L'Agriculteur Normand 13 février 2019 à 09h00 | Par Sandrine Bossière

De la boulangerie à l’élevage

Après douze ans dans la boulangerie, Valentin Lequertier a repris l’exploitation familiale le 1er février. Une exploitation où des championnes ont marqué les palmarès des concours, notamment celui de Paris. Il emmènera à la fin du mois deux animaux, dont Clochette, la Normande la plus âgée du concours. Ce n’est pas sa première puisque l’élevage de ses parents a su remporter différentes récompenses. A lui de se faire désormais un prénom.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © SB

Valentin Lequertier a grandi dans la ferme familiale. Une exploitation laitière d’une trentaine de vaches de race Normande au potentiel génétique relevé. Mais à 15 ans, Valentin s’est tourné vers la boulangerie. « Mes parents m’ont toujours laissé le choix de faire ce que je voulais », reconnaît-il. Il a donc été salarié pendant douze ans tout en ayant toujours un œil et un pied chez ses parents. « SI j’avais horreur de monter sur le tracteur, j’aimais bien les animaux et la génétique », confie-t-il. D’ailleurs, c’est Valentin qui a fait les plans d’accouplement du cheptel. Et c’est toujours le cas.

Une BPREA en juin 2017
Il y a trois ans, quand son père, Roger, fut opéré des hanches, il a prêté main forte à sa mère, Colette. De quoi se poser de véritables questions. « Soit je m’installais en boulangerie, soit je revenais sur la ferme », explique-t-il. Et c’est la deuxième option qu’il a choisie, l’obligeant à reprendre les études, un BPREA à distance, en allant à l’école une fois par mois et le reste du temps partagé à travailler ses devoirs et le travail à la ferme. « Cela m’a permis de me laisser du temps, d’être sûr de moi, et de prétendre aux aides JA », souligne le jeune trentenaire.

Deux souches
Aujourd’hui, il est à la tête d’un des « meilleurs troupeaux français laitiers et en morphologie », souligne Olivier Pibouin, animateur de l’association de race Normande dans la Manche. « Ce sont des vaches avec du développement, du squelette et de la puissance. Ce ne sont pas des demi-portions », poursuit-il. Ce troupeau a été construit à partir de deux souches seulement, deux vaches nommées Bêtise et Beulette, et qui font naitre des championnes. « J’avais 11 ans quand j’ai participé au concours départemental avec Gonzesse », se rappelle l’éleveur. Avec Houlette, l’élevage Lequertier avait participé au concours départemental. Une première participation qui a permis de mettre en lumière des vaches d’exception, Houlette ayant été cinq fois championne à Montebourg (nord-Manche), mais qui n’avait jamais connu Paris. « C’était trop loin pour elle », sourit Valentin.

Une jeune et une vieille vache
C’est Gonzesse qui est montée à la capitale en 1998. Ensuite, l’élevage a été sélectionné à de multiples reprises et ce, chaque année depuis 2007. Cette année, Valentin Lequertier y amène Clochette, une Normande de 11 ans, la plus vieille du concours. « Elle y va pour la 3e année. Issue de la souche de Houlette, elle produit 12 540 kg de lait en 305 jours. Et en 6 lactations, elle aura dépassé les 60 000 kg de lait »,
indique le jeune éleveur. La deuxième vache est le symbole de l’avenir du troupeau. Jerricane, championne jeune l’année dernière à Paris, va concourir dans la catégorie des vaches en 2e lactation. Elle affiche une production de 9 306 kg de lait. Jean-Philippe Duchange, juge de l’édition précédente disait qu’elle était « une vache qui a beaucoup d’allure avec un avant de mamelle remarquable et une harmonie générale. C’est une jeune vache pleine d’avenir. » 
C’était Valentin qui était déjà à Paris les années précédentes. « Je prenais toujours mes vacances à cette période », raconte-t-il. Mais le stress du concours l’a conduit à confier ses vaches à des « conducteurs ». « Les animaux ressentent notre stress. Ce n’est pas bon », assure-t-il. Cela lui a plutôt bien réussi.

Au micro
Il a pratiqué les concours aussi de l’autre côté de la barrière, c’est-à-dire en prenant le micro et en jugeant les animaux. « J’aime bien juger. Cela me permet de voir si j’ai le bon œil », lâche-t-il. Et cela lui permet de mieux comprendre sa place dans les concours. « C’est important d’expliquer aux éleveurs leur place. Ce sont parfois des détails mais qui permettent de faire évoluer », ajoute-t-il.

Un héritage
Valentin peut vivre sa passion des concours grâce au travail de ses parents et grands-parents. « Il ont toujours fait de la génétique. Cela ne s’est pas fait en jour. C’est un vrai héritage pour moi. J’espère pouvoir tenir le niveau », confie-t-il. Ce sont les taux, les aplombs, la morphologie, les bassins larges qui sont importants pour l’exploitant, qui prône pour un vêlage précoce. « On approche en moyenne 27 mois mais la plus jeune n’a que 22 mois », indique-t-il.  

Sur aire paillée
Cette passion de l’élevage va se traduire dans le développement de son cheptel. Parti avec une trentaine de vaches, il compte monter à 60, toujours en race Normande. Des travaux sont en prévision tel qu’un bâtiment en aire paillée et une salle de traite d’occasion 2 x 6. « Ces constructions seront au cœur des parcelles pour favoriser entre autres le pâturage », conclut-il.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui