L'Agriculteur Normand 01 juin 2016 à 08h00 | Par T.Guillemot

A la Chappelle-Viel (61), tchao l’AOP

Au GAEC de Villeplée (4 associés à La Chapelle-Viel), la production laitière AOP sera bientôt remisée au rayon des souvenirs. Une démarche économique assumée qui nourrira la réflexion lors des travaux de l’assemblée générale d’Orne Conseil Elevage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © TG

"Stratégie, économie et technique». Tel sera le thème de l’assemblée générale d’Orne Conseil Elevage qui se tiendra le 14 juin prochain. Tout d’abord en salle à Crulai le matin puis, in situ, l’après-midi à La Chapelle-Viel au GAEC de Villeplée.

Out le 30 mars 2017
148 ha dont 40 de prairie, 90 vaches laitières pour un droit à produire de 780 000 litres. Dans ce coin de Pays d’Auge revendiquant avec fierté ses AOP (Appellation d’Origine Protégée), ne manque que la Normande pâturant sous un pommier en fleurs pour sortir l’appareil photo. Mais le cliché s’arrête là. A l’installation en 1978, le troupeau était pourtant composé aux 3/4 de «bringées» mais, désormais, c’est la Prim’Holstein qui règne avec une moyenne d’étable de très haut niveau. Pas question cependant pour les 4 associés du GAEC ou les dirigeants d’Orne Conseil Elevage de rallumer la guerre des races. «Il n’y a pas de système unique, de modèle type. C’est l’économique qui doit primer», insiste-t-on.
Dans cette approche économique, il y a dans la colonne des plus la plus-value AOP d’environ 15 €/1 000 litres sur 80 % de la production. Au GAEC de Villeplée, qui fait le plein en terme de critères qualité, cela représente un supplément «moulé à la louche» de 1 000 à 1 500 € par mois. Par les temps qui courent, on apprécie à sa juste valeur cette meilleure valorisation.
Mais «patatra» avec l’évolution du cahier des charges AOP qui a revu à la hausse le taux de normandisation ainsi que les surfaces en herbe. «Certaines de nos parcelles sont AOP d’un côté du chemin et pas de l’autre», s’étonnent à ce titre nos éleveurs. Quant à l’idée de faire moins de blé pour réensemencer des prairies, cela signifierait plus d’achats de paille.
Reste le critère racial. Sans porter de jugement de valeur, réintroduire de la Normande suppose plus de vaches sous la stabulation et là ça ne passe plus côté bâtiment.
Nicolas et Magalie, la jeune génération mais en accord avec leurs parents, ont donc tranché. «On sort de l’AOP». Une décision qui pourrait sembler à contre-courant de la tendance générale, sembler politiquement incorrecte mais qui s’appuie sur des chiffres incontestables et sur une logique d’entreprise à long terme. «Parlons d’avenir,» propose Orne Conseil Elevage. Un avenir où différents modes de production correspondants à différents marchés cohabiteront au cœur d’une même entité géographique.

Programme
- 10 h 15 : assemblée générale ordinaire (rapport financier et du commissaire aux comptes, rapport d’activité - focus sur la nouvelle offre de service Bovins Croissance, vote des résolutions et élections, rapport d’orientation).
- 11 h 15 : le secteur laitier à la croisée des chemins (dynamique du marché des produits laitiers : évolutions tendancielles et relais de croissance, restructuration des exploitations laitières, forces et faiblesses du Grand Ouest et disparité des performances avec l’intervention de Vincent Chatellier, directeur du laboratoire d’études et de recherches économiques à l’INRA de Nantes).
- 12 h 15 : du constat technique aux perspectives (les résultats techniques des ateliers laitiers ornais, les leviers de progrès, les stratégies possibles) avec Yann Martinot, directeur technique d’Orne Conseil Elevage.
- 14 h 30 : technique, économie et stratégie au GAEC de Villeplée, une entreprise, un projet, raisonnez stratégie.
Nutrition : visez 180 €/VP/mois de marge sur coût alimentaire en 2016, nourrissez efficace avec Olivier Raux, nutritionniste.
Pâturage : valorisation des prairies -Pâturez pro avec Yann Martinot (nutritionniste) et Emilie Turmeau (spécialiste herbe).
Bâtiments : références et coûts, logez efficient avec Quentin Beslier (chargé de mission environnement) et François Normand (responsable technique bâtiment).
Génisses : pré-troupeau -préparez l’avenir avec Elodie Blin (responsable technique génisses) et Jean-Michel Cuminet (vétérinaire conseil).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui