L'Agriculteur Normand 12 janvier 2015 à 08h00 | Par e.charon

CAP 50 porcs, entre inquiétude et espérance

Thierry Lefranc, producteur à Rouxeville (Manche), espère fortement que l’abattoir AIM (Ste-Cécile-Villedieu-les-Poêles) soit repris rapidement par un salaisonnier, "de préférence avant la réunion intermédiaire du 24 février, au tribunal de Coutances".

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Espoir de reprise d'ici le 24 février. © ec

Après la mise en redressement judiciaire, mardi 6 janvier, les salariés des Abattoirs Industriels de la Manche (AIM) et les producteurs de CAP 50 (actionnaires majoritaires de la structure) ont un seul espoir : qu'un salaisonnier effectue une offre rapidement.  Thierry Lefranc, par ailleurs président de la section porcs de la FDSEA 50, indique « pour le moment, tous nos animaux sont pris et payés ». Le porc a t-il encore de l’avenir en Normandie ? La réponse fuse, « oui, nous faisons de la qualité, encore faudrait-il que la relève des générations fonctionne ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui