L'Agriculteur Normand 27 février 2015 à 08h00 | Par V.Motin

Génétique : 2 femelles de l'Orne vendues 2200 euros

Deux élevages ornais ont participé au concours charolais du Simagena et à une vente aux enchères. Particularité de cette rencontre de Villepinte : tous les animaux présentés étaient sans corne et génotypés.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Charolais : le sans corne s'exporte © vm


Deux femelles ornaises ont participé à la vente aux enchères organisée au Simagena. Propriété de la SCEA Dollion et de François Leroy, elles ont trouvé preneur à 2 200 EUR. "Je suis surpris qu'autant de génétique soit exportée. Les autres éleveurs avaient le même sentiment. Comment faut-il le prendre ? Soit la France travaille très bien et un marché à l'export existe. Soit les éleveurs français se désintéressent de la génétique. Nous aurons la réponse dans l'avenir", se questionne François Leroy.

Gène sans corne à l'heure suisse
Sa bête a remporté un prix de section et a été achetée par un éleveur Suisse. "Nous vendons des reproducteurs. Depuis 2 ans, nous constatons des prix médiocres pour les bêtes cornues. Nous sélectionnons donc des animaux sans corne. On se rend compte qu'ils sont aussi musclés. Nous n'avons pas de préjugés. Aujourd'hui, les Suisses privilégient les sans corne", explique Jean-Paul Mercanton.

 

L'Orne suit la tendance
Le marché de la génomique a débuté en novembre sur la race charolaise. Deux éleveurs ornais, présents à Villepinte, ont adopté la technique. Parmi-eux : Francis Leroy, installé à Occagnes. Le gène sans corne s'implante peu à peu sur son exploitation. "Je me suis aperçu que les potentiels de croissance étaient devenus très proches. Il s'agit pas d'un critère de sélection prioritaire. Mais si je peux réduire l'écornage, j'en profite", explique l'agriculteur. Ce dernier génotype essentiellement les mères à taureaux. "Je suis convaincu. Je vais développer la méthode. Notamment sur les vaches douteuses avant de les inséminer. Je vais gagner du temps". Sur 25 femelles mises en reproduction chaque année, François Leroy prévoit d'en génotyper la moitié.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui