L'Agriculteur Normand 09 février 2016 à 08h00 | Par C. Guyon

AFDI NORMANDIE : deux missions au Mali en janvier

Deux missions ont été organisées au Mali ces dernières semaines. Retour d'impression des participants.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AFDI

Michel Dumont, éleveur à Saint-Rémy (14), a participé à la mission de préparation d'un appui aux organisations paysannes féminines de l'AOPP Régionale de Koulikoro. Un appui conjoint Crédit Agricole Normandie - Afdi Normandie.

"Ce fut une découverte car il s'agissait de la première mission Afdi Normandie sur le sujet. Nous avons rencontré des organisations féminines et mixtes dynamiques. Elles sont entreprenantes et cherchent à développer des activités pour améliorer leurs conditions de vie et celles de leurs enfants. Nous avons été impressionnés par les résultats obtenus dans le domaine du maraichage et l'aviculture après 8 années de soutien du Crédit Agricole Normandie. L'idée est de permettre à d'autres de lancer ou renforcer ce type d'activité.
Un soutien à leurs actions va être engagé par l'Afdi Normandie et le Crédit Agricole Normandie. L'idée est de les associer pour prendre en compte les spécificités de chaque contexte".

llll Richard Demuynck, éleveur à Bosc Roger en Roumois (27), participait à sa première mission au Mali, une mission consacrée à l'élevage.
"Les éleveurs qui ont des métis zébu-normands dans le cadre du partenariat avec Amelis Évolution race normande apparaissent vraiment dynamiques. Ils sont motivés par la progression de la production laitière qui passe de 2 l en moyenne en race locale à 7 voire 10 l par jour pour les métis. De plus, les métis zébus-normands semblent bien s'acclimater.
J'ai aussi été frappé par la prise de conscience par les éleveurs de l'importance de stocker de l'alimentation pour passer au mieux la période sèche, maintenir une production et donc un revenu.
C'est souvent compliqué dans leur contexte culturel de se projeter, cette évolution est d'autant plus marquante.  De la même manière, la production de semences fourragères apparait s'être bien déroulée. Là encore, ils construisent l'avenir en préparant la prochaine campagne".

llll Thierry Le Boucher agriculteur à Giberville, participait à sa deuxième mission.
"Nous avons, comme toujours, reçu un très bon accueil de nos partenaires.
Nous avons également vu des troupeaux où une identification et un suivi des animaux se mettent en place.
Nous avons pu voir des coopératives dynamiques qui au-delà de la collecte du lait vendent de l'aliment à leurs livreurs réguliers parfois même à crédit. Ils privilégient aussi ces livreurs réguliers pendant les périodes de forte production pour leur garantir un débouché. Sur la question du marché, nous avons d'ailleurs visité des kiosques de vente de lait bien équipés pour assurer la chaine du froid.
Et la visite avec la laiterie Malilait semble indiquer qu'il y a des possibilités de développement pour le lait local.
Néanmoins, leurs conditions d'approvisionnement ne sont pas adaptées : pas d'achat de lait le week-end, et arrêt des achats de lait à 10 heures le matin. Cela ne facilite pas la vente de lait pour les coopératives les plus éloignées".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui