L'Agriculteur Normand 03 avril 2013 à 11h10 | Par Isabelle Ghestem - Chambre d’agriculture de l’Eure

Développement durable - La paille pour le chauffage des bâtiments

Guillaume et Patricia Lamier, aviculteurs dans l’Orne, ont installé une chaudière à paille et à céréales de 800 kW. Les besoins en énergie thermique sont ainsi couverts à 100 %.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La chaudière est équipée d’un système d’alimentation à balle carrée et valorise la paille des céréales. Un réseau de 900 ml distribue l’eau ainsi chauffée.
La chaudière est équipée d’un système d’alimentation à balle carrée et valorise la paille des céréales. Un réseau de 900 ml distribue l’eau ainsi chauffée. - © CA 61
Guillaume et Patricia Lamier, aviculteurs dans l’Orne, valorisent désormais la paille produite sur l’exploitation pour le chauffage des bâtiments avicoles et le séchage du maïs. Un choix d’autonomie et d’économie.

Des activités consommatrices d’énergie
Sur leur exploitation de 165 ha dont 75 ha de maïs grain et 90 ha de céréales, Guillaume et Patricia Lamier élèvent des dindes et des poulets standards dans 6 300 m² de bâtiments avicoles. Ils disposent d’un séchoir à maïs pour sécher eux-mêmes leur production. Ces installations d’élevage et le séchoir représentent un besoin en énergie important que Guillaume Lamier estime à 768 MWh utile/an soit l’équivalent de 67 T de gaz propane par an (10 T pour le séchoir et 57 T pour les bâtiments avicoles).  

S’affranchir du prix haussier du gaz
Lorsqu’il s’est installé en 1999, Guillaume Lamier payait le propane 450 €/T (3,5c€/kWh). Un prix qui n’a cessé d’augmenter pour atteindre 900€/T en 2012. Le diagnostic énergie remis par le conseiller énergie de la chambre d’Agriculture et les visites de chaufferies réalisées avec le GVA puis une visite au Space ont fait mûrir une réflexion. En 2012, à l’occasion de l’arrêt de la production de bovin viande et du développement de l’atelier avicole, Guillaume et Patricia Lamier font le choix d’installer une chaudière à paille de céréales de 800 kW pour couvrir 100 % des besoins en énergie thermique de l’exploitation. La chaudière est équipée d’un système d’alimentation à balle carrée et valorisera la paille des céréales. Un réseau de 900 ml distribue l’eau ainsi chauffée vers les 4 bâtiments avicoles, le séchoir à maïs et la maison.
- © CA 61
Un changement d’organisation
Guillaume Lamier assure une visite matin et soir à la chaudière pour vérifier son bon fonctionnement et s’assurer de l’absence de mâchefer (voir encaré). Le chargement du convoyeur à balle mobilise 20 minutes tous les 2 jours et le local à cendres est vidé tous les 15 jours. Un entretien annuel est convenu avec l’installateur spécialisé. En contrepartie, le chauffage centralisé supprime l’entretien auparavant effectué sur chaque poste à air chaud. Guillaume et Patricia Lamier ont également pensé à une solution méthanisation. Mais cette solution leur a paru plus complexe à gérer d’un point de vue ressource (trouver un complément au fumier sec de l’exploitation), et moins souple dans leur organisation du temps. Une unité de méthanisation aurait dû fonctionner toute l’année. La chaudière à paille respecte les temps de pause entre les bandes de poulets. Le bois a aussi été rapidement écarté, la ressource en haies de l’exploitation n’étant pas suffisante. 

Autonomie et économie
Au total, l’installation (bâtiment, chaudière, réseau, installation) aura coûté 381 179 €. L’Ademe et la Région Basse-Normandie ont soutenu l’achat de la chaudière et du réseau de chaleur à hauteur de 22 %. La part restante est financée par un emprunt sur 12 ans à 4 %, soit une annuité de 36 500 €. Une annuité que l’économie réalisée sur le combustible (47 000 €) permet de financer.Le propane est désormais remplacé par 235 T de paille prélevées sur les 90 ha de céréales de l’exploitation. En 2011, Guillaume et Patricia Lamier ont aussi fait le choix d’implanter 8 ha de miscanthus pour la litière des volailles. Quatre supplémentaires seront implantés en 2013. Ils assureront un complément au combustible si besoin. Un retour au sol de matière organique est assuré par le compostage de la litière de miscanthus des volailles. Les éléments minéraux P et K, retrouvés dans les cendres y sont mélangés.

Des énergies fossiles et du CO2 économisés
Sur cette installation, une  unité d’énergie fossile mobilisée permet de générer 73 unités d’énergie renouvelable utile. En effet, l’énergie utilisée à la mobilisation de la paille et son stockage (fioul, fabrication des machines et hangars) représente 10,3 MWh, pour 856 MWh de propane économisé ! En passant de 250 g de CO2 émis par kWh utile à 9 g de CO2/kWh utile, 185 tonne de CO2 sont aussi évitée annuellement !  L’équivalent des émissions de 95 véhicules parcourant 15 000 km par an !
Le mâchefer
Les combustibles paille et miscanthus présentent des spécificités. La température de fusion des cendres se situe entre 800 et 1 200 °C contre 1 000 à 1 400 °C pour le bois. Les cendres peuvent donc fondre dans le foyer et former des blocs durs susceptibles d’endommager la vis d’amenée du combustible. Un dispositif de fond mouvant permet de les maintenir en mouvement et de les évacuer pour éviter ce problème. Autre particularité, les tiges contiennent du chlore et du soufre qui peuvent former des acides lors de la combustion. Ces acides condensés dans le conduit de cheminée peuvent provoquer la formation de trous. Les chaudières polycombustibles sont donc équipées de conduits de cheminée spécifiques.

Sur vos agendas
Visiter l’exploitation de Guillaume et Patricia Lamier
Dans le cadre du plan avicole ornais, une visite de l’exploitation de Guillaume Lamier sera organisée par la chambre d’Agriculture de l’Orne en juin. Au programme : visite des 3 000 m2 de bâtiments avicoles, station de compostage, chaufferie paille, culture de miscanthus. Renseignement et pré-inscription : Elodie Barthelemi, 02 33 31 49 40.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui