de la CLHN.

Un scénario tendanciel, un scénario pessimiste, un scénario optimiste

Les travaux de prospective laitière qui seront présentés le 23 septembre prochain ont fait ressortir 3 scénarios : autour d’un scénario central, une variante pessimiste, où tous les indicateurs sont défavorables, et une variante optimiste, où tout va bien. Dans le scénario optimiste, les coopératives développeraient leurs volumes de manière significative d’ici 2020 en Normandie. Mais même dans le scénario pessimiste, personne ne voit le volume de lait traité en Normandie reculer à l’horizon 2020 !

Journée prospective lait le 23 septembre prochain

Le mardi 23 septembre, les Chambres d’agriculture de Normandie organisent une journée consacrée à la filière laitière normande et à ses perspectives à l’horizon 2020. Au cours de la journée, présentations et tables rondes s’enchaîneront. Pour vous inscrire, rendez-vous sur le site internet de la Chambre régionale d’agriculture : www.normandie.chambagri.fr/economie-jeminscris.asp

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui