L'Agriculteur Normand 08 janvier 2020 à 11h00 | Par Sandrine Bossière

Gens du voyage : la FDSEA 50 demande de la concertation

Une aire de grand passage sur les communautés de communes et d’agglomération du Cotentin, Mont-Saint-Michel-Normandie et de Granville Terre et Mer doit être créée. Mais sur le territoire granvillais, les agriculteurs sont montés au créneau pour demander une concertation concernant les terrains qui seront retenus.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © SB

n Le nouveau schéma départemental d’accueil des gens du voyage a été signé entre le préfet de la Manche, Gérard Gavory, et le président du Conseil départemental de la Manche, Marc Lefèvre, pour les cinq prochaines années au mois de septembre. Il prévoit la création d’aires de grand passage dans le nord, le sud du département et le Granvillais.

Pas avant les élections
Si sur les deux premiers secteurs, le choix a été défini par les élus. Ce n’est pas le cas au sein de la communauté de communes Granville Terre et Mer. Son président, Jean-Marie Sévin, a prévenu qu’aucune décision ne sera prise avant les élections municipales de mars prochain. « On ne choisira pas avant les élections. Nous sommes conscients du problème, mais c’est une décision qui est très difficile pour chaque maire », indique le président de GTM, qui ne se représente pas tout comme Bernard Defortescu, vice-président, en charge du dossier.

Cinq lieux identifiés
En fin d’année dernière, ces deux élus ont reçu les responsables locaux de la FDSEA tels qu’Annie Lebasnier, secrétaire générale adjointe et présidente cantonale de la Haye-Pesnel, Richard Méquin, responsable cantonal « structures » et Sébastien Bédouin, président cantonal de Granville. « Ils nous ont expliqué leur cheminement », indique Annie Lebasnier. Effectivement, la collectivité a confié à la Safer le diagnostic de terrain. Pour le moment, selon le cahier des charges, la Safer a identifié cinq lieux possibles. La copie en est restée là. 

Pas d’impact agricole
Si les responsables syndicaux ont souhaité cette rencontre, c’est pour bien préciser leurs attentes. « Nous espérons que le choix sera fait en prenant en compte l’activité agricole et l’impact sur l’économie agricole. Il ne faut pas sacrifier des terres agricoles au profit de ce projet », prévient Annie Lebasnier, surtout dans des secteurs où la pression foncière existe réellement. « Nous voulons avant tout de la concertation », ajoute-t-elle. Si les échanges se sont voulus courtois, « nous avons démontré que nous suivons le sujet et que nous serions là si besoin », complète-t-elle. Les prochaines équipes municipales sont prévenues.

Une décision préfectorale
Des agriculteurs du secteur de Saint-Pair-sur-Mer étaient aussi montés au créneau il y a plusieurs semaines, faisant face déjà aux projets de voiries ou d’urbanisation. Du côté de GTM, il leur avait été dit que rien n’était fait, au travers de la voix de Pierre-Jean Blanchet, vice-président en charge de l’urbanisme. Alors, la décision reviendra à la prochaine mandature. A moins que le préfet de la Manche prenne une décision rapidement. La saison estivale approchant. n

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous