L'Agriculteur Normand 20 avril 2017 à 08h00 | Par Agra/Actuagri

Christiane Lambert (présidente de la FNSEA) : «mon objectif, c'est de montrer la diversité de l'agriculture française »

Elue présidente de la FNSEA le 13 avril, Christiane Lambert nous livre sa vision de l'agriculture et fait le point sur les chantiers à poursuivre au cours de cette mandature

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Actuagri

lll Originaire du Cantal mais agricultrice en Anjou avec son mari, cette éleveuse de porc de 55 ans, mère de trois enfants, entend s'appuyer sur le collectif pour porter la voix des agriculteurs français qui viennent de vivre plusieurs crises et sont régulièrement victimes de critiques sociétales. Au-delà des dossiers strictement syndicaux, comme l'amélioration du revenu, la baisse des charges ou l'harmonisation des normes, la reconstruction du lien entre agriculteurs et société sera ainsi l'un des axes forts de son action.

Pourquoi vous êtes-vous engagée très jeune dans le syndicalisme, d'abord au Centre national des Jeunes Agriculteurs, dont vous avez été présidente nationale, puis au sein de la FNSEA ?
Christiane Lambert - Très jeune j'ai souffert de la mauvaise image du métier de mes parents, agriculteurs, qui portaient un projet d'élevage de porcs. Et si j'ai eu très tôt la volonté d'exercer ce métier, beaucoup de gens ont essayé de m'en dissuader. Aussi, j'ai eu très tôt l'envie de défendre la profession. Dans le Cantal, mon exploitation était dans un village isolé. Après mes années étudiantes, à 19 ans, être coupée d'autres jeunes, de l'action, ne me convenait pas. Je me suis donc engagée au CDJA, où j'ai trouvé une vraie dynamique. Je me souviens de deux moments forts, qui ont été décisifs dans mon engagement : lors de ma deuxième année de BTS, le vice-président du CNJA avait fait une intervention, très éclairante sur la situation de l'agriculture française. Puis, dans le Cantal, lors de ma première assemblée générale du CDJA, sont intervenus Michel Fau et Michel Teyssedou, deux responsables CNJA brillants, éloquents, et charismatiques, qui ont contribué à ce déclic.

Qu'est-ce qui motive encore les agriculteurs à s'engager au sein d'une organisation importante comme la FNSEA ?
La porte d'entrée reste souvent la même : l'engagement local. Avec pour motivation, celle de rencontrer des collègues agriculteurs qui partagent les mêmes problématiques, les mêmes difficultés, les mêmes espoirs aussi. Confronter les visions, répondre aux besoins des adhérents, c'est stimulant. L'ouverture d'esprit que donne la responsabilité est très enrichissante. Il y a plus d'idées dans deux têtes que dans une. Le fait de se former ensemble soude les équipes. Le syndicalisme permet de progresser car on côtoie des gens brillants et efficaces, qui donnent envie de s'engager. J'étais très réservée et très timide au début. Les deux premières formations que j'ai suivi à l'Ifocap ont été « prendre la parole en public » et « conduire une réunion » !

Comment un syndicat comme la FNSEA peut-il faire valoir la diversité de l'agriculture française ?
Mon objectif est de montrer la diversité de l'agriculture française et la représentativité de la FNSEA des élu(e)s. La FNSEA est beaucoup trop souvent présentée de façon caricaturale, dans certains médias nationaux, comme un puissant syndicat qui défend le « productivisme », ce qui ne correspond pas du tout à la réalité. Nous comptons 20 000 syndicats locaux, 94 FDSEA, 13 FRSEA et 31 associations spécialisées par production affiliées à la FNSEA. Les 69 administrateurs récemment élus, proviennent pour 41 d'entre eux des régions, 11 des associations spécialisées... C'est une mosaïque de compétences et de porteurs de dossiers pointus qui font l'expertise et l'efficacité de notre organisation que beaucoup nous envient. Toutes les productions sont représentées au sein de la FNSEA, y compris le riz, le lin, le chanvre, le houblon, les pommes de terre, l'apiculture, les secteurs équins, caprins, canins... Notre dénominateur commun ? Nous sommes des entrepreneurs du vivant, nous travaillons avec la nature et connaissons tant la richesse que l'ingratitude de climat certaines années. Cette diversité est méconnue, mais c'est une vraie richesse et l'assise de notre représentativité, démocratiquement confirmée dans les urnes depuis 71 ans. J'entends trop souvent des caricatures qui opposent par exemple les petits et les gros, la plaine et la montagne. Mais l'agriculture française, c'est 5 % de surface en bio, 25 % de productions sous signes officiels de qualité, 20 % de vente directe, 10 % des exploitations qui pratiquent l'accueil à la ferme... Et nous sommes le pays de référence en matière de sécurité sanitaire, pour les produits bruts et transformés.Vous reprenez la présidence dans une période difficile.

Quels sont les chantiers prioritaires ?
Je veux travailler pour la défense et la promotion de notre secteur qui connaît des crises économiques, sociales, morales et vit une véritable mutation. Nous devons appréhender ces évolutions -européennes et
françaises- avec lucidité et conduire des réformes courageuses dans de nombreux domaines. Au plan européen, il s'agit de réaffirmer notre attachement à une Politique Agricole Commune ambitieuse et protectrice, pour répondre aux nombreux défis et marchés qui s'offrent à nous, mais en retrouvant un cadre d'action plus lisible et sécurisé pour les agriculteurs. Depuis l'élargissement important à l'Est et l'insuffisance de transitions et d'approfondissement des politiques conduites, les écarts se sont creusés et des distorsions perturbent la vision d'un projet commun. Ce sera l'un des premiers chantiers avec le nouveau gouvernement auquel nous affirmerons que nous voulons « plus et mieux d'Europe » comme nous l'avons voté lors du Congrès de Brest.

Et au plan national ?
Le premier chantier vise à améliorer le revenu des agriculteurs, dont beaucoup souffrent de crises chroniques. Il est temps de redonner à la production agricole la place qu'elle mérite en termes de retour de valeur au producteur et de rôle dans la chaîne de décision avec plus de dialogue interprofessionnel. Il faut remettre la construction du prix en marche avant comme nous l'avons initié dans la loi Sapin II, en revoyant la LME s'il le faut ! Nous devons expliquer que les agriculteurs ont besoin de retour de valeur et de revenus décents pour réussir les mutations techniques, humaines et sociétales indispensables à notre secteur. Investir et moderniser régulièrement nos installations et équipements, innover en intégrant les progrès techniques et technologiques, est la clé de la performance économique, sociale et environnementale pour maintenir des exploitations dynamiques, attractives et créatrices de nombreux emplois. En France, les porcheries et poulaillers ont un âge moyen de 20 ans... nous avons du retard à combler pour rester dans course ! Le dossier de la baisse des charges est à poursuivre après la baisse historique de 10 points de cotisations sociales pour les exploitants obtenue en 2016. Le coût du travail en France est l'un des plus élevé de l'Union européenne, ce qui créé des distorsions de concurrence, notamment pour les productions très employeuses de main d'oeuvre comme le maraîchage, la viticulture, l'horticulture... Il faut réorganiser le financement de la protection sociale, pour conserver les garanties, mais les financer différemment. Nous continuons à revendiquer une TVA emploi, un prélèvement sur les produits pour se retrouver dans une compétition plus égale avec les produits importés. Le deuxième chantier, c'est celui des normes réglementaires qui brident l'envie d'entreprendre, tout comme les délais administratifs trop souvent les plus longs d'Europe ! Il est urgent de relancer les projets d'irrigation et de débloquer les autorisations en attente car ce n'est pas normal qu'en Espagne 21 % des eaux de pluies soient stockées alors qu'en France, la proportion n'est que de 6 %. Le réchauffement climatique impact tous les territoires ! La faiblesse des nappes en ce printemps 2017 confirme l'urgence de prendre des orientations courageuses de la part de nos élus. Que ce soit sur le dossier des phytosanitaires dans tous ses méandres ou sur le feuilleton interminable des zonages et des plans d'action Directives Nitrates, du courage et du pragmatisme s'imposent ! Il faut remettre du carburant dans le moteur du Corena (ndlr : Comité de rénovation des normes en agriculture, mise en place en 2016 par le Gouvernement, à la demande notamment de la FNSEA).

Vous estimez important également de « redorer le blason de l'agriculture »
Oui, c'est le troisième chantier. Il faut travailler pour stopper l'Agriculture bashing dans lequel nous sommes enfermés en France. Nous avons un gros effort de pédagogie à faire car nos concitoyens sont fortement marqués par les émissions ou reportages qui restent vissés sur une conception manichéenne de l'Agriculture. D'un côté, une grosse agriculture qui pollue, maltraite les animaux et produit de « l'industriel », de l'autre, une petite agriculture qui fait de la qualité, du bio mais qui n'est pas assez soutenue... sous-entendu par la FNSEA ! Nous ne pouvons pas accepter qu'une telle vision perdure sur notre profession et influence les décideurs politiques qui ne parlent d'agriculture que sous l'angle des scandales et votent des lois sous le coup de l'émotion suscitée par les vidéos militantes. Les distorsions s'additionnent et nous perdons des parts de marchés et la confiance de nos clients. Les agriculteurs souffrent de ce harcèlement croissant, 85 émissions à charge sur l'élevage, les sols, l'environnement... en 2015, soit 1 tous les 4 jours.

Quels arguments voulez-vous mettre en avant ?
D'abord dire que le « productivisme » n'existe plus. Même Edgar Pisani, Ministre de l'agriculture au début de la décennie 1960 a dit qu'il « assumait » le fait de devoir augmenter la production car il fallait produire en quantité pour nourrir une population de plus en plus nombreuse et plus concentrée en ville. Tout comme il fallait loger beaucoup et à petit prix à l'époque et les barre de HLM ont poussé en périphérie des villes. Puis avec l'élévation du niveau de vie et les attentes plus qualitatives, les logements sont devenus plus qualitatifs avec des résidences pavillonnaires. Il en fut de même en agriculture ! Le client est roi et a orienté les productions vers plus de produits sous signe officiel de qualité (25 %) de circuits cours (20 %) d'agriculture biologique (5 % de la SAU et une croissance à 2 chiffres depuis 3 ans). Les agriculteurs se sont adaptés et ont répondu présents avec plus de traçabilité, de diversité et une sécurité sanitaire renommée internationalement... Ce n'est pas un hasard si les Chinois choisissent la France pour leurs investissements laitiers. Nous devons prendre davantage la parole et ouvrir nos fermes pour dire que l'agriculture est en mouvement, répond aux signaux des marchés, et est à l'origine de 8 à 10 milliards d'euros d'excédents dans la balance commerciale avec l'industrie agroalimentaire, leader en Europe et premier secteur employeur de main-d'oeuvre en France. L'agriculture est source de solution pour la lutte contre le changement climatique : production d'énergie renouvelable (source de revenu complémentaire) limitations des émissions de gaz à effet de serre, stockage du carbone... Les agriculteurs mettent en valeur l'ensemble des territoires car ils ont su valoriser les potentialités locales si spécifiques. Nous voulons retrouver un double pacte économique et sociétale avec la société : 87 % de la population nous soutient et nous sommes capables de répondre à toutes les attentes, à condition que le contrat soit réciproque et respecté jusqu'au bout ! Car les consommateurs ne peuvent pas afficher des exigences « premium » et finalement acheter encore trop souvent des produits « low cost ». Nous voulons du donnant donnant. Avec satisfaction, nous voyons que les comportements d'achat changent, que le slogan « Manger français » prend corps et nous devons en saisir toutes les opportunités en multipliant les initiatives de vente en proximité, sur internet, en restauration hors-domicile et en raccourcissant les circuits. Le retour de valeur au producteur est souvent au rendez-vous, la reconnaissance en prime !

En cette période électorale, qu'attendez-vous du futur président et du futur ministre de l'Agriculture ?
Je souhaite inciter les agriculteurs à voter nombreux. Les agriculteurs sont très civiques et très citoyens, ils votent plus que la moyenne, et il faut continuer. Comme nous l'avons affirmé lors de notre récent congrès, dans le rapport d'orientation, les programmes anti-européens n'ont pas notre préférence. Nous souhaitons plus et mieux d'Europe. On exporte beaucoup et quitter l'euro serait dramatique pour les débouchés. Ce que nous attendons du futur président, nous l'avons exprimé à travers les 13 mesures pour l'avenir que nous aimerions voir votées dans les 200 jours premiers jours. Nous souhaitons également que le président nomme un Ministre de l'agriculture de plein exercice, avec un ministère large qui regroupe l'agriculture, l'alimentation, l'agroalimentaire, la forêt et la ruralité. Nous voulons quelqu'un d'extrêmement présent à Bruxelles, pour relancer le moteur franco-allemand.

- © Actuagri

La nouvelle équipe
Après avoir assuré l'intérim depuis le décès de Xavier Beulin en février dernier, Christiane Lambert, éleveuse de porcs dans le Maine-et-Loire, a été élue présidente de la FNSEA. Première femme à occuper ce poste, elle sera épaulée d'un bureau à 42 % renouvelé. « L'élection s'est déroulée dans un climat très serein. Les personnes du bureau dans leur ensemble ont été très bien élues », a déclaré Christiane Lambert, nouvelle présidente de la FNSEA à l'occasion de la conférence de presse. Le nouveau bureau, composé de 26 membres, « représente douze des treize régions », a tenu à souligner Christiane Lambert, qui souhaite poursuivre le travail engagé par Xavier Beulin. « Redonner des perspectives à l'agriculture française », « le goût d'entreprendre », « sortir du manichéisme d'une agriculture trop souvent considérée comme un effet sociétal par les médias et pas assez comme un secteur économique de poids », « sortir du dogme du prix bas » figurent parmi les nombreux chantiers annoncés. La nouvelle équipe dirigeante entend également profiter des élections présidentielles imminentes pour inclure, enfin, l'agriculture au centre des débats et des programmes.Le nouveau G7Les 69 membres du conseil d'Administration ont élu les nouveaux administrateurs du bureau. Le « G7 » est constitué : Jérôme Despey, viticulteur dans l'Hérault, devient secrétaire général, Henri Brichart, producteur de lait et de céréales dans l'Aisne, 1er vice-président, Henri Biès-Péré, producteur de lait et de céréales dans les Pyrénées-Atlantiques, 2e vice-président. Les secrétaires généraux adjoints sont Daniel Prieur, éleveur-polyculteur dans le Doubs, Eric Thirouin, céréalier dans l'Eure-et-Loir et Patrick Bénézit, éleveur dans le Cantal.PAC, élections des Chambres, organisations de producteur... « Nous avons de grands chantiers devant nous », a déclaré Christiane Lambert. La future Politique agricole commune et les prochaines élections des chambres d'Agriculture font partie des premières priorités de la nouvelle présidente. Cette dernière revendique également une meilleure organisation des producteurs. « Nous sommes trop atomisés », analyse-t-elle. Concernant l'export, celle-ci se dit favorable aux stratégies à l'international. « Heureusement que nous sommes pour l'export, s'agissant du vin, du fromage, du porc. Il faut considérer tous les débouchés possibles », conclut Christiane Lambert.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui