L'Agriculteur Normand 19 mai 2008 à 15h22 | Par T.Guillemot

Concours bovins - Amélie privée de régional Prim’Holstein

Elle aurait du être du voyage mais Amélie, suite à un vêlage difficile, a du déclarer forfait. Elle ne participera donc pas au régional Prim’Holstein qui se tiendra dans quelques jours en Seine-Maritime.Déception au GAEC des Vents d’Ouest dans l’Orne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-François Cailly : “se prendre au jeu des concours, c’est remonter aussi le niveau global de son élevage”.
Jean-François Cailly : “se prendre au jeu des concours, c’est remonter aussi le niveau global de son élevage”. - © TG
La vie de bête de concours n’est pas une sinécure. Celle d’éleveurs de bêtes à concours non plus. Jean-François Cailly et Christophe Chatel, associés au sein du GAEC des Vents d’Ouest à St-Didier-sous-Ecouves (Orne) en savent quelque chose. Il y a quelques semaines encore, ils fondaient leur espoir de médaille sur Amélie (Schottle X Lounge), une jeune espoir Prim’Holstein qui s’était déja fait remarquer à l’occasion du départemental.

Complications au vêlage
Amélie aurait du être du voyage en Haute-Normandie, pré-sélectionnée avec une trentaine de ses congénères ornaises.  Mais pleine de jumelles, elle a vêlé avec 8 jours de retard. Problème de non délivrance, épuisement, déshydratation (...), elle s’est mise hors-jeu au grand dam de nos éleveurs. “Bien sur que c’est une grande déception que de ne pas participer au régional mais Amélie n’était pas présentable”, reconnaît Jean-François Cailly. Et pas d’autres vaches de niveau régional au sein de l’élevage. Le GAEC des Vents d’Ouest n’est pas encore une grosse écurie. “On apprend peu à peu”, avouent humblement les deux associés. L’élevage n’adhère à l’UPRA que depuis 2001 et à l’association Prim’Holstein de l’Orne que depuis 4 ans. Tout juste une paille ou plutôt une paillette à l’échelon d’une vie de sélectionneur.

Se prendre au jeu

C’est Chritophe, installé avec Jean-François suite à un contrat de parrainage, qui a mis le petit doigt du GAEC dans l’engrenage bien sympathique des concours. Ses différents stages dans d’autres exploitations laitières l’ont conduit sur les tarmacs. Jean-François a suivi. “On se prend au jeu, il y a une super ambiance et ça nous donne l’occasion de communiquer. Ça nous permet aussi de savoir ce qu’il faut améliorer”, justifie-t-il. Et au GAEC des Vents d’Ouest, c’est la morphologie que l’on cherche à optimiser : “des vaches plaisantes à traire avec des mamelles fonctionnelles. ” Un travail d’équipe et de longue haleine, c’est ça, la génétique. “On apprend avec le temps” avec à demi-mot l’espoir un jour de scorer au SPACE ou à Paris. Une autre dimension économique que le GAEC espère bien tutoyer un jour.  

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui