L'Agriculteur Normand 08 janvier 2018 à 08h00 | Par Jean-Claude Dorenlor

Des références sur les systèmes viande bovine : les cas types pour décrire les systèmes de production présents en Normandie

Les systèmes viande bovine sont divers ainsi que les productions qui en sont issues. Pour les décrire, les Chambres d’agriculture et l’Institut de l’Elevage ont, dans le cadre du dispositif de recherche et de développement Inosys-Réseaux d’élevage et au travers des cas-types, modélisé les systèmes de production les plus fréquents en Normandie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Des références annuellement actualisées.
Des références annuellement actualisées. - © inosys

En Normandie, les deux tiers des 250 000 vaches allaitantes sont détenus par environ 4 000 producteurs spécialisés en viande bovine dont un tiers d’entre eux sont aussi des polyculteurs. On retrouve donc la viande bovine dans différents systèmes de production, chez les herbagers là où la prairie est dominante et chez les polyculteurs en zone de plaine. Certains engraissent les broutards nés, d’autres sont strictement naisseurs, ou strictement engraisseurs. Au-delà du type d’animaux produits et de la race de ceux-ci, il y a aussi une importante diversité dans les modes de production (niveau d’intensification, conventionnel ou agriculture bio, filière longue et circuit court).
Compte tenu de cette diversité des productions et des systèmes, il est compliqué de décrire globalement la réalité de la production bovine et de porter un diagnostic unique sur la situation des producteurs de viande bovine.

6 cas type décrits
C’est pourquoi, dans le cadre des travaux conduits par le dispositif de référence Inosys-Réseaux d’élevage, il est élaboré des « cas-types ». Le principe est de modéliser le fonctionnement technique, économique et environnemental d’un système de production donné, avec le souci de construire des systèmes de production viables du point vue des résultats économiques, de la charge de travail et de l’impact environnemental. Ces systèmes doivent aussi être reproductibles.
La construction n’est pas le résultat d’une approche statistique. C’est un assemblage optimisé des pratiques cohérentes étudiées dans les exploitations suivies sur plusieurs années dans le cadre du dispositif Inosys-Réseaux d’élevage de Normandie. La construction des cas-types est un travail d’équipe qui réunit les ingénieurs viande des Chambres d’agriculture et de l’Institut de l’Elevage, chacun apportant sa connaissance approfondie des systèmes présents sur son territoire et son expérience acquise sur le terrain dans la conduite des troupeaux allaitants, des ateliers d’engraissement, des systèmes fourragers et de la conduite des cultures. Cette confrontation est l’assurance d’une harmonisation dans l’écriture des modèles et une appropriation par chacun de la collection de cas-types. Cet exercice est à renouveler tous les 5 à 7 ans pour tenir compte des évolutions permanentes des structures d’exploitation, des pratiques et des contextes économiques et réglementaires.
Le cas-type se veut représentatif du mode de fonctionnement d’un système correctement conduit du point de vue technique. Les performances techniques retenues sont le plus souvent supérieures aux moyennes observées mais sont considérées comme des objectifs atteignables par tous les éleveurs.
Pour refléter au mieux les systèmes présents sur la Normandie, il a été fait le choix de décrire 6 systèmes de production, 3 systèmes herbagers et 3 systèmes en polyculture élevage.

Utilisation des cas-types
Les cas-types s’adressent aussi bien aux éleveurs et futurs éleveurs, à leurs conseillers, aux formateurs, aux responsables politiques et décideurs.
Pour les éleveurs, les cas-types fournissent des objectifs et les façons de faire pour les atteindre. Ils sont particulièrement utiles en phase d’installation et d’évolution de système, tout comme en régime de croisière pour permettre aux éleveurs de se situer, de repérer les marges de manœuvre et d’améliorer ses performances.
Les conseillers y trouveront les principaux indicateurs pour un conseil adapté et toutes les références techniques, économiques, organisationnelles et environnementales permettant de construire avec les éleveurs des projets cohérents et de mesurer l’impact de différents changements de conduite ou de contexte.
Les cas types constituent un support pédagogique pour présenter le fonctionnement d’une exploitation agricole et sa cohérence. C’est un outil que les enseignants et les formateurs ont à leur disposition et utilisent pour sensibiliser les étudiants et stagiaires à l’approche globale.
Enfin, le descriptif précis du fonctionnement d’un système de production permet la connaissance des systèmes de production et à chaque évolution de contexte, quelle soit politique (PAC), réglementaire (environnement,) ou conjoncturelle (prix de marché), de mesurer l’impact précis par système et d’établir des simulations prospectives.
Chaque année, les cas-types étant décrits à système constant, ils permettent de mesurer l’effet conjoncture sur chacun des systèmes. Cela permet de souligner la sensibilité des systèmes aux conjonctures annuelles.
L’écriture des cas-type permet aussi de reconstituer les éléments de bilan et ainsi de s’interroger sur les conditions d’installation dans les systèmes décrits.

INOSYS
Le dispositif Inosys-Réseaux d’Elevage est un réseau de compétences et de références, déployé sur l’ensemble du territoire français, qui associe près de 1 500 éleveurs et 240 ingénieurs des Chambres d’agriculture et de l’Institut de l’Elevage. Il fonctionne dans les principales productions animales : bovins lait, bovins viande, ovins, caprins, équins.
Le réseau bovins viande de Normandie regroupe une vingtaine d’exploitations réparties en 4 systèmes de production. Ces exploitations choisies pour leurs résultats et leur cohérence font l’objet de plusieurs visites annuelles pour une connaissance approfondie de leur fonctionnement et de leurs résultats économiques. Cette collaboration entre les éleveurs et les ingénieurs viande permet l’établissement de références système originales prenant en compte la triple performance souhaitée par les financeurs (csaDAR et PNDAR) et régionaux (PRDAR).
Les travaux menés font l’objet de parutions régulièrement mises en ligne sur les sites des Chambres d’agriculture de Normandie : « les systèmes bovins viande en Normandie, actualisation économique de 6 cas types en conjoncture 2016 ». La présentation détaillée des 6 cas types viande bovine de Normandie sera prochainement en ligne.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui