L'Agriculteur Normand 10 janvier 2013 à 10h25 | Par Joël Rébillard

Elections à la Chambre d'Agriculture de l'Orne - Des femmes et des hommes fiers de prendre leur avenir en main

La liste menée par le président de la Chambre d’agriculture et soutenue par la FDSEA et les JA de l’Orne a été présentée hier à la presse. Interview de Jean-Louis Belloche.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

© TG

Jean-Louis Belloche, vous avez présenté votre liste de candidats, comment avez-vous travaillé pour la construire ?
Nous avons travaillé avec le président de la FDSEA et le président des JA. Nous avons mis en commun les noms des candidats potentiels auxquels nous avons pensé. Nous avons consulté les responsables syndicaux du secteur. Nous avons dressé une liste que nous avons soumis en réu-nions de zones FDSEA et JA. Enfin, la liste a été validée par les conseils d’administrations de la FDSEA et des JA le 11 décembre.

Qu’est-ce qui caractérise cette liste ?
Sa diversité. Elle représente toutes les productions, tous les secteurs géographiques de notre département. On trouve des candidats de toutes les tranches d’âge, des hommes et des femmes… c’est important parce que nous avons vocation à représenter tous les agriculteurs de l’Orne.

Quels ont été les faits marquants du mandat qui s’achève ?
Le premier a été la reprise par la Chambre d’agriculture des missions de service public assumées par l’ADASEA autour de l’installation des jeunes. Nous avons fait le choix de regrouper toute l’activité à la chambre d’agriculture et cela s’est très bien passé. Nous sommes en ordre de marche pour accompagner tous les projets des jeunes, même si le désengagement de l’Etat nous impacte très fortement.
Le deuxième a été la crise climatique de 2011. Notre rôle a consisté à donner aux éleveurs les conseils appropriés mais aussi à évaluer, expertiser pour construire un dossier de calamités agricoles qui a permis d’obtenir des exonérations de taxe sur le foncier non-bâti (TFNB) pour l’ensemble des agriculteurs du département. Nous avons aussi créé une association avec l’ensemble des structures départementales (Conseil général, syndicats, CUMA, ETA, banques, assurances…), Orne Solidarité Sécheresse, pour trouver des fourrages, de la paille pour les éleveurs. Nous avons donc positionné la chambre au plus près des préoccupations des agriculteurs.

Vous avez créé cette association avec des syndicats qui s’opposent à vous. C’est surprenant ?
Non, nous voulions rassembler tout le monde. L’heure était grave et n’était plus aux querelles syndicales. J’ajoute que l’ambiance à la Chambre n’est pas aussi compliquée qu’on pourrait le penser. J’en veux pour preuve que notre budget prévisionnel 2013 a été voté par les élus de la Coordination Rurale et que ceux de la Confédération Paysanne se sont abstenus…

Pour le prochain mandat, quel est votre projet ?
Le premier objectif est de travailler sur le revenu. Nous voulons que chaque agriculteur de l’Orne puisse dégager un revenu décent de son activité. Nous voulons aussi travailler sur la notion de production. Les productions d’élevage sont en danger. Les contraintes de tous ordres s’accumulent. Jusqu’où les pouvoirs publics vont-ils aller ? Se rendent-ils compte qu’ils incitent les éleveurs à changer de métier ? Nous souhaitons donc réaliser un plan de sauvetage de l’élevage à l’image du plan avicole ornais en réunissant tous les intervenants concernés : collectivités, approvisionnements, industries d’aval…

Vous êtes contre l’environnement ?
Pas du tout mais il est grand temps de remettre du bon sens dans les décisions. Nos interlocuteurs ne doivent pas se contenter de répondre aux injonctions de Bruxelles comme sur la directive nitrate où on sort des normes comme un lapin du chapeau, juste pour étendre les zones vulnérables.

Vous avez aussi des projets au niveau territorial ?
Nous souhaitons aussi promouvoir la production d’énergie renouvelable sur les exploitations agricoles. Dans le domaine environnemental, nous avons aussi l’ambition de renforcer la présence des agriculteurs dans les lieux de décision locaux : SAGE, périmètres de captage… Enfin, nous projetons d’organiser une conférence avec les élus de notre département pour les sensibiliser à la consommation du foncier agricole. L’agriculture est l’industrie lourde de l’Orne. Si on consomme du foncier, on appauvrit le potentiel agricole, donc l’économie du département. Les élus doivent en prendre conscience.

Votre métier d’agriculteur est un métier à part. Il n’y a pas un risque de décourager les vocations ?
C’est un métier à part, certes, mais c’est le plus beau des métiers, en contact avec la nature avec une grande liberté dans les décisions que nous prenons. Sachons valoriser ces aspects positifs et ainsi nombreux seront les jeunes qui nous rejoindront.
Les candidats

Collège 1 : chefs d’exploitation et assimilés

1. Jean-Louis Belloche, Saint-Siméon
2. Anne-Marie Denis, Messei
3. Guillaume Larchevêque, Ménil Erreux
4. Daniel Génissel, le Château d’Almenèches
5. Séverine Yvard, Dorceau
6. Damien Louvel, Sées
7. Alain Fleuriel, Boitron
8. Manuella Belliard, Fontaine-lès-Bassets
9. Jean-Luc Delaunay, Pointel
10. Jean-Charles Colette, Echauffour
11. Martine Moulin, saint-Cyr-la-Rosière
12. Dominique Bayer, Beaulandais
13. Marc Rogereau, Monnai
14. Frédéric Blondeau, Ticheville
15. Laurence Lebrun, Aunou-sur-Orne
16. Jean-Pierre Prévost, Normandel
17. Nicolas Tison, Saint-Fulgent-des-Ormes
18. Carole Guérin, Rânes
19. Frédéric Tannevet, La Haute-Chapelle
20. Eric Hatteville, Moncy
21. Daniel Corbiere, Saint-Michel-des-Andaines
22. Anne-Laurence Fleury, Joué-du-Plain
23. Olivier Borel, Athis

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui