L'Agriculteur Normand 21 novembre 2017 à 08h00 | Par Sandrine Bossière

Grâce à Activ’emploi : un temps partagé sur deux exploitations

Grâce au groupement d’employeurs Activ’emploi*, Ludovic Leroy, agriculteur à Notre-Dame-du-Touchet a trouvé une réponse à son besoin de temps partiel : Christophe Giffaut. Ce dernier partage son temps sur une deuxième exploitation et travaille ainsi à temps plein.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Nadège Gautier, conseillère emploi au Groupement d’employeurs, a permis à Christophe Giffaut de trouver du travail chez Ludovic Leroy.  DR
Nadège Gautier, conseillère emploi au Groupement d’employeurs, a permis à Christophe Giffaut de trouver du travail chez Ludovic Leroy. DR - © SB

lll Ludovic Leroy s’est installé en 1996 en Gaec avec ses parents sur l’exploitation familiale. Ces dernières années ont vu partir tour après tour son père et sa mère à la retraite. Aujourd’hui, il se retrouve seul sur l’exploitation de 80 vaches laitières et 70 hectares. Une charge de travail qui l’a conduit à réfléchir à embaucher ou trouver un associé. C’est la première option qu’il a retenue.

Débuter par un temps partiel
Son centre comptable, AS Normandie, l’a dirigé vers le Groupement d’employeurs (GE) Activ’emploi. « Trouver un salarié moi-même ne me semblait pas simple », reconnaît-il. Alors, il a évoqué ses besoins auprès de la conseillère emploi, Nadège Gautier, avec qui il a défini les missions, la fiche de poste, le profil… « L’objectif était de débuter par du temps partiel », explique l’agriculteur qui avait comme besoin la traite du soir. « Cela permet de me libérer pour faire d’autre chose, de poursuivre les travaux dans les champs », ajoute Ludovic Leroy. La fiche de poste a été diffusée sur la Bourse de l’emploi, ANEFA au cours du mois d’août, pour une prise de poste au 1er septembre. Tout s’est passé assez rapidement. En effet, quelques jours après, les candidats qui ont répondu et qui ont été sélectionnés ont passé un entretien directement sur le lieu de travail, et non dans un bureau. « Les candidats voient directement les conditions dans lesquelles ils vont travailler. C’est concret », note Nadège Gautier.
Multiples compétences
A l’issue des entretiens, Ludovic Leroy a exprimé son ressenti « à chaud ». Et le lendemain, la décision définitive était actée. « J’ai trouvé la méthode intéressante. Les entretiens se sont enchaînés. C’était une bonne chose », confie-t-il.
Parmi les candidats se trouvait son futur salarié, Christophe Giffaut. Originaire de Saint-Barthélémy, il a déposé sa candidature dès qu’il a vu l’annonce. « J’ai déjà un CAP agricole, fait des remplacements de vacher, passé mon BP REA à la Ferté-Macé. Je suis allé voir aussi dans une fromagerie pour savoir ce qui était produit avec le lait… », raconte Christophe Giffaut.
Il a cumulé d’autres petits jobs aux Chantiers navals, en usine… Autrement dit, le candidat affichait des compétences multiples. Des compétences qui ont séduit l’agriculteur.

Apprendre à se faire confiance
La décision prise, Christophe Giffaut a pris son poste rapidement. « Je ne pensais pas être pris. Quand j’ai eu la réponse, j’étais content. » La mission était estimée à 4 h par jour soit un contrat de 20 h par semaine. Mais très rapidement, Ludovic Leroy a compris que son salarié pourrait lui apporter davantage d’aide. Alors, il a repris contact avec Nadège Gautier afin de modifier le contrat et atteindre 30 h/semaine. « C’est une personne qui aime le travail, qui ne refuse pas ce que je lui demande. Il y va », indique l’éleveur. Le fait de démarrer progressivement permet à l’agriculteur comme au salarié de trouver ses marques, d’apprendre à se faire confiance. « Christophe n’hésite pas à appeler quand il a un doute », se réjouit l’exploitant.
Ce nouveau binôme est bénéfique à l’exploitation. Ludovic Leroy le reconnaît. « Cela me permet d’avancer dans mes projets. Christophe fait partager son expérience sur différentes pratiques. Ce qui incite à évoluer », note Ludovic Leroy.
Depuis le mois de septembre, l’éleveur a fait l’acquisition d’une auto-chargeuse d’occasion ou a adapté certains gestes pour la traite. Au bout de dix semaines, l’agriculteur comme le
salarié affichent une vraie satisfaction, le premier étant soulagé par la charge de travail, et le second ayant pu trouver un poste qui correspond à ses
attentes.
Dans le cadre de cette situation, Christophe Giffaut est salarié du Groupement d’employeurs et non de Ludovic Leroy. Il est mis à disposition de l’éleveur. Le groupement d’employeurs facture par la suite une prestation de service à l’agriculteur en fonction du nombre d’heures effectuées.
Au bout de quelques semaines, Christophe Giffaut complète son temps sur une autre exploitation sur le secteur de Juvigny-les-Vallées où il fait la traite du matin.
Une autre mission trouvée par Nadège Gautier et qui convient au salarié. Ce temps partagé permet aux éleveurs d’avoir une solution à leurs besoins et au salarié de trouver un poste complet. C’est le sens même de l’emploi partagé.

* GE Terre de métiers

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui