L'Agriculteur Normand 08 octobre 2019 à 18h00 | Par Dorothée Briand

FDSEA/JA 14 : des tours de périph’ pour faire circuler les inquiétudes agricoles

Durant plus de deux heures, mardi 8 octobre, 80 tracteurs ont circulé sur le périphérique pour alerter médias et opinion sur leur ras-le-bol. A Caen, la mobilisation lancée par la FNSEA et JA a réuni 200 agriculteurs place Foch.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 (© DB)  © db  © db  © db  © db  © db  © DB  © DB  © DB  © DB  © DB

ll A 10 heures, mardi 8 octobre, une cinquantaine d’agriculteurs se retrouve à la sortie du périphérique, à Bourguébus. L’appel a été lancé par la FDSEA et les JA du Calvados. Ils garent leur tracteur, le temps d’organiser le départ. La police est déjà là, prête à assurer la circulation - elle le fera de manière fluide tout au long de la manifestation. La presse aussi.
« C’est ce qu’on veut », se réjouit Xavier Hay, secrétaire général de la FDSEA du Calvados. Toute la matinée sur les ondes, France Bleu suit le convoi pour informer les auditeurs des éventuels bouchons provoqués par le cortège.

Opération escargot
Sur le périphérique extérieur, à partir de Bourguébus, les agriculteurs sont rejoints par une poignée de tracteurs, à l’est à Giberville, puis au niveau du CHU au nord et à l’ouest, sortie Saint-Manvieu. Les 80 tracteurs se tiennent sur la file de droite, roulent lentement, mais les voitures ne sont pas arrêtées. « L’objectif est de se montrer », insiste Xavier Hay.
Arrivé vers 12h30 en centre-ville, le convoi stationne place Foch. Un barbecue est mis en route. On répond aux médias locaux, encore très présents.  En tout, 200 agriculteurs sont sur place.

Renouer avec l’enthousiasme
Du haut d’une nacelle, Christophe Macé, président de la FDSEA du Calvados, fustige la distorsion de concurrence. « On a le métier le plus mondialisé, qui subit les influences géopolitiques et qui peut être déstabilisé à tout moment ». Il dénonce le Ceta, l’accord avec le Mercosur. « Les années passent et le marchandage se fait toujours sur notre dos ». L’agriculteur regrette : « ça ne vas pas mieux sur notre marché intérieur ». Il condamne l’agribashing et revendique « une agriculture enthousiaste, qui renoue avec la rentabilité, innovante, avec des agriculteurs bien formés et qui ont accès à des retraites décentes ». Sur le même ton, Antoine Bossuyt, secrétaire général des JA du Calvados, relève les actions réalisées par son syndicat pour communiquer positivement avec le public, comme la porte ouverte à l’endiverie Decaen samedi 6 octobre. Xavier Hay conclut en promettant de nouvelles actions jusqu’à la fin de l’année et la participation des deux syndicats à un ou plusieurs marchés de Noël pour rencontrer de nouveau la population.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui