L'Agriculteur Normand 15 avril 2014 à 09h39 | Par T. Guillemot

Equipement - Semis de maïs : 6 m, 8 rangs pour 3,5 ha /h

L’entreprise Doguet (Sainte-Colombe-50) vient de s’équiper d’un combiné de semis 6 mètres/8 rangs. La mise en route s’est déroulée, mercredi dernier, dans de bonnes conditions. Visite de chantier commentée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

“On s’y retrouve économiquement parce que, pour un même débit de chantier, on n’a plus besoin que d’un seul chauffeur. La condition, c’est que ce chauffeur ait du métier. Le notre a 25 ans d’expérience. On peut donc lui © Thierry Guillemot

 

Bernard Doguet, entrepreneur de travaux agricoles et membre d’EDT Normandie(1), a confiance en l’avenir. La prestation de services auprès des agriculteurs, et plus particulièrement des éleveurs, a de beaux jours devant elle. Une confiance partagée par son fils, Anthony, qui vient de le rejoindre dans le giron de l’entreprise. Interview croisée.

Pourquoi avoir investi
dans un tel équipement ?
Bernard Doguet. C’est à l’occasion d’un renouvellement. Nous disposions d’un combiné vieillissant 4 rangs/3 mètres d’une quinzaine d’années mais qui était top à l’époque. L’entreprise s’est toujours orientée vers du matériel très technique, à la pointe de la technologie et de grande largeur pour exécuter rapidement les travaux que nous confient nos clients agriculteurs. C’est pourquoi nous sommes passés de 3 mètres à 6 mètres.

Quel est son seuil
de rentabilité ?
Bernard Doguet. On s’y retrouve économiquement parce que, pour un même débit de chantier, on n’a plus besoin que d’un seul chauffeur. La condition, c’est que ce chauffeur ait du métier. Le notre a 25 ans d’expérience. On peut donc lui confier sans crainte le pilotage d’un tel ensemble.

Pas trop encombrant
sur la route ?
Bernard Doguet. Il est vrai qu’ici, dans la Manche, on a beaucoup de petites routes avec des accès aux parcelles parfois restreints mais on a trouvé, avec la herse Alpego, du matériel au top. Elle est très compacte. Repliée, elle fait à peine 3 mètres.

Quel débit de chantier
pronostiquez-vous ?
Anthony Doguet. En terre moyenne, on devrait avoisiner sans problème les 3 ha à l’heure, voire plus quand les conditions le permettent. Tout dépend aussi du parcellaire.

Pour combien d’hectares
à semer ?
Bernard Doguet. Quand on parle d’hectares, ça surprend toujours un peu mais on a ici beaucoup de petites parcelles qui génèrent du temps mort. Par ailleurs, ce n’est pas notre seul équipement maïs. Comme les fenêtres météo sont de plus en plus petites, on doit faire tourner le maximum de matériel en même temps pour répondre aux exigences des agriculteurs. Globalement, on souhaiterait passer de 500 ha en 2013 à 600 ha cette année.

Du matériel toujours plus gros, c’est un phénomène
sans fin ?
Anthony Doguet. C’est une des questions que je me pose. Quand je mesure l’évolution du matériel qu’a connu mon père durant ces 25-30 ans, et si elle se poursuit au même rythme, je me demande à quoi cela ressemblera demain. Cependant je pense, qu’en terme de largeur de travail, on n’ira pas beaucoup plus loin à cause des problèmes de circulation sur la route. Par contre, les techniques vont encore largement évoluer, technique d’assistance à la conduite, technique de contrôles du semis sans oublier les techniques liées à l’agriculture de précision qui arrivent dans nos entreprises. C’est une demande de la clientèle à laquelle nous devons répondre. Je pense qu’on gagnera aussi beaucoup en fiabilité.

Réforme de la PAC, fin
des quotas laitiers (...),
quel avenir prédisez-vous
à la prestation de services ?
Bernard Doguet. Pour de nombreux agriculteurs, il y aura des choix à faire et l’appel à l’entreprise de travaux agricoles constitue une des solutions. Depuis 28 ans que je suis à mon compte, je n’ai jamais ressenti une baisse d’activité. Ça a même évolué et je ne vois pas cette tendance s’inverser. Pour illustrer mes propos, prenez le cas des chantiers d’ensilage complet. Ils n’existaient pas il y a 15 ans mais ils commencent à se démocratiser. Mais encore une fois, pour répondre à cela, nous entrepreneurs devons disposer d’un matériel à la pointe de la technologie et offrant le meilleur débit de chantier possible.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui