L'Agriculteur Normand 13 juin 2012 à 14h39 | Par V. Motin

Calvados - Elevage dans le vert : le bio s’allie à l’AOC

Jean-Luc Gauguin, installé à Cricqueville-en-Auge (14), accueillera la fête de la bio, les 22, 23 et 24 juin prochain. Au delà du volet grand public, une journée technique est consacrée aux professionnels. Séchage en grange et valorisation du lait bio en AOC sont au programme.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © VM
L’exploitation borde l’autoroute A13 et la barrière de péage de Dozulé. A contrario du ruban d’asphalte, le rythme se révèle plus paisible. Le système de Jean-Luc Gaugain semble maitrisé en douceur. La valorisation du lait produit contribue à cette sérénité. Jean-Luc Gaugain livre sa production à Boissay. La fête de la bio s’appuiera sur cette exploitation lors de sa journée réservée aux professionnels.

Une niche
Sa laiterie produit des Livarots ou Pont-l’Evêque Bio et AOC. Avec cette valorisation atypique, la ferme bénéficie d’une des meilleures paye de de lait de Basse-Normandie. Cet avantage est néanmoins assorti d’une contrepartie. Aucune forme d’ensilage n’est autorisée dans la ration. Jean-Luc Gaugain a donc opté pour le foin séché en grange. Mais ce débouché et cette valorisation font encore figue d’exception. “Ma production suffit aux besoins de la laiterie. Le marché AOC-bio n’est pas énorme”, précise l’éleveur.
Grâce à cette niche, l’agriculteur a cependant trouvé son rythme de croisière. Jean-Luc Gaugin est installé sur la ferme familiale depuis 18 ans. “Je n’ai pas modifié le système basé sur l’herbe, le foin et la race normande. A l’époque, j’étais un peu à contre courant. Mais cette organisation fonctionnait, alors j’ai persévéré. Je n’étais pas en bio, juste très extensif”. En 1998, l’éleveur s’oriente vers la laiterie de Boissay. Cette dernière valorise un lait produit sans ensilage. Avec son système basé sur le foin, Jean-Luc Gaugain répond déjà au cahier des charges.

“Proche du bio, mais le conventionnel est sécurisant”
En 2006, il franchit néanmoins un cap et s’équipe d’un séchoir en grange. Objectif : sécuriser son alimentation et limiter les impacts climatiques. “J’ai également améliorer mon autonomie alimentaire. Grâce au séchoir, j’ai supprimé les betteraves et les tourteaux de la ration. Et l’incorporation de céréales a été divisée par deux”, détaille l’éleveur.
Avec des techniques proches du bio, Jean-Luc Gaugain répond à l’initiative de son fromager. En 2009, il entame sa conversion.  “Je respectais presque le cahier des charges. Pour les animaux, j’étais dans les clous. Depuis 8 ans, je n’utilisais ni engrais, ni pesticides. Cependant, se garder la possibilité de mettre de l’azote sur les prairies est assez sécurisant”. Le nouveau fournisseur de céréales est le seul véritable changement de l’exploitation. “Je m’approvisionne en direct, chez un céréalier du pays d’Auge”, précise l’éleveur.

Des normandes à 7000 kg
L’exploitation bénéficie officiellement du label bio depuis septembre 2010. Les résultats confortent ce choix. L’éleveur ne rougit pas de ce système bien vert. Ses 54 vaches normandes ont produit en moyenne 6300 kg de lait brut. Soit 7000 kg de lait standard avec 42 de TB et 36 de TP. Cette performance est réalisée grâce à 280 kg d’aliments et 20 kg de minéral distribués. De quoi observer
l’avenir sereinement. Des investissements sont programmés. La mécanisation du paillage suspendu devrait permettre de pailler 400 m2 en 4 minutes à partir d’une télécommande. “Le bio donne aussi des marges de manœuvres pour se simplifier le quotidien”, résume l’éleveur.
Programme la journée technique du vendredi 22 juin
10 h 30 : Ouverture de la journée par Luc Bignon, président
du GAB 14. Présentation de la ferme par Jean-Luc Gaugain.
11 h : Ateliers techniques.
12 h 30 : Restauration.
14 h : Présentation de la ferme par Jean-Luc Gaugain.
14 h 30 : Ateliers techniques.
10 Ateliers techniques
Un technicien spécialisé en AB et des agriculteurs bio
sur chaque atelier pour répondre à vos questions.
Les ateliers d’une durée de 45 mn débutent à 11 h, 11 h 45, 14 h 30, 15 h 15, 16 h et 16 h 45.
• Sol et implantation de prairies temporaires :
- Connaître et entretenir la fertilité du sol - fosse pédologique
- Réussir l’implantation des prairies temporaires.
• Conduite du pâturage et pérennisation des prairies :
- Les clés d’un pâturage réussi
- Comment garder des prairies productives ?
• Gestion préventive du troupeau en bio :
- Autonomie et équilibre alimentaire
- Les solutions alternatives en santé animale.
• Séchage en grange
• Conversion et références technico-économiques sur différents systèmes bio
• Elevage allaitant :
11 h et 14 h 30 : Atelier d’une durée de 1 h 30.
Quelle production de viande bio, pour quelle valorisation ?
Filière longue et circuit court.
16 h : RDV à l’accueil fête de la bio pour la visite de la ferme
de Michel Tafanel (à 500 m du site) - Conduire un élevage
allaitant en agriculture biologique.
Références technico-économiques.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui