L'Agriculteur Normand 06 avril 2017 à 08h00 | Par Actuagri/JR

FNSEA : une volonté d’avancer

Ouvert le 28 mars à Brest, le 71ème congrès de la FNSEA réunit plus de 1 000 agriculteurs, dans une ambiance chaleureuse mais aussi emplie d’émotion. Les nombreuses prises de paroles ont toutes rendu hommage à Xavier Beulin, le président décédé brutalement en février dernier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 (© Reussir)  © JR  © JR  © JR  © JR  © JR

« Ce congrès est placé sous la mémoire de Xavier Beulin » déclare Christiane Lambert, première vice-présidente de la FNSEA, le mercredi 29 mars. Salué par l'ensemble des représentants agricoles et institutionnels, reconnu pour son charisme, son abnégation et sa vision de l'agriculture l'homme n'aura laissé personne indifférent. Fervent partisan d’une Europe plus forte et plus juste, Xavier Beulin aura été à l’origine du rapport d’orientation sur ce thème, au cœur de ce 71ème congrès mais aussi au cœur de l’actualité. La France élira, en effet, son président dans trois semaines, l’Allemagne est elle aussi en pleine période électorale : les deux pays historiques de la construction européenne sont momentanément « immobilisés ». Avec le traitement du Brexit, les agriculteurs français et des autres États-membres devront donc encore attendre avant de connaître les premiers contours de la prochaine Politique agricole commune (PAC). Dans son rapport d'orientation, la FNSEA déplore à ce titre « l'essoufflement depuis 20 ans du moteur franco-allemand » et pointe du doigt le « renforcement des incertitudes » généré par le départ de la Grande-Bretagne. Mais ce contexte, comme celui des crises agricoles, n’empêche pas une atmosphère détendue et chaleureuse, et une volonté certaine d’aller de l’avant. Réunis en huis clos le 28 mars, les membres du réseau ont ainsi débattu de sujets stratégiques, comme le statut de l’agriculteur. Le rapport d’activité présenté le 29 mars a par ailleurs donné l’occasion aux secrétaires généraux de rappeler les avancées permises par le syndicalisme agricole au cours de l’année écoulée : pas de surtransposition de normes grâce à la mise en place du Comité de rénovation des normes en agriculture (Corena), baisse de 10 points de cotisations pour les agriculteurs, obtention d’un Pacte de consolidation et de refinancement pour maintenir de la trésorerie dans les exploitations mises en difficulté par les crises, expérimentation de l’étiquetage de l’origine du lait et de la viande dans les produits transformés... Autant de succès et de chantiers à poursuivre avec une équipe renouvelée, puisque ce congrès est, comme tous les trois ans, un congrès électif.

Un congrès de transition, une famille rassemblée

llll Une trentaine délégués normands participaient au congrès de la FNSEA à Brest la semaine dernière. Nous avons demandé aux présidents des cinq FDSEA leur ressenti sur ces trois jours de débats.
Patrice Lepainteur
Président de la FDSEA du Calvados
« Cela a été un congrès impacté par la disparition du président Beulin. J’appréciais beaucoup l’homme, sensible, proche du terrain et il y avait une petite inquiétude pour la continuité de l’entreprise FNSEA. Christiane Lambert a prouvé qu’elle pouvait être la femme de la situation. Je pense même qu’elle sera notre Dame de Cœur. Cela va nous faire du bien d’avoir une femme comme ambassadrice. Elle sait se faire comprendre des médias et du grand public. Quant au débat sur l’Europe, il est évident que l’avenir de l’agriculture passe par l’Europe. Nous souffrons de distorsions, de surcoûts qui nous plombent. C’est dommage de réduire le projet européen à cette dimension mais il faut sans doute en passer par cette phase de convergence pour que les agricultures puissent se comparer et ouvrir des perspectives sur un projet plus ambitieux. »
Sébastien Amand
Président de la FDSEA de la Manche
« C’est un congrès de transition marqué par l’empreinte de Xavier Beulin qui avait porté le travail mené en 2016. Disparu brutalement, la famille FNSEA ne retiendra de lui que ses qualités. Elle s’est rassemblée autour de l’engagement dont Xavier avait fait preuve, pour saluer le travail fait pour la profession. On pouvait avoir des interrogations pour la suite, la famille est rassemblée. Le temps de recueillement a été un moment fort. Cette minute de silence nous appartenait, à nous tous, entre nous qui l’avions tous plus ou moins côtoyé. »
Fabrice Moulard
Président de la FNSEA de l’Eure
« Il était bon de remettre l’Europe au cœur du débat. Il nous faut être présents et proactifs et veiller à ne pas tout détricoter du jour au lendemain. La réflexion sur le statut d’agriculteur doit être approfondie car elle peut nous permettre de régler un certain nombre de nos problèmes.
Et tant qu’intervenant à la tribune au nom de la région Normandie, il faut se jeter. J’ai parlé un peu trop vite et la décision que nous avons apprise sur les prairies nous obligé à modifier le texte en supprimant un paragraphe. Dans ce genre d’exercice, nous avons besoin de citer des chiffres parlants pour illustrer nos propos. »
Anne-Marie Denis
Présidente de la FDSEA de l’Orne
« Le congrès s’est déroulé sur la mémoire de notre président qui est parti. Nous avons bien vu que la vice-présidente n’avait pas le même tempérament. J’ai été surprise du peu de questions de la salle sur les productions. L’oral des candidats ne nous pas appris grand-chose, pour peu qu’on se soit intéressé aux programmes en amont. Cela s’est déroulé de manière plus sereine qu’à Montpellier il y a cinq ans. Quant à la PAC, nous partageons des enjeux forts et les mêmes attentes dans toutes les régions. »
Patrice Faucon
Président de la FNSEA
de Seine-Maritime
« Il y avait vraiment beaucoup de monde à ce congrès, et ce dès le premier jour. Nous avons vécu un congrès de transition mais tourné vers l’avenir. Je reste perplexe sur la définition de l’agriculteur qui a peu avancé. J’ai vu de la sérénité dans l’équipe. En revanche, entre les interventions régionales et le rapport d’orientation, j’ai entendu beaucoup de demandes d’aides supplémentaires, à travers notamment les zones défavorisées. Je pense que nous devons plus travailler sur le prix car il a plus d’impact sur le revenu que les aides. Nous avons du travail à faire dans nos filières. La réception des candidats à la présidentielle s’est bien déroulée. Nous avons été respectueux de tous et nous avons pu avoir leur ressenti sur l’agriculture. »
Propos recueillis par Joël Rébillard

Intervention de la Normandie
Lors de la séance des interventions régionales, au nom de la Normandie, Fabrice Moulard a évoqué la chute du revenu de la ferme normande de 57%, soit -230millions d’euros auxquels dont 14 millions d’aides PAC au titre de la convergence nationale des DPB. Une situation qui justifie la demande de stabilité de la PAC : «que ces aides soient stables et qu’au moins elles ne baissent pas les mauvaises années » a-t-il lancé. Il a ensuite illustré les atermoiements de l’administration qui a fini par abroger l’arrêté du 10 novembre sur les prairies permanentes (lire par ailleurs). Il a aussi déploré l’incapacité du ministère à produire une carte des zones défavorisées qui corresponde avec la réalité que les agriculteurs vivent sur le terrain. « Comment expliquer l’intégration de la plaine de Caen en zone défavorisée quand les anciennes zones de la vallée de l’Orne et du secteur de Carrouges en sortent ? » s’est-il interrogé. Enfin, il a mis en garde contre des négociations de libre-échange entre l’Union Européenne et l’Océanie, une négociation à risque pour les éleveurs de Normandie.



Elections FNSEA

A l’issue du renouvellement syndical, les membres normands du conseil d’administration
de la FNSEA sont les suivants : Anne-Marie Denis (Orne),
Sébastien Amand (Manche), Arnold Puech d’Alissac
(Seine-Maritime),
Guy Jacob
(Commission statuts
et conflits, Eure),
Catherine Guérault,
(commission Agricultrices, Manche),
Josiane Béliard
(Section des propriétaires
ruraux, Manche).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui