L'Agriculteur Normand 25 juin 2013 à 08h00 | Par A.Dufumier

Emploi - A la découverte du métier de "responsable d'atelier porcin"

Demandeurs d'emploi, conseillers de Pôle emploi et d'autres prescripteurs sociaux, ont pu découvrir in-situ le métier de porcher, mercredi 19 juin, à Martigny-sur-l'Ante.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Interview de Pierre Rolland, responsable d'atelier porcin © AD

 

 


Organisation du bâtiment, gestion technico-économique, planning, alimentation, température des salles, reproduction ...Accompagnés par Pierre Rolland, responsable d’atelier porcin et de la chef d’exploitation Isabelle Bertin, les demandeurs d’emploi, mais aussi les conseillers de Pôle emploi et d’autres prescripteurs sociaux, tels que l’Institut régional de formation pour adulte (IRFA), ont pu découvrir en détail le métier de responsable d’atelier porcin, mercredi 19 juin.La visite de la porcherie de Martigny sur L'Ante, dans le Calvados a duré deux heures et demi.Les participants ont déambulé au travers des salles de maternité, d’engraissement, en passant par la nurserie, le moulin, le bureau et les silos d’aliments.Pierre Rolland et Isabelle Bertin ont détaillé les différentes étapes de la production et tenté de transmettre leur passion pour l’élevage et la production porcine.“Les gens ne sont pas intéressés par les métiers de l’agriculture, parce qu’ils ne connaissent pas ce secteur, assure Pierre Rolland.C’est avec des journées de découverte comme celle-ci qu’on peut créer des vocations et transmettre notre passion”.

 

 

La restructuration appelle de la main-d’oeuvre salariée

Les conseillers sociaux ont également posé la question de l’avenir de cette filière porcine en France. Isabelle Bertin, la chef d’exploitation observe qu’elle a de la chance de pouvoir produire elle-même l’aliment donné aux cochons. “Car ceux qui doivent tout acheter ont bien du mal à ne pas produire à perte”.Nadège Gautier, de l’AREFA explique que “le nombre d’exploitation diminue et que la baisse de la main-d’oeuvre familiale implique des besoins importants de salariés agricoles, notamment dans la filière laitière ou céréalière. Pour une personne qui souhaite devenir salarié agricole, les formations en apprentissage et les stages sont de bonnes portes d’entrée, car cela donne des références”.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui