L'Agriculteur Normand 10 mars 2010 à 09h25 | Par Loïc DEVEYER CA 61

Colza - Plate forme implantation et désherbage alternatif

C’est dans le Perche, chez Eric Dezecache et avec l’appui de Frédéric Legendre, tous deux agriculteurs à St-Céronnes lès Mortagne que la Chambre d’agriculture de l’Orne a mis en place une plate forme colza le 21 août dernier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le Subtiller de EVA avec tré́mie et descente de graine devant le rouleau. Combiné́ Sulky Optiline rampe de semis Cultidisc. Agrisem Gold DS1100. Le Rapid de Vaderstad. Semoir Monosem NG4+ en 50 cm d'inter-rang. Colza semé́ au Monosem 28 g/m2 au 30 sept. Colza semé́ au Monosem 28 g/m2 au 20 oct. Colza semé́ avec un couvert de tournesol - Nyger - lentille - pois. Bineuse 6 rang ré́duite en 50 cm d'inter rang en action.

A l’origine de cette plate forme  les incessants problèmes d’implantation de colza sur des contextes pédoclimatiques difficiles (argilo-calcaires du Perche notamment !) avec les résultats qui en découlent : des pans entiers de collines où rien ne lève, avec les impacts sur les potentiels parcelles et le salissement  que l’on connaît a posteriori ! A cela s’est rajouté un travail sur le désherbage alternatif, et plus précisément une étude de faisabilité dans un contexte rotationnel et d’infestation adventices difficile : De quoi obtenir un retour d’expérience très riche en informations.

Différents semoirs en travers de 3 type de travail du sol
Pour l’essai “implantation”, 3 bandes de 32 m de large ont
été travaillées différemment : une en décompacté, déchaumé au disque indépendant, bien affiné et rappuyé (multiple passage). Une autre bande en labour suivi d’un passage de rotative puis roulé. La dernière en déchaumage assez profond avec néo-déchaumeur (dent patte d’oie + disque niveleur - rouleau barre). Avant cela, l’ensemble de la parcelle avait été fumé avec incorporation au néo-déchaumeur. Les 3 bandes étaient prêtes pour le 20 juillet, s’agissant d’un précédent orge.

Au 21 août, coup de feu …
Les semoirs voulus étaient tous présents : combiné rotative semoir Sulky Optipline pro avec rampe de semis Cultidisc, Rapid de chez Vaderstad (semoir semis simplifié), Agrisem Gold DS1100 (caisson de semis sur déchaumeur - semis dans flot de terre dit à la volée), le SubTiller de EVA (décompacteur avec descente de semence derrière ligne de décompaction, rappuie rouleau cambridge) et un semoir Monosem NG4+ 6 rangs en 50 cm d’inter-rang équipé pour semis de petites graines avec la roue Pro. Consigne : semer à 1,5 cm de profondeur avec densité de semis de 28g/m² en travers des différentes bandes de travail du sol. (photos 1, 2, 3, 4, 5).
D’autres modalités ont été testées avec le Monosem : densité de semis à 18g/m² et 54g/m², puis un essai starter 18-46 à 74 kg et 114 kg. Une seconde date de semis a également été testée au 15 septembre au combiné Sulky.  Un roulage a été réalisé après semis.

5 mm 3 jours après les semis : chance ou malchance ?
Assurément, la pluie venue après l’implantation de la plate forme a permis d’aider à la germination des graines. Mais dans quelle mesure, cela a permis une bonne levée et un développement correct par la suite…. ? Le résultat final qu’est le taux de levée reste la réponse essentielle à cet question, permettant de juger efficacement les qualités de semis et de rappuie. L’absence de pluie aurait été un scénario tout aussi intéressant à vivre sur cet essai  et aurait peut être pu discriminer davantage encore les techniques de travail du sol et les semoirs. Clairement, le contexte de l’essai était un contexte difficile d’implantation du colza… mais pas le plus difficile connu cette année dans le Perche. Certains secteurs n’ont pour ainsi dire connu aucun événement pluvieux entre mi-juillet et mi-octobre.
Malgré tout, les résultats de taux de levés sont très intéressants (tableau 1) et mettent en avant ce que nous attendions pour ces terres :
- un lit de semence affiné assure une bonne levée ;
- un lit de semence grossier (sur déchaumé néodéchaumeur) et/ou asséché (sur labour) fera systématiquement baisser le taux de levée et au mieux amènera à des levées échelonnées.
Au-delà de ces considérations, il est possible de faire le point sur les performances des semoirs présents. Ainsi, nous retrouverons en tête avec les meilleurs taux de levée les matériels assurant le meilleur rappuie sur la graine : encore une fois pas de mystère. Le Monosem met en avant ses capacités à bien positionner la graine et à la rappuyer fermement. Le combiné Sulky Optiline avec sa rampe de semis Cultidisc (annoncée pour 80 kg de pression au sol avec roulette de plombage solidaire du disque semeur) se positionne également très bien : rien d’étonnant pour cette rampe de semis haut de gamme. Pour les autres semoirs, le rappuie reste insuffisant. Les taux de levée y sont significativement inférieurs.

.
. - © DR

Des modalités sur labour étonnantes, une seconde date de semis très intéressante et un léger effet starter
Les observations réalisées depuis la levée jusqu’à l’entrée de l’hiver ont révélé certains points remarquables. Sur la zone labourée, la levée a été plus lente. Sans doute, l’effet asséchant du labour ayant amené à une germination plus lente. Les modalités avec le semoir Subtiller de EVA a levé très rapidement. Au semis déjà, chaque dent de décompaction relevait de la fraîcheur en surface… de quoi faire germer rapidement les semences sans doute. Au fil de l’automne, les modalités de la zone labourée ont rattrapé leur retard pour finalement dépasser à la pesée la zone décompactée ! Quant aux modalités starter : pas de différence entre 74 kg et 114 kg de 18-46. Par contre un gain sensible de 350 g/m² à la pesée en faveur du 18-46 sur des poids zone témoin sans starter de l’ordre de 750 g/m². Quant à la seconde date de semis, certes tardive, les comptages du 30 octobre se passent de commentaires ! (photos 6 et 7).

Désherbage alternatif, des pistes d’amélioration identifiées
Quant à l’essai désherbage alternatif, il associe des modalités semées au monograine avec traitement sur le rang et binage, avec binage seul. D’autres modalités consistent en des associations de couverts gélifs à base de tournesol, nyger, lentilles, pois, féveroles semés dans le colza, le tout en faisant varier les densités de colza et les types de semoir. Bien entendu, ces modalités sont comparées à un témoin non traité.
Les résultats étonnent, déçoivent parfois, interpellent et donnent des idées. Ainsi, le semis de couvert gélif en simultané avec le colza demandera des semis plus précoces encore avec des rappuies forts et des densités de couverts largement réévaluées.  Le binage nécessitera sans doute d’être réétudié dans ces terres  notamment vis-à-vis des dates d’intervention, des réglages et des équipements (photos 8 et 9).
Loïc DEVEYER
Conseiller Agro-machinisme Chambre d’Agriculture de l’Orne

En savoir plus
Après-midi technique “Implantation et désherbage alternatif sur colza”. Visite de la plate forme.
Différents ateliers proposés :
- techniques de semis - essai semoirs - retour sur taux de levée ;
- travail du sol - impact sur l’enracinement ;
- essai densité ;
- essai starter ;
- essai semoir monograine - vitesse de semis, sur déchaumé, repris ou non ;
- essai désherbage alternatif.

Venez rencontrer et échanger avec l’équipe conseil culture de la Chambre d’agriculture de l’Orne.

Rendez-vous le vendredi 26 mars dès 14 h sur la parcelle de Eric Dezecache. Fléchage sur l’axe Mortagne au Perche-Moulin la Marche D932.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui