L'Agriculteur Normand 08 septembre 2010 à 11h27 | Par T.Guillemot

FDSEA et JA de l'Orne - Opération stickage chez Carrefour et Leclerc d’Alençon

Pour faire pression sur les grandes marques qui ne se soucient pas de l’origine de leur approvisionnement, les producteurs de porcs ont décidé de “sticker” les produits de charcuterie salaison qui n’affichent pas le logo VPF.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une opération de stickage qui s’est déroulée dans le calme “mais les éleveurs sont à bout”, s’alerte Dominique Jouandet, président de la section “Porc” de la FDSEA. L’effet ciseaux avec l’envolée des cours de l’aliment et la baisse des cours de la viande est dramatique.
Une opération de stickage qui s’est déroulée dans le calme “mais les éleveurs sont à bout”, s’alerte Dominique Jouandet, président de la section “Porc” de la FDSEA. L’effet ciseaux avec l’envolée des cours de l’aliment et la baisse des cours de la viande est dramatique. - © DR

Répondant au mot d’ordre de la FNP , les producteurs FDSEA/JA de l’Orne ont mené lundi une opération de stickage aux Carrefour et Leclerc d’Alençon. En ligne de mire : les produits de salaisons et de charcuterie à origine indéterminée. Une façon d’alerter les transformateurs, via la grande distribution et les consommateurs, sur l’impérieuse nécessité de privilégier la VPF (Viande Porcine Française) afin de faire remonter les cours. “L’envolée des cours du blé équivaut à un surcout alimentaire de 20 cts/kg de porc produit, explique Dominique Jouandet, président de la section “Porc” de la FDSEA de l’Orne. A la fin de l’année, on sera à 30 cts/kg”.

Pas de problème d’origine sur la viande fraîche contrairement aux produits transformés.
Pas de problème d’origine sur la viande fraîche contrairement aux produits transformés. - © TG

Un avenir compromis
C’est donc l’avenir même de la production porcine dans le département qui est menacé si les cours ne remontent pas la pente. D’autant plus “que les 3/4 des aides de trésorerie de 2007 restent à rembourser”, souligne Patrick Julien, producteur à Banvou.
Du côté de la grande distribution, on dit “comprendre les éleveurs de porcs”. Dans les rayons, si la viande fraîche affiche son origine française, lardons et jambons sont beaucoup moins transparents. Un bon point cependant pour “Repères” (marque distributeur Carrefour) qui, même si elle n’est pas estampillée VPF, est bien d’origine française.
Pour éviter tout risque de confusion, il serait préférable que le logo tricolore VPF se généralise dans les linéaires sur tous les produits qui peuvent y prétendre. En attendant, la délégation FDSEA/JA est repartie dans le calme. “Mais attention, les producteurs de porcs sont à bout”, s’alerte Dominique Jouandet.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui