L'Agriculteur Normand 25 avril 2014 à 08h00 | Par Benjamin POINTEREAU Elodie JOUANNEAU ARVALIS-Institut du végétal

Culture - Les conditions pour réussir son désherbage maïs

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © ArVALIS-Institut du végétal

Réussir son traitement de prélevée
1. Attention à la préparation de solLes sols trop motteux ou insuffisamment rappuyés sont préjudiciables à la culture : mauvais contact sol - graine, défaut d’enracinement, carence induite… Ces défauts de préparation, ainsi qu’une présence trop importante de débris végétaux à la surface du sol, nuisent aussi à la bonne efficacité des herbicides et à celle des outils de désherbage mécanique.Sur des terres préparées en attente de semis, voire après le semis si le sol est sec motteux et insuffisamment rappuyé, on n’hésitera donc pas à utiliser un rouleau.
2. Un besoin de pluie après le traitementPour une bonne efficacité, les produits appliqués en post semis prélevée nécessitent une humidité suffisante. Les bonnes conditions éventuelles au semis ne suffisent pas et on considère qu’il faut au minimum 10 mm de pluie, dans les 10 à 15 jours suivant l’application, pour obtenir un résultat correct. Si ces conditions risquent de ne pas être réunies, il est préférable de reporter le traitement en post-levée précoce. Jusqu’à 3 feuilles du maïs et sur adventices jeunes (moins de 3 feuilles) on pourra continuer à utiliser dans le programme de traitement les herbicides à action racinaire.

- © arVALIS-Institut du végétal

Maximiser l’efficacité et la sélectivité des programmes de post levée précoce
1. Intervenir sur des adventices jeunes (dicots à 3-4 feuilles maxi, graminées à 2-3 feuilles), notamment sur flore difficile.
2. Les produits à action foliaires (sulfonylurées et tricétones) nécessitent un temps “poussant” : hygrométrie > 70 % et températures comprises entre 10 et 25 °C dans les 48 h qui encadrent l’intervention (attention aux fortes amplitudes thermiques).
3. Eviter les mélanges hormones + sulfonylurées anti-graminées, qui comportent plus de risque de phytotoxicité.
4. Limiter l’usage des adjuvants aux cas particuliers recommandés par les fabricants (Laudis ou Auxo avec Actirob B, Biathlon avec Dash ou autre adjuvant, Lontrel avec huile, …).5. Consultez l’étiquette pour les conditions d’emploi spécifiques du produit et vérifiez les possibilités de mélange.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui