L'Agriculteur Normand 07 juillet 2010 à 11h54 | Par Jean Raimbault - V. Quartier/CETIOM

Colza - Préparer son implantation sitôt la récolte des céréales

Le colza est une plante pivotante. Il est donc nécessaire d’obtenir une structure du sol optimale pour un bon enracinement dès l’automne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Ligne de semis après passage d’un chasse-paille. Le chasse-paille rotatif offre des conditions optimales de germination de la graine en semis direct.
Ligne de semis après passage d’un chasse-paille. Le chasse-paille rotatif offre des conditions optimales de germination de la graine en semis direct. - © DR

Plus que la profondeur du sol, c’est la préparation qui conditionne la qualité de l’enracinement.

Objectif : un pivot d’au moins 15 cm de profondeur
La compaction des sols freine l’enracinement, ce qui pénalise rapidement l’alimentation en eau et en éléments minéraux des plantes (graphique).
Un travail du sol dans les 2 jours après la récolte de la céréale permet de bénéficier de l’humidité résiduelle du sol. Attention, il est nécessaire de ne pas attendre la fin de la moisson sur l’exploitation  mais bien de travailler la parcelle prévue en colza juste après la récolte.
- En cas de labour prévu : c’est une pratique à mettre en œuvre lorsque les conditions d’humidité du sol permettent un émiettement suffisant - à éviter dans les sols trop argileux qui risquent de rester motteux.
- En cas de non labour : deux opérations sont souvent nécessaires, un déchaumage superficiel et une fissuration (priorité aux outils à dents).
- En semis direct : attention à la gestion de la paille. Adapter la hauteur de coupe pour récolter la céréale à plus de 20 cm afin de laisser peu de résidus sur le sol qui peuvent gêner l’action d’un disque et encombrer le sillon de semis. Choisissez un outil de semis adapté, équipé d’un chasse-paille par exemple.

L’application de napropamide est à gérer avec les opérations de travail du sol. Son utilisation est fortement recommandée dans les parcelles à fort enherbement (géraniums, coquelicot, ….). La campagne 2009-10 confirme l’intérêt d’incorporer ce produit de façon superficielle pour maximiser son efficacité. L’opération de semis est suffisante pour enfouir cette matière active.

.
. - © DR

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui