L'Agriculteur Normand 30 mai 2018 à 12h00 | Par Sandrine Bossière

300 miss Normandes attendues à Lessay

Pendant trois jours, la Normande sera à l'honneur à Lessay : des génisses conduites par des jeunes du grand-Ouest et des vaches emmenées par des éleveurs de Normandie. Du 6 au 8 juillet, près de 300 Normandes sont donc attendues tout comme les visiteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © SB

L'association Normande 50 et Fan 50 (Futurs architectes de la Normande) ont décidé de mutualiser les énergies pour organiser un événement régional et national. Une première qui promet d'ores et déjà à moins de cinq semaines une belle réussite vu l'engouement au niveau des inscriptions. En effet, une soixantaine d'élevages s'est manifestée inscrivant près de 270 animaux. Un chiffre conséquent qui a conduit les organisateurs à prévoir une tournée de pré-choix. « Le nombre de places étant limité à 150, il convient dans chaque département de sélectionner les meilleurs sujets », précise François Lefauconnier, président de Normande 50. « Cela promet un niveau morphologique de haute volée et montre à la fois la motivation et l'engagement de nos éleveurs », ajoute-t-il.

Un jeune binôme de juges
Les 150 vaches seront réparties en douze sections selon leur âge, mais également en fonction de leur stade physiologique : en lactation ou en gestation. Au-delà de prix de sections, dix prix spéciaux seront attribués ainsi que les prix d'honneur, jusqu'à la grande championne décernée le 7 juillet.  La journée devrait être bien rythmée. Le public pourra suivre les commentaires des juges. Un binôme très jeune puisqu'il s'agit de Lucile Mahouin de l'Ille-et-Vilaine et Guillaume Moiziard du Morbihan, âgés respectivement de 29 et 21 ans.
Une photo d'équipe
Les 6 et 8 juillet, ce sont les jeunes qui seront sur le ring. Cette fois-ci, l'événement est d'envergure nationale. Le Fan Show devrait là aussi accueillir près de 150 jeunes issus de Normandie, de Bretagne et des Pays de la Loire essentiellement. La compétition débutera dès à présent. Aurore Duquesne, présidente de l'association manchoise annonce la couleur. « C'est à vous de jouer ! », lâche-t-elle en direction des jeunes. Effectivement, ils vont être regroupés par équipe de 9 à 12 jeunes. Et pour développer un esprit d'entraide, le challenge est lancé. « Chaque équipe est liée à une couleur. Elle devra trouver un nom d'équipe en lien avec la couleur. Ce nom sera aussi le thème du concours photo, photo prise dès le premier jour, le vendredi avec tous les membres de
l'équipe et une génisse de votre équipe », indique la présidente, qui travaille avec un groupe de bénévoles sur l'organisation de l'événement depuis près d'un an.

De 5 à 30 ans
La photo d'équipe sonnera le début des compétitions. En effet, le premier jour, le 6 juillet, le concours du meilleur présentateur de génisses lancera
l'événement. Dès 10 h 30, les premiers candidats entreront en piste avec leur génisse. Un binôme qui sera inséparable tout au long du week-end. L'épreuve consiste à présenter sa génisse le mieux possible. « Il faut savoir bien se positionner, et positionner l'animal, savoir se déplacer, être réactif à ce que dit le juge et être en harmonie avec son animal », commente Aurore Duquesne, qui se réjouit de jeunes compétiteurs, à savoir 5 ans. Certes, en amont, les jeunes s'entrainent chez eux. Mais lors de la compétition, la génisse sera en dehors de l'exploitation. Au jeune de savoir rassurer l'animal qu'il va bichonner bien entendu, qu'il va tondre et laver...Et même si les candidats peuvent concourir jusqu'à 30 ans, « ce n'est pas toujours le plus âgé qui remporte le concours. Des jeunes sont très professionnels dans leur déplacement », reconnaît la présidente manchoise. Et c'est l'italien Giusepe Beltramino qui jugera ce concours.

144 jeunes
Le dimanche 8 juillet, les jeunes reviendront sur le ring, cette fois-ci pour un concours où « la génisse est jugée sur ses aptitudes morphologiques », précise Aurore Duquesne. Les 150 animaux passeront sous les yeux de Jean-Philippe Duchange, juge originaire de l'Orne et Simon Buchot, du Maine-et-Loire. « C'est encourageant de voir autant de jeunes qui participent. Pour la première édition à Mayenne en 2013, il y avait 110 candidats, et 100 dans les Côtes-d'Armor en 2015. A Lessay, nous serons 144 », se réjouit la présidente.

Feu d'artifice
Ces trois jours vont mettre en avant la Normande. Tous passionnés par cette race, ils ont à coeur de faire rencontrer les professionnels de l'élevage, les jeunes de tous horizons et les citadins. Le programme d'animations de ces trois jours s'annonce riche et varié avec des démonstrations de cuisine avec l'association des Toques normandes, une mini-ferme, des démonstrations de travail par les chiens de berger, des animations autour du lait, sa valorisation, ses produits, la diffusion de films réalisés par les élèves des lycées agricoles et MFR, sans oublier un feu d'artifice. Ce programme peut se faire grâce aux partenaires, plus de 70, qui participent activement au budget évalué à 200 000 euros.
Alors, si les inscriptions des animaux est close, celle pour venir déjeuner est ouverte. Cinq semaines avant l'événement, plus de 1 000 réservations ont été enregistrées. Il n'y a pas de doute, ce rendez-vous normand de la Normande devrait rencontrer le succès escompté.

Rendez-vous les 6, 7 et 8 juillet à Lessay.
Contact : Olivier Pibouin, Chambre d'agriculture de Normandie
02 33 06 47 53, opibouin@manche.chambagri.fr

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui