L'Agriculteur Normand 06 avril 2016 à 08h00 | Par V. Motin

Giel s’épand sur l’azote !

La Chambre d’agriculture 61et le Lycée Giel Don Bosco préparent la nouvelle édition de Giel Agri Démo.La manifestation sera dédiée à l’épandage et au pilotage de l’azote, le 26 mai. Les élèves mettent la main à la pâte. Ils ont réalisé les pesées entrée et sortie d’hiver sur des cultures de blé et de colza.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © VM

llll Dans cette parcelle voisine du lycée agricole de Giel, le colza a bien démarré. Les élèves du lycée de Giel s’affairent. Ils ont réalisé les pesées entrée et sortie hiver. Ce travail s’effectue en partenariat avec la Chambre d’agriculture. “Avec 8 étudiants, cette tâche nous demandera deux ou trois heures. Sans eux, nous y aurions passé une journée entière”, souligne Loïc Deveyer, conseiller agromachinisme à la Chambre d’agriculture du Calvados.

Outils de pilotage - épandeur centrifuge de précision : un couple qui doit bien s’entendre
Giel Agri démo sera organisé autour du thème l’épandage de précision d’engrais minéraux. Le volet pilotage de l’azote sur culture de blé et colza sera également largement abordé. Le lien entre les deux thèmes est ténu au point de ne pas pouvoir aborder l’un sans l’autre. La journée est l’occasion de tester divers outils et de les comparer: drone, N Sensor, Farmstar et autres outils plus conventionnels tels Jubil, N tester et GPN. Qui sera le meilleur ?

14 modalités observées sur une parcelle de blé
Sur le blé, 14 modalités avec différentes doses d’azote sont observées, avec un, deux ou trois apports. “Ces 14 modalités ont été répétées plusieurs fois pour faire une moyenne. Nous avons des blocs de récolte et d’autres de prélèvements. Nous pesons la matière verte. Nous la broyons. Ensuite, nous enverrons les échantillons au laboratoire pour obtenir la matière sèche et une quantité d’azote. Nous calculerons ainsi un indice de nutrition azoté”

Un face à face entre le drone, le N-Sensor Farmstar et les autres outils de pilotage
La Chambre d’agriculture présentera  le résultat de certains essais et autres tentatives plus ou moins abouties. Concrètement, les tests comparent notamment le calage des capteurs et des différents outils pour les apports d’azote. “Nous avons des vols d’expérimentation avec des drones où nous travaillons en très haute définition. Il vole notamment plus bas”. De quoi travailler sur des micros parcelles de 3 par 14 mètres. 

GPN et méthode Jubil : des essais moins formels sur le colza
L’idée est de piloter du colza comme du blé. Facile à dire !! Une tentative de mesure avec des outils employés sur blé et détournés sur colza a bien lieu, mais cela présente nombre de limites. Une des solutions testées :le GPN. Avec un système de réflectance, cet outil mesure la teneur en chlorophylle. L’an passé, les essais ont montré un lien avec les doses d’azote apportées. Mais cette année : aucun lien ! La méthode Jubil n’est pas oubliée. Jusqu’à présent, c’est la méthode la plus fiable qui donne la dose la plus optimale. Officiellement, la méthode Jubil n’est pas adaptée au colza. Néanmoins, les résultats semblent assez probants. La teneur en nitrate du jus de la tige est souvent corrélée à la dose d’azote apporté sur le colza. “On pourrait à terme utiliser ces outils, mais nous devons d’abord les caler. Aujourd’hui, nous cherchons différentes solutions tous azimuts. Cependant, nous ne pourrons pas réaliser de modulation intraparcellaire avec ces outils”, relativise Loïc Deveyer.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui