L'Agriculteur Normand 19 juillet 2013 à 16h34 | Par A.Dufumier

Essais - Pas de larsen, lupin !

“Le lupin, du concentré sur pied.Une réponse à l’envolée du prix des matières azotées”, revendique la Chambre d’Agriculture du Calvados, qui mène des essais sur cette culture depuis le début des années 2000.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
“Mise à part l’année 2010 qui a été catastrophique pour cette culture, les rendements du lupin dépassent régulièrement 40 qx/ha, depuis que nous avont pris conscience que la densité de semis était un point clé de la réussite”, constate Gérard Bavière, du service agronomie de la Chambre d’Agriculture du Calvados. Feodora serait la meilleure variété de lupin blanc que ce soit en conduite d’hiver ou de printemps.“Peu fibreuse, je pense que c’est une culture qui ne présente pas d’intérêt pour l’ens (© AD) La graine de lupin a des caractéristiques assez proches d?un tourteau de colza industriel en matière d?apports en protéines (MAT et PDIE), et contient plus d?énergie.Contenant des lipides, il ne faudrait pas dé © AD Après plus de dix ans d’essai dans le Calvados, Gérard Bavière, du service agronomie de la Chambre d’agriculture, préconise “de semer très dense.Le lupin est très peu étouffant et m&ea © AD “Si vous sortez votre calculette, vous ne pourrez pas ne pas faire de lupin l’an prochain, plaisante  Gérard Bavière (à gauche sur la photo). Avec ses qualités nutritionnelles le lupin est aussi un aliment “chasse-véto” © AD Hervé Fains (à droite), laissera la batteuse décider de l’avenir du lupin sur son exploitation.Une culture qu’il expérimente pour la première fois sur 4,5 ha, dans le cadre des essais menés en  partenar © AD Encore plus confidentiel que le lupin blanc, le lupin bleu, dont le port est plus court, les folioles étroits, le feuillage vert-tendre, la graine ovale et tachetée.En théorie insensible à la verse, la plante est tr& © AD Le lupin bleu, de belles graines prisées des oiseleurs © AD

“Le lupin, du concentré sur pied.Une réponse à l’envolée du prix des matières azotées”, revendique la Chambre d’Agriculture du Calvados, qui mène des essais sur cette culture depuis le début des années 2000. Vendredi 5 juillet, elle donnait rendez-vous au Mesnil-Benoist, chez Hervé Fains, éleveur laitier qui expérimente la culture pour la première fois, sur 4,5 ha. Au programme, la visite d’essais variétaux de lupin blanc d’hiver, lupin blanc de printemps et lupin bleu de printemps. Econome en intrants, cette culture offre des graines à la fois riches en protéines et en énergie.Les essais sont menés en partenariat avec le ministère de l’Agriculture, l’UNIP, le conseil général, la région et l’agence de l’eau Seine-Normandie.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui