L'Agriculteur Normand 21 février 2008 à 09h56 | Par B. GAILLARD / D. BOUTTET - ARVALIS-UNIP

Culture - Protéagineux : mauvaises herbes et ravageurs sous surveillance

Que ce soit pour les protéagineux d’hiver ou les protéagineux de printemps semés tôt, l’observation des cultures à la sortie de l’hiver est indispensable, car elle permet de prendre les bonnes décisions, pour le désherbage ou la lutte contre les premiers ravageurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Attention : les protéagineux sont très sensibles aux accidents de désherbage, comme un mauvais rinçage de pulvérisateur qui a servi sur le blé ou le maïs, et aux risques de dérive des produits appliqués sur la parcelle voisine, en cas de vent, même très léger.
Attention : les protéagineux sont très sensibles aux accidents de désherbage, comme un mauvais rinçage de pulvérisateur qui a servi sur le blé ou le maïs, et aux risques de dérive des produits appliqués sur la parcelle voisine, en cas de vent, même très léger. - © S. Dévé
Avec l’alternance de conditions douces et pluvieuses et de périodes fraîches et sans pluie, comme celles que nous connaissons en ce début février, les protéagineux d’hiver atteignent un stade de développement “habituel” et beaucoup moins avancé qu’en 2007 à la même époque.
Les premiers semis de protéagineux de printemps ne vont pas tarder à lever, si ce n’est déjà fait.

Pois et féverole d’hiver : faire l’état du “salissement”

Il existe peu de solutions de traitement antidicotylédones du pois en post levée et aucune n’est homologuée pour la féverole (voir tableau).
Deux solutions sont utilisables et efficaces sur le pois d’hiver et sur des adventices jeunes (cotylédons - 4 feuilles) :
- le BASAGRAN SG (ou ADAGIO SG) est efficace principalement sur chénopode, crucifères (sanve, ravenelle) morelle, matricaire, éthuse ; il peut être utilisé jusqu’au stade 10-12 feuilles du pois à la dose maximale de 1.4 kg/ha ;
- le mélange CHALLENGE 600 (0.5 l/ha) + BASAGRAN SG (ou ADAGIO SG) (0.3 kg/ha), efficace sur adventices jeunes (moins de 3-4 feuilles) : crucifères, matricaire, gaillet, coquelicot, renouée persicaire, stellaire et chénopode. Cette association est peu coûteuse mais elle manque parfois de sélectivité sur la culture (si écarts de température marqués entre le jour et la nuit, et/ou si culture de pois peu poussante). Il est préconisé sur pois d’hiver de fractionner cette application en 2 passages pour une meilleure efficacité sur levées échelonnées.

Il n’y a aucune possibilité de traitement antidicotylédones de postlevée sur la féverole
En l’absence de résistances, la lutte contre les graminées adventices est, en revanche, facilitée aussi bien sur féverole que sur pois, par la disponibilité de plusieurs herbicides homologués : FUSILADE X2, ETAMINE, LEOPARD 120, PILOT, TARGA D+ et STRATOS ULTRA (seul DIME parmi les produits homologués).
Plus les graminées sont jeunes, plus il est facile de moduler les doses et donc de réduire les coûts de désherbage. Il est cependant nécessaire d’attendre des conditions poussantes pour une bonne efficacité.
En présence de résistance suspectée, il est souhaitable d’utiliser du KERB FLO (4-6 feuilles - Délai Avant Récolte = 120 jours) ou du LEGURAME PM (2-4 feuilles - DAR = 90 jours). Privilégier les applications sur sol frais (herbicide racinaire). Ces produits s’utilisent en programme en 2 applications : la première a réaliser dès maintenant (respect DAR) pour les graminées puis la seconde pour lutter contre les dicotylédones. A noter que le KERB FLO et le LEGURAME PM ont des efficacités secondaires sur dicotylédones : coquelicot, stellaire, mercuriale et véronique…
.
. - © DR
Pois de printemps : à chaque parcelle son programme !
Pour le pois de printemps, il existe une certaine souplesse dans le désherbage, liée à l’existence de solutions en post levée.
Si certaines adventices dicotylédones sont passées “à travers”, le traitement de post semis prélevée ou si la parcelle de pois n’a pas été désherbée en post semis prélevée, il est en effet possible de recourir aux produits cités précédemment ainsi qu’au mélange BASAGRAN SG (ou ADAGIO SG) + PROWL 400 (ou BAROUD SC) aux doses de 0.6 kg/ha + 1 l/ha. Ce mélange est efficace sur chénopode, crucifères, matricaires, renouée persicaire, véronique de Perse et stellaire.
Le fractionnement de ces solutions de postlevée n’est rendu possible que sur les secteurs les plus tardifs (respect des Délais Avant Récolte).
Une dernière solution en pois de printemps : le NIRVANA (2 l/ha) efficace sur crucifères, renouée persicaire, renouée des oiseaux, chénopode, véronique de Perse, véronique à feuille de lierre, matricaire, coquelicot, stellaire et fumeterre (voir tableau). Attention toutefois à bien respecter les conditions d’utilisation de ce produit, notamment l’absence de prélevée. Sa sélectivité est résuite en cas de forte amplitude thermique et si le pois a dépassé 6 feuilles.
Pour la lutte contre les graminées, en l’absence de résistance, plusieurs produits sont disponibles aussi bien sur pois que sur féverole. Privilégiez dans le cadre de l’alternance des matières actives, plutôt du CENTURION (uniquement en pois de printemps) ou du STRATOS ULTRA. En cas de résistance avéré RayGrass/Vulpin, il est indispensable de lutter contre les graminées à l’échelle de la rotation et notamment au cours de la longue interculture précédant le protéagineux.

Ravageurs précoces : surveillez les sitones
En absence de traitement insecticide des semences, il est nécessaire de surveiller les premiers dégâts occasionnés par les sitones adultes, tant sur pois que sur féverole. Les risques dépendent de nombreux facteurs (présence de haies, climat, historique des parcelles …) et il est difficile de déterminer à priori l’importance des populations.
Un traitement s’impose dès lors que le nombre d’encoches sur les feuilles atteint 5 en moyenne, sur au moins une plante sur deux. Le traitement, à base de pyréthrinoïdes, doit être réalisé par temps doux et calme (sans vent). Ne plus intervenir après le stade 6 feuilles en pois de printemps et en féverole et 8-10 feuilles en pois d’hiver.
Les thrips doivent également être surveillés, même s’ils sont moins fréquents que les sitones, surtout en cas de levée très longue.
Lupin : enfin des possibilités antidicots !
Deux produits antidicotylédones sont utilisables aussi bien sur lupin d’hiver que sur lupin de printemps.
- Le CENT 7 (isoxaben) peut être utilisé soit en post semis prélevée, à la dose de 0.8 l/ha, soit en programme, c’est-à-dire d’abord en post semis prélevée à la dose de 0.6 l/ha puis en postlevée à la dose de 0.4 l/ha. Ce produit est intéressant sur les crucifères (sanves, ravenelles), la matricaire, les véroniques et la stellaire (= mouron des oiseaux).
- Le CENTIUM 36 CS est utilisable en prélevée uniquement à la dose de 0.3 l/ha, il est intéressant sur gaillet, éthuse et renouée des oiseaux.
L’association de ces deux produits, en post semis prélevée est possible et intéressante, car leur spectre d’efficacité est complémentaire. Les doses recommandées sont de 0.25 l/ha de CENTIUM + 0.8 l/ha de CENT 7.
En cas de programme de traitement notre préconisation est la suivante :
- post semis prélevée : CENTIUM (0.25 l/ha) + CENT 7 (0.6 l/ha)
- puis post levée précoce : CENT 7 (0.4 l/ha).
Concernant la lutte contre les graminées adventices, l’AGIL (ou AMBITION ou CLAXON) est utilisable contre la plupart des graminées adventices : folle avoine, repousses de céréales, ray-grass, pâturin commun. Utilisé avec huile (1 l/ha), la dose pourra être modulée de 0.6 l/ha à 0.8 l/ha suivant le stade des adventices (au moins 0.7 l/ha pour la folle avoine et le ray-grass).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,