L'Agriculteur Normand 04 juin 2014 à 08h00 | Par VM

Calvados - Identification : tous égaux devant la loi

Il y a quelques semaines, la FDSEA et les JA ont alerté l'administration sur les problèmes d'identifications d'animaux dans le département.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © REUSSIR

Il est en effet établi que depuis de nombreuses années  l'administration ait connaissance d'élevage où les animaux non identifiés sont passés au travers de tout programme de prophylaxie. La FDSEA et les JA ont souhaité obtenir des explications sur les différences de traitement entre des agriculteurs pour lesquels les moindres retards de déclaration sont sanctionnés et d'autres qui, bien que connus des services de l'état, ne respectent en rien la réglementation.

Vers des procédures réactives ?
La rencontre a eu lieu ce  vendredi 30 mai à 11H00 au siège de la DDPP (Direction Départementale de la Protection des Populations) entre Mr Geiger Directeur, Jean-Yves Heurtin président de la FDSEA, Rodolphe Lormelet président des JA et Daniel Courval (président de la Section Bovine FDSEA 14). Le débat s'est très vite centré sur la situation d'un nombre d'élevages beaucoup trop important en défaut d'identification et dans le même temps avec un suivi de prophylaxie non effective. Pour Daniel Courval, la profession a plus que jamais "besoin d'une traçabilité et une situation sanitaire performante pour être irréprochable face à nos concurrents en matière de commercialisation". Et d'ajouter : "S'il est nécessaire de venir en aide aux éleveurs en difficultés et de les détecter le plus rapidement possible, il est illusoire de penser qu'avec du temps ces problèmes vont s'estomper".  Pour les responsables de la FDSEA et des JA, les risques que font peser ces agriculteurs sur leurs voisins sont intolérables pour la profession. Le métier d'éleveur est compliqué, difficile, la performance du plus grand nombre doit être respectée et l'administration dans son rôle régalien doit être ferme face à ces personnes qui n'ont d'éleveur que le nom. Les éleveurs dans leur ensemble s'étonnent du côté pointilleux de l'administration à leur égard pour un délai de notification ou l'absence d'une boucle d'identification, et apprennent dans le même temps le "laisser-faire" qui existe chez d'autres depuis plusieurs années. L'absence de clôture, des animaux sauvages et dangereux, les animaux trop souvent en divagation créent dans bons nombres d'endroits des situations compliquées. Insistons pour que ces élevages respectent la législation tout comme leurs voisins éleveurs !
Face à ces propos, le directeur de la DDPP s'est engagé "à mettre en place, des procédures efficaces et réactives, de faire le point régulièrement et là où c'est nécessaire de faire appliquer la loi avec la plus grande fermeté ».   

Problème de la faune sauvage
Reste le problème de la faune sauvage pour laquelle, les responsables syndicaux n'ont pas obtenu de réponse sur leur demande de régulation et de surveillance de certaines espèces. La cohabitation a toujours existé dans nos campagnes, mais pour certaines personnes, c'est la présence des éleveurs qui perturbent la faune...
La FDSEA et les Jeunes Agriculteurs demandent "un peu de sérieux et de bon sens, la santé de nos élevages dépend de l'engagement de chacun !"

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui