L'Agriculteur Normand 09 avril 2010 à 10h30 | Par V.Motin

Développement durable - L’agriculture frappe aux portes de Caen

Caen métropole veut développer une agriculture périurbaine. Objectif : faciliter l’installation d’exploitation maraîchères sur le territoire. Sollicitée par la collectivité, l’Adear porte le projet.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
“Nous aurons un rôle de tuteur lors de l’installation des jeunes maraîchers. Les exploitations ne seront pas forcément Bio. Car pour une jeune, il est difficille de cumuler  installation et agrément bio”, explique la président de l’Adear.
“Nous aurons un rôle de tuteur lors de l’installation des jeunes maraîchers. Les exploitations ne seront pas forcément Bio. Car pour une jeune, il est difficille de cumuler installation et agrément bio”, explique la président de l’Adear. - © Leintenberger

Caen Métropole compte 143 communes pour 330 000 habitants. Selon Christine Gamaury, présidente de l’Adear*, la demande autour des AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) explose. Faute de terres disponibles proches de l’agglomération caennaise, elle s’est installée à Villers-Bocage. “La demande est à Caen, mais il n’était pas possible de s’installer à proximité de la zone de consommation. Nous avons donc choisi Villers-Bocage. Un collègue a opté pour Mézidon-Canon” résume Christine Gamaury. Principal rôle de l’Adear : sensibiliser les élus. Vendredi dernier, elle a donc présenté aux élus des exemples d’exploitations maraîchères. Histoire de comprendre les besoins en termes de surfaces de ce type d’installation.

Inflation du foncier
La problématique apparaît essentiellement foncière. “Si on veut une agriculture périurbaine, les élus locaux doivent intervenir”, insiste la présidente de l’association. L’Adear a donc pris son bâton de pèlerin. Elle a rencontré Caen Métropole et éprouvé son projet à Giberville.
Avec les plans locaux d’urbanisme, les maires peuvent influer sur la création d’installations en maraîchage.  Dans leurs démarches, ils peuvent être accompagnés par le Grab (Groupement régional de l’agriculture biologique), l’Adasea ou la Chambre d’agriculture.  À Giberville, le PLU est en cours de finalisation.

Déclaration d’intention politique
Cinq hectares sont déjà réservés. Selon, Gérard Leneveu, maire de Giberville, l’activité maraîchage va “ancrer le poumon vert de la ville.  Les espaces verts représentent déjà un tiers de la surface de notre commune. Ce PLU est aussi une déclaration d’intention politique. Nous étions déjà très sensibles aux aspects environnementaux. Notre restaurant scolaire tente de privilégier les produits locaux. Nous développons également un marché de proximité autour d’une halle. Les débouchés ne manqueront pas”. Même si l’emplacement n’est pas encore défini, cinq hectares sont donc réservés pour un futur maraîcher. Reste à connaître les modalités d’installation. Location des terres ou cession à prix modéré rien n’est pour l’instant défini.



*Association pour le développement de l’emploi agricole et rural du Calvados.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui