L'Agriculteur Normand 01 avril 2010 à 09h03 | Par T.Guillemot

Banque - Le Crédit Agricole Normandie conforte son résultat

Malgré la crise économique et la crise agricole, le Crédit Agricole Normandie parvient à tenir le cap en axant notamment sa stratégie sur la maîtrise des charges et celle des risques inhérents aux créances douteuses.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le siège de Crédit Agricole Normandie est en cours de rénovation (construction d’un amphithéâtre de 500 places et d’un parking souterrain de 300 places).
Le siège de Crédit Agricole Normandie est en cours de rénovation (construction d’un amphithéâtre de 500 places et d’un parking souterrain de 300 places). - © TG

"Je suis très inquiet sur l’avenir de l’agriculture en France si le législateur européen ne revient pas sur les systèmes de régulation !”. Présentant les résultats 2009 du Crédit Agricole Normandie, Daniel Epron a évoqué une “conjoncture agricole difficile”. Mais si la crise est durement ressentie dans les campagnes et sans nier des situations d’urgence, le président de la Banque Verte, qui comptabilise 8 agriculteurs sur 10, n’en rajoute pas dans le catastrophisme. “Nous faisons du cas par cas”, insiste-t-il notamment au travers des 7 000 entretiens individuels agriculteur/banquier comptabilisés l’an dernier.

Plus d’Agilor en 2009
2009, année “horribilis” toutes productions agricoles confondues. Mais ce n’est peut-être qu’en 2010 que les clignotants financiers passeront de l’orange au rouge. Certains indicateurs le laissent penser. Globalement, l’enveloppe de réalisations de crédits à l’agriculture est passée de 455 Me en 2008 à 414 Me en 2009.
Un recul conjoncturel sans doute mais à rapprocher aussi d’une annéee 2008 aux vents très portants. Quant aux prêts Agilor (financement de matériels via les concessionnaires), ils sont en augmentation en 2009 par rapport à 2008. En ce début d’année 2010 cependant, le marché est totalement atone chez les distributeurs de machines agricoles.

L’agriculture : 13 % des encours de crédits
Mais avec 13 % d’encours de crédits, l’agriculture est talonnée par les professionnels (11 %), les collectivités (10 %) et très largement dépassée par l’habitat (47 %). Raison pour laquelle sans doute les dirigeants du Crédit Agricole Normandie scrutent à la loupe le bilan de santé de l’économie bas-normande. “La situation économique s’améliore mais le chômage va encore augmenter”, pronostique son directeur général, Marc Deschamps.
Jouant la carte de la prudence, le Crédit Agricole Normandie a travaillé et travaille encore ses niveaux de charges : - 1,9 % en 2009.
Autre axe privilégié, une gestion des risques maîtrisée avec un taux de créances douteuses ramené à 1,89 %.

Résultat net en hausse de 8 %
Au bilan, le PNB d’activité (Produit Net Bancaire) progresse de 3,4 % pour atteindre 335 Me. Quant au résultat net, il ressort à 80,3 Me en augmentation également (+ 8 %). “Après une année 2008 délicate pour l’ensemble des établissements financiers, notre caisse régionale renoue avec une progression de ses résultats tout en marquant sa volonté d’accompagner les entreprises et l’économie bas-normande”, résument d’une même voix Daniel Epron et Marc Deschamps.
Accompagner la mutation régionale, c’est aussi adapter en permanence la voilure. Face aux rumeurs persistantes de regroupement des équipes d’Alençon et de St-Lô sur le site unique de Caen, les dirigeants reconnaissent “une étude de faisabilité qui arrivera fin juin et qui fera apparaître les plus et les moins”. En attendant, les travaux filent bon train du côté de l’esplanade Brillaud-de-Laujardière. Un chantier de rénovation de l’existant avec la création d’un amphithéâtre de 500 places digne d’une banque au siège social chevillé à son territoire. Et Caen n’est pas excentré. “En 2020, la moitié des bas-normands habitera autour de la capitale régionale ou sur la côte”, fait-on remarquer. Une façon d’évoquer, qu’au-delà des mouvements de siège, c’est également le réseau des agences locales qui est amené à évoluer.

Chiffres clés
1, 4 Mrde de capitaux propres en augmentation de 5 %.
1 796 Me de crédits nouveaux en 2009 dont 823 Me à destination des ménages et 973 Me à destination des entrepreneurs.
60 Me d’investissements réalisés depuis 2007.
527 073 dépôts à vue, 405 416 bancaires, 306 181 comptes services, 1 100 000 comptes d’épargne, 206 650 contrats d’assurance dommages, 31 780 retraits distributeurs par jour.
2 126 collaborateurs, 186 agences, 5 agences entreprises, 1 agence collectivités publiques, 25 agences Square Habitat, 100 caisses locales, 1 250 administrateurs, 388 services Points Verts, 433 distributeurs automatiques.
1 300 dossiers de prêt économie d’énergie à taux 0 ont été accordés en 2009 (4e rang des caisses du groupe).
500 c’est le nombre de places que contiendra le futur amphithéâtre avec en prime un parking souterrain de 300 places.
93 % des travaux de rénovation du siège (33 Me) ont été confiés à des entreprises bas-normandes.
92 % des ordres de bourse par internet, 50 000 emails traités, 4 000 appels téléphoniques reçus par jour.
25 financements de projets d’installations photovoltaïques.
16 bénévoles sont engagés dans “Les Points Passerelle”. Une structure à l’écoute des personnes en grande difficulté financière. 230 études ont été réalisées en 2009, 180 ont été acceptées et une solution trouvée pour 157 familles.
10,86 % de ratio de solvabilité pour un minimum réglementaire de 8 %.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui