L'Agriculteur Normand 05 mars 2014 à 08h00 | Par Thierry JEULIN Réseau des Chambres d’agriculture de Normandie

Fourrages - Les travaux en cours dans les stations expérimentales du grand Ouest

Les premières biennales des fermes expérimentales du Grand Ouest se sont tenues à Rennes le 6 février dernier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Au 1er plan, prairie initiale et en arrière-plan résultat sur semis 
mécanique prairie.
Au 1er plan, prairie initiale et en arrière-plan résultat sur semis mécanique prairie. - © Michel HARIVEL

Ces rencontres à destination d’éleveurs et conseillers techniques avaient pour but de communiquer sur les nombreux travaux conduits dans ces différentes stations expérimentales de Bretagne, Normandie et Pays de la Loire.Les principaux travaux conduits sur les fourrages concernent ceux autour des prairies, de la production de légumineuses, et des cultures alternatives au maïs ensilage. Si de nombreux travaux ont permis une connaissance plus pointue comme la conduite d’un pâturage, menée depuis de nombreuses années à la station expérimentale de la Blanche Maison (50), l’adaptation de solutions techniques aux contextes pédoclimatiques est une exigence permanente des expérimentations récentes dans chaque région du grand Ouest.

- © Essais Mauron 2011-2012, Portes ouvertes

En Bretagne, cela se diversifie tout en maintenant les acquis

A la station expérimentale de Trévarez dans le Finistère tout comme celle de Mauron dans le Morbihan, les essais en cours ont pour objet le choix des espèces et variétés pour les prairies pâturées. Ces travaux sont menés autour de la traditionnelle association RGA - trèfle blanc, mais aussi sur l’introduction dans ce mélange de variétés de RGA plus précoce (encadré Mauron) afin de valoriser plus d’herbe et plus tôt au printemps.En parallèle, l’implantation des prairies derrière un colza fourrager en interculture est étudiée à Trévarez. A Mauron, une plateforme fourragère autour du choix des espèces adaptées à la fauche a débuté depuis l’automne 2008. Si l’association ray-grass hybride et trèfle violet constitue une valeur sûre avec une pérennité courte, l’association luzerne (22 kg/ha) + dactyle (4 kg/ha) promet beaucoup sur un pas de temps plus long.Outre les traditionnels travaux sur les choix des espèces et variétés en conduite pâturage et fauche, de nombreuses expérimentations débutent autour de la valorisation des fourrages : le sorgho BMR, le mélange céréalier ensilé ou MCPI et luzerne en production viande à Mauron, mais aussi à Trévarez pour les génisses laitières avec du MCPI. La recherche autour de l’amélioration de la qualité des récoltes d’herbe reste un pilier fort de ces stations bretonnes avec en particulier un essai mené à Trévarez sur vaches laitières avec la comparaison d’ensilage d’herbe récolté à 2 stades (début montaison ou début épiaison). Nous n’oublierons pas également l’action suivie à Trévarez sur l’affouragement en vert qui a permis l’élaboration d’un outil informatique pour chiffrer la faisabilité d’une telle technique de récolte d’herbe en vaches laitières.

- © Essais Thorigné d’Anjou, rencontre inter-régionale

Du côté des Pays de la Loire, la diversité des ressources fourragères augmente

Dans la région Pays de la Loire, la “force de frappe expérimentale” est très conséquente avec les fermes expérimentales de Derval (44), les Etablières (85), La Jaillière (44), Thorigné d’Anjou (49) et les Trinottières (49). Ces 5 stations seront mises à contribution de près ou de loin dans le cadre d’un projet régional intitulé PEREL pour PERenniser l’Elevage de ruminants. Ce projet comporte différents volets, dont un sur la diversification des ressources fourragères décliné en 3 leviers : un premier autour de la diversification des ressources fourragères y compris celles riches en protéines (dossier commun avec la Bretagne) pour mieux faire face aux aléas climatiques, un second autour du développement de prairies pérennes plus précoces pouvant être plus valorisées tôt au printemps et susceptibles de mieux supporter la sécheresse, et un dernier sur la sécurisation des rendements fourragers par une meilleure valorisation des ressources en eau.Ceci va se traduire pour les stations expérimentales des Pays de la Loire par un travail pour le 1er levier sur des expérimentations, qui vont ou ont commencé sur l’implantation de la luzerne (mélanges de légumineuses et plantes compagnes à la luzerne, comparaison période d’implantation de la luzerne en pure ou en association), les prairies de fauche et stade de récolte, les MCPI enrichis en protéagineux, la valorisation des couverts végétaux en pâturage ou affouragement en vert. Pour ce qui concerne le second levier, une partie du travail a débuté avec les essais de Thorigné d’Anjou (encadré).Nous noterons également des expérimentations qualifiées de “novatrices” comme celles menées autour de l’implantation des prairies sous couvert de céréales. Une première série d’essais a été menée à Thorigné d’Anjou, Derval et les Etablières avec en complément un réseau de parcelles dans 15 exploitations de 2011 à 2013. Les premières observations nécessitent de surmonter des éléments techniques comme le recouvrement de la prairie dans l’emplacement des lignes de semis de la céréale, et seront à confirmer au cours de la prochaine période d’essais de 2013 à 2015.

Et du côté de la Normandie, rénovation des prairies

La productivité et la diversité floristique des prairies permanentes constituent des axes essentiels en Normandie avec une sole significative de ce type de prairies au contraire de la Bretagne et des Pays de la Loire. Ceci s’est donc traduit depuis quelques années par un pôle conséquent autour de la rénovation des prairies dans le cadre des Prairiales de l’INRA du Pin en 2011, et de la station expérimentale de la Blanche Maison en 2013. Les différentes techniques présentées comme le sursemis, la rénovation du couvert par action mécanique superficielle ou la rénovation avec ou sans labour ont permis l’élaboration d’une note technique sur cette thématique (brochure à commander auprès du référent prairies de votre Chambre d’agriculture départementale).Dès ce printemps à la station expérimentale de la Blanche Maison, des essais de sursemis de trèfle blanc seront mis en place. L’objectif d’une telle expérimentation est de trouver des réponses simples aux échecs relevés depuis 2 à 3 ans sur de nombreuses exploitations normandes.Même si les essais en station expérimentale autour des fourrages semblent être moins étoffés en Normandie, la présence de la Blanche Maison dans le réseau des stations expérimentales professionnelles laitières du Grand Ouest est une chance.Ceci a été rappelé lors des premières biennales de ce réseau, où il a été bien spécifié que le comité de coordination veillera à la complémentarité des programmes et surtout à l’organisation du transfert des connaissances vers les éleveurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui