L'Agriculteur Normand 08 octobre 2019 à 16h00 | Par Sandrine Bossière

FDSEA/JA 50 : la colère paysanne sur les ronds-points

La FDSEA et les JA se sont mobilisés sur les ronds-points le 8 octobre dernier dans la Manche. Ils répondent à l’action nationale intitulée « France, veux-tu encore de tes paysans ? ». L’occasion pour les adhérents de distribuer tracts et produits laitiers aux automobilistes afin de communiquer sur leur ras-le-bo

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 (© SB)  © SB  © SB  © SB  © SB  © SB  © SB

Le mot d’ordre était national. La FNSEA comme les JA avaient appelé à la mobilisation le 8 octobre dernier afin de faire entendre leur voix. Dans la Manche, ils n’ont pas bloqué les routes, mais installé pendant trois heures un barrage filtrant à la jonction de la RN 174 et l’A84. « Dans la Manche, on a beaucoup de routes. Et on ne veut pas bloquer les citoyens, mais plutôt distribuer des tracts et produits laitiers pour échanger avec eux et les alerter sur nos préoccupations », débute Anne Jeanne, secrétaire générale de la FDSEA de la Manche.

 

« On travaille bien et propre »

Les deux syndicats pointent l’excès de normes, l’agribashing, les accords internationaux, les « fakes news » ou encore les ZNT (zones de non-traitement). « C’est la goutte qui fait déborder le vase. On en a ras-le-bol », lâche la responsable syndicale. Cette ZNT représenterait 9 à 10 000 ha dans le département, avec une perte de production. « Or, en France, nous sommes reconnus comme l’agriculture la plus durable. On travaille bien, on travaille propre », assure-t-elle. « Il y a des bonnes pratiques. Nous sommes une grande majorité à bien travailler. Les agriculteurs ont besoin d’être récompensés pour leur travail », poursuit Geoffrey Mérel, membre du bureau JA de la Manche.

Pas responsable de tous les maux

En terme d’agribashing, Anne Jeanne est souvent alertée par des collègues, victimes d’agressions verbales ou encore pris en photo travaillant dans leur champ. « Même quand nous avons des produits à base d’algues dans notre pulvérisateur, on nous interpelle », s’indigne-t-elle. Alors, le métier a beau « être une passion », pour les adhérents des deux syndicats, il temps d’être écoutés et entendus. Ils préviennent que ce 8 octobre est tout simplement « un premier avertissement » avant que d’autres actions puissent avoir lieu. « Sincèrement, c’est la première année que je sors d’une période d’ensilage où le moral n’était pas vraiment au beau fixe. Pointer l’agriculture comme responsable de la moindre maladie, de la moindre pollution, du bruit…n’est plus entendable. Tout simplement, il faut que cet agribashing cesse », conclut Thibaut Giraud, responsable JA, qui invite tout un chacun à parler avec les paysans autour d’eux. « Qui mieux qu’un agriculteur pour répondre ! »

FDSEA comme JA espèrent ainsi être entendus par les citoyens, mais aussi les politiques pour que ces derniers prennent en compte leurs problématiques.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui