L'Agriculteur Normand 07 mars 2013 à 13h41 | Par Mathieu Godet CETIOM - Philippe Morin ARVALIS INSTITUT DU VEGETAL

Culture - Remplacer une culture accidentée par du lin oléagineux

Les nombreux atouts du lin oléagineux de printemps.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © CETIOM
En tant que tête de rotation, le lin oléagineux de printemps peut faciliter le désherbage des céréales et du colza (géraniums, crucifères, etc.) en créant une rupture forte dans les rotations.Son cycle court favorise un retour rapide sur investissement. La culture du lin oléagineux de printemps ne nécessite pas de matériel spécifique et ne perturbera pas la répartition des temps de travaux sur l'exploitation.Les graines de lin sont actuellement bien valorisées en alimentation animale et humaine, en raison de leur forte teneur en oméga 3.

Le lin oléagineux de printemps valorise les terres profondes
La phase de floraison doit bénéficier d’une alimentation en eau régulière et suffisante. Ainsi, le rendement peut atteindre 25 à 30 q/ha en très bonnes terres. Cependant en sols sableux, argilo-calcaires superficiels…, les rendements seront, entre autres, dépendants de la pluviométrie de juin surtout au sud de la Loire.

Les bons rendements du lin suivent une implantation soignée
- En cas de limons battants : il faut éviter de préparer des lits de semence trop affinés et préférer les préparations qui laissent des mottes en surface. Il faut éviter de rouler les parcelles et de tasser le sol en surface. Dans ce cas de figure, il ne faut pas de pluie dans les 3 jours qui suivent le semis pour limiter la battance.
- Dans tous les cas : NE PAS SE PRECIPITER pour les travaux de destruction des “restes” de la culture précédente et pour la préparation du lit de semence du lin oléagineux. Mieux vaut laisser passer quelques jours pour un meilleur ressuyage des sols, au bénéfice d’un bon enracinement du lin, culture qui doit pivoter.
- Semis : étape cruciale qui influence le rendement !
- Utiliser des semences certifiées qui garantissent une levée rapide, régulière et homogène.
- Viser 450 plantes viables/m².
- Semer à une profondeur régulière : entre 1 et 2 cm.Une implantation régulière et avec de fines mottes (diamètre inférieur à 3 cm) permet de ralentir la formation de croûtes de battance (limons) qui entravent l’émergence des plantules et retardent la couverture du sol. (De plus, les altises se cachent sous les grosses mottes).Meilleure sera l’homogénéité du lit de semences, meilleure sera la levée : lin plus rapide, plus vigoureux, moins de ravageurs et indirectement moins de maladies.

Précautions à prendre selon le désherbage de la culture d’hiver détruite avant le lin
Le tableau ci-dessus rappelle les possibilités et conditions d’implantation du lin oléagineux de printemps après une céréale ou un colza d’hiver, en fonction de certains produits utilisés, à leur dose homologuée. Attention au délai (décompte à partir de la date de traitement) qui sépare l’application du produit et le semis de la culture de remplacement.Remarque : l’enfouissement des pailles peut provoquer des ralentissements de croissance si la matière active ne s’est pas totalement dégradée.
Internet
Télécharger la dernière brochure CETIOM sur la culture du lin oléagineux de printemps : http://www.cetiom.fr/publications/brochures-cultures/brochure-lin-graine-de-printemps-2012/

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui