L'Agriculteur Normand 22 mars 2017 à 08h00 | Par T.Guillemot

Agri Bellamy à Villers-Bocage (14)

Agri Bellamy, concessionnaire Deutz et Krone, vient d’inaugurer sa nouvelle base de Villers-Bocage (14) tout près de l’A 84. Un choix stratégique pour un service de proximité. L’aventure démarrée en 1981 se poursuit en vert

Abonnez-vous Réagir Imprimer

© TG

Sur le papier, Michel Bellamy est un jeune retraité. Factuellement, vous avez plus de chances de le rencontrer bricolant dans un des ateliers de l’entreprise éponyme que de le croiser sur le tarmac d’un boulodrome. S’il a passé officiellement le flambeau à son fils Grégory, il n’en reste pas moins «mécaniquo-dépendant». Mais d’insister : «je n’ai pas de mérite, je fais ce que j’aime».

L’homme aux 150 ensileuses

La saga Bellamy a démarré le 13 avril 1981 à Couvains (50) avec une boîte à outils dans les mains et une grosse dose de convictions dans la tête. En 1982, Michel Bellamy vend sa première ensileuse. «Mengele m’a aidé sur la reprise, ça a été le premier envol». Et l’entreprise prend vite de la hauteur. Six ans plus tard, en 1988, onze ventes au cours la campagne. «Je n’avais pas de commercial, pas de magasinier, juste 3 mécaniciens,» s’amuse-t-il. L’entreprise migre alors à St-Clair-sur-Elle dans un atelier beaucoup plus grand et fonctionnel. Nous sommes en 1991. Le développement se poursuit. Mais Mengele cesse toute activité à la fin des années 90 et l’entreprise Bellamy se trouve privée de bec. Pas de marque d’ensileuse à défendre pendant 3 ans. Michel ne reste cependant pas inactif. Il découvre le premier prototype d’ensileuse Krone en 2001. «Une machine plutôt bien faite», mais le fabricant limite sa présérie à douze unités en 2002 et aucune pour le marché français. Patience ! «On a vendu notre première Krone en 2002. Aujourd’hui, nous sommes à 150 machines en service». Une réussite que Michel Bellamy explique par la qualité de la machine et du service que l’entreprise assure derrière. En vert aussi avec DeutzCôté tracteur, le divorce avec Valtra a été consommé il y a 2 ans. Michel et Grégory ont rencontré alors d’autres constructeurs dont Deutz avec qui ils ont fait affaire. «Deutz propose une très belle gamme en tracteurs, mais aussi en moissonneuse-batteuses, sans parler des télescopiques». Et pour se mettre en cohérence avec son territoire, l’entreprise vient d’ouvrir une nouvelle base à Villers-Bocage (14). Cohérence vert Deutz, mais aussi vert Krone. «A proximité de l’A 84, nous sommes à une heure de route de nos clients de Seine-Maritime», insiste Grégory Bellamy. Les deux marques confondues, l’entreprise comptabilise désormais 5 bases et 75 collaborateurs. Quant au marché, un optimisme mesuré teinté de prudence est affiché. «Nous sommes près de nos clients qui traversent une phase un peu compliquée. On voit 2017 comme 2016, peut-être même un peu meilleure si l’on assiste à une remontée des cours.» Et Michel de conclure : «de toute façon, on ne peut pas vivre sans agriculteurs».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui