L'Agriculteur Normand 22 mai 2015 à 08h00 | Par T.Guillemot

Frédéric Verbitzky ( président de Claas France) : “agriculteur, un beau métier et un métier d’avenir”

Frédéric Verbitzky est venu, jeudi dernier, inaugurer les nouvelles installations de Claas Caen. L’occasion pour le président de Claas France d’évoquer le marché de la machine agricole et ses perspectives mais aussi de parler du métier d’agriculteur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

© TG

Comment se comporte le marché 2015 de la machine agricole ?
On sort d’une période un peu compliquée. Ceci étant dit, on dispose aujourd’hui de quelques éléments qui nous laissent à penser que le marché est, à minima, en train de se stabiliser. On est en régression depuis plusieurs années mais nous reprenons du poil de la bête. Le marché du tracteur est en phase de stabilisation et les signaux d’une petite relance sont au rendez-vous. C’est une très bonne nouvelle.

Avec des différences significatives selon les productions ou les régions ?
Non il n’y a pas de situation particulière. Le marché a souffert globalement mais la poussée se fait sentir tant du côté des céréaliers que du côté des éleveurs. On revient petit à petit et un peu partout à l’équilibre. On peut espérer très clairement une reprise dans les mois et années à venir.

Dans ce contexte, comment Claas se comporte-t-il ?
Claas se comporte bien. Que ce soit en moissonneuses-batteuses ou en ensileuses. Cette année encore, nous finirons en tant que leader sur ces marchés. En ce qui concerne la chaine verte, la presse (...), nos performances sont à l’identique de l’an dernier. En tracteur, et avec notre nouvelle gamme, nous prenons position. En résumé, nous ne pouvons qu’être optimistes. Notre nouvel Arion 400, toit panoramique, a décroché une médaille d’or au SIMA en début d’année. On a aussi l’Axion 800 qui a été élu tracteur de l’année 2014. Notre gamme est nouvelle. Notre gamme répond aux attentes de notre clientèle.

Des nouveautés à venir ?
Je préfèrerai parler d’évolutions. Evolutions moteur, évolutions sur le confort, l’agrément, l’ergonomie de nos machines... Mais aujourd’hui, avec notre gamme, nous couvrons tous les segments du marché.

Quel est votre niveau d’exigences envers ceux qui distribuent votre marque ?
La concession d’aujourd’hui, comme celle de demain, doit répondre à un élément essentiel : la satisfaction du client. On a une clientèle de plus en plus exigeante, une clientèle de plus en plus avertie, on doit donc pouvoir répondre à tous leurs besoins (...), que ce soit au niveau de l’atelier, au niveau de la présentation des machines, au niveau du libre-service. On offre à nos clients la possibilité de voir les produits, de leur communiquer toutes les explications techniques dans une transparence totale. C’est cela être au service du client.

Avec la réforme de la PAC, les agriculteurs sont inquiets. Quel message souhaiteriez-vous leur faire passer ?
Qu’ils exercent un métier extraordinaire, un métier qui évolue. Il faut bien entendu l’appréhender avec lucidité face aux difficultés et aux lourdeurs règlementaires mais la société aura toujours besoin d’eux. On aura toujours besoin de nourrir la population, besoin d’être le plus près possible de la nature et de la respecter. Face à ces enjeux qui sont des enjeux majeurs, et même s’ils doivent faire face aux fluctuations du marché, je considère que c’est un beau métier et un métier d’avenir.

Au niveau agroalimentaire, on fait souvent le comparatif France/Allemagne. Les performances, en terme de compétitivité, sont souvent jugées meilleures outre-Rhin  que dans l’hexagone. Pourtant, la marque allemande Claas fabrique ses tracteurs dans la Sarthe. Quelle en est votre lecture ?
Quand je vois la performance et la productivité de notre usine du Mans, sincèrement, il n’y a pas de différence. Il y a là-bas un savoir-faire, des collaborateurs impliqués et consultés et qui œuvrent en permanence à l’amélioration de la qualité. C’est un état d’esprit. 

Pour conclure, Claas France, c’est combien de salariés ?
Tout confondu, en globalisant nos unités de production et l’ensemble de notre réseau, ce sont 5 000 personnes qui sont au service de nos clients. Nous sommes très clairement un acteur majeur du marché.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui