L'Agriculteur Normand 08 janvier 2012 à 16h05 | Par Isabelle Bennehard CA 50

Exploitation - 5 astuces incontournables pour gagner en efficacité au travail

Qu’est ce qui influence l’efficacité du travail sur les fermes laitières ? Quelles sont les solutions adoptées par les éleveurs les plus satisfaits de leurs conditions de travail ? Le réseau organisation du travail des Chambres d’agriculture de Normandie vous présente 5 astuces parmi les solutions mises en œuvre par nos éleveurs de Normandie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Abreuvement des petits veaux.
Abreuvement des petits veaux. - © CA 50

Astuce 1 : Simplifier la distribution des fourrages

En hiver la distribution de l’alimentation prend entre 9 et 21 heures par semaine. Il existe 3 voies pour simplifier la distribution des fourrages : la fréquence de distribution, la simplification de la ration et la mécanisation. Nous avons choisi de vous présenter deux voies : - en alimentant une fois tous les deux jours les génisses et les vaches taries il est possible de gagner jusqu'à 30 % de temps.

• Journée 1 : l’éleveur distribue la ration de 2 jours.

• Journée 2 : il repousse les refus.

C’est une organisation qui peut être réalisée avec tout type de fourrage, mais attention à bien mélanger lorsque le concentré est distribué en même temps. Il est aussi important de laisser un autre fourrage à volonté de type paille ou foin pour que les animaux puissent satisfaire leurs besoins d’encombrement ;

- la distribution mécanisée est une possibilité qui doit être réfléchie en fonction du fourrage à distribuer et de la taille du troupeau. Au moment du renouvellement de leur matériel, Pascal et Didier ont fait de choix de déléguer la distribution des fourrages à la CUMA équipée d’une dessileuse automotrice conduite par un chauffeur. “Personnellement, plusieurs facteurs m’ont aidé à me décider. Tout d’abord il fallait penser à renouveler le matériel vieillissant. De plus ce système nous permet de nous libérer du temps par rapport à l’astreinte de la distribution des aliments (environ 2h/jour). Cela nous permet aussi d’avoir une machine plus performante”.


Astuce 2 : déléguer les travaux d’épandage ou des cultures

Dans les exploitations d’élevage, faire épandre son lisier par une CUMA est un moyen de se dégager du temps et aussi de limiter les investissements en matériel. Antoine a choisi de déléguer ce travail pour consacrer plus de temps à son élevage et à sa famille. “Etant seul sur mon exploitation, il me fallait 3 jours dans le meilleur des cas ou une semaine pour vider ma fosse”.Faire épandre 1 000 m3 par la CUMA permet de gagner 12 à 16 jours de travail. Le recours à des tiers pour le travail du sol, les semis et les épandages de fumier permet de gagner 3 à 4 heures par hectare. Faire réaliser des travaux peut coûter moins cher que d’amortir et entretenir son propre matériel.

Désileuse automotrice en CUMA.
Désileuse automotrice en CUMA. - © CA 50

Astuce 3 : une buvée par jour pour les veaux

Le temps consacré au soin des veaux représente entre 2 et 7 heures par semaine. La distribution du lait en une fois par jour est une technique efficace mise en œuvre par Benoit depuis longtemps. “Elle donne de bons résultats avec un véritable gain de temps. Les 10 premiers jours, les veaux reçoivent deux buvées par jour, ensuite ils passent à une buvée par jour. Dans notre organisation, les veaux reçoivent le lait le matin avec distribution de foin et de concentrés, le soir nous passons pour remettre du foin et du concentré de manière à ce que les veaux en aient toujours à disposition. Globalement, cela se passe bien, les génisses sont sevrées à 9-10 semaines, le poids régulièrement mesuré au sevrage est de 90 kg”.


Astuce 4 : un bureau pour gagner du temps

La gestion d’entreprise comporte de nouvelles tâches qui font partie intégrante du métier d’agriculteur. Le temps consacré à l’administratif représente entre 3 et 6 heures par semaine. Prévoir un endroit spécifique pour retrouver rapidement ses documents est important pour Pascal. “Il y a deux ans, pour gérer les papiers et aménager notre futur bureau, nous avons fait, avec ma femme, une formation avec le Groupe féminin de Vulgarisation Agricole. Nous rénovions notre maison et au bout du bâtiment, il y avait un endroit idéal.  Le bureau est donc près de la maison pour me laisser la possibilité d’y travailler le soir sans être coupé de ma famille. Je souhaitais en plus un lieu convivial qui puisse accueillir les conseillers et les commerciaux”.

- © CA 50

Astuce 5 : la contention des bovins

Pour Régis et Olivier le parc de contention leur permet de travailler en toute sécurité. “Les interventions s’effectuent dans le calme, avec moins de stress pour nos bêtes”.
3 types d’installation existent :

- un box de vêlage et d’insémination adapté permet d’opérer seul aussi bien pour l’isolement de l’animal, et son immobilisation que pour l’intervention (vêlage, insémination, soins….) ;

- l’installation de contention est à adapter à chaque exploitation. Le matériel (fixe ou mobile), l’emplacement, et les dimensions sont dépendants de l’utilisation et du type d’animaux. Il faut veiller à la sécurité des intervenants en prévoyant des marchepieds et des passages d’homme ;

- le quai d’embarquement est à coupler avec le parc de contention.Ces installations de contention améliorent les conditions de travail. C’est un gain de temps précieux pour l’éleveur ou l’intervenant extérieur qui a la possibilité d’intervenir seul. Retrouvez les témoignages de Pascal, Didier, Antoine, Benoit, Régis, Olivier et d’autres éleveurs avec  l’essentiel à savoir dans les fiches solution sur la page web “Mieux vivre son métier” des sites des Chambres d’agriculture. http://www.manche.chambagri.fr/organisation_du_travail.asp Deux nouvelles fiches solution apparaîtront chaque mois.

Pourquoi s’interroger sur l’organisation du travail ?

Organiser votre travail est un moyen d’améliorer la rentabilité et la qualité de vie sur les fermes.

- Pour se réaliser dans son métier.

- Pour se libérer car vous avez besoin de plus de temps libre ou de consacrer plus de temps aux personnes qui vous entourent.

- Pour mettre en place un projet professionnel ou personnel. 75 % des agriculteurs souhaitent aborder les questions des conditions de travail, mais ils n’ont pas toujours le temps pour le faire ou peut être ont-ils d’autres priorités. Les associés d’une entreprise agricole étudient très souvent les aspects techniques et financiers lorsqu’ils envisagent une solution pour résoudre un problème et prennent en compte l’aspect humain trop tard.

L’aspect humain est toujours mis de côté

Un groupe de jeunes agricultrices explique que “cela n’a jamais été une priorité dans nos familles de prendre des vacances. Les conditions de travail dans les élevages ont été bien améliorées avec la construction de nouvelles stabulations lors de la mise aux normes, mais l’on court toujours derrière la montre et on se casse le dos. Il y a encore beaucoup à faire pour améliorer l’organisation et les conditions de travail chez nous !”.

Les attentes des agriculteurs changent

Notre objectif est de trouver des solutions avec les agriculteurs pour limiter la charge de travail et diminuer la pénibilité du travail dans les exploitations normandes. En présentant les pratiques des agriculteurs efficaces et en faisant le lien entre efficacité du travail et qualité de vie, on donnera envie aux jeunes générations de s’installer !

Isabelle Bennehard


Diagnostic travail en exploitation

Un quizz «”Organisation du travail, testez vos pratiques” permet d’évaluer votre organisation du travail. Si vous êtes en “surchauffe travail”, n’hésitez pas à contacter votre conseiller organisation du travail à la Chambre d’agriculture pour un diagnostic travail sur votre ferme.  “Avec ce diagnostic nous avons affiné nos attentes vis-à-vis du travail. On aime notre boulot, mais il faut que l’on s’organise pour ne pas se retrouver en décalage par rapport à nos attentes” témoignent Philippe et Thierry. Au cours de deux à trois visites sur votre exploitation, le conseiller réalise un diagnostic, défini avec les éleveurs des solutions d’amélioration possibles et bâtit un plan d’action. Isabelle Bennehard de la Chambre d’agriculture de la Manche intervient aussi dans des groupes d’éleveurs pour revoir leur temps d’astreinte et réfléchir aux astuces pour compresser ce temps et peut être faire partie des plus efficaces ! Les actions menées pour améliorer les conditions de travail des agriculteurs de la Manche bénéficient de la participation financière du Conseil général de la Manche et du CASDAR.Le quizz “testez vos pratiques” est accessible en ligne sur http://www.manche.chambagri.fr/organisation_du_travail.asp

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui