L'Agriculteur Normand 11 juin 2008 à 09h30 | Par UNIP-ARVALIS

Protéagineux - Réduire sa facture d’engrais azotés avec les protéagineux

Semer des usines d’engrais azotés dans vos champs. Avec un prix de l’engrais azoté qui a quasiment doublé en l’espace de cinq ans, les protéagineux peuvent valoriser leur rôle de légumineuse dans les rotations et réduire les factures d’engrais azotés. A plus de 1 € l’unité, en 5 ans l’augmen-tation nette des charges pour une culture recevant 180 unités d’azote atteint les 100 euros par hectare : surcoût qui n’affecte pas les protéagineux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les nodosités des protéagineux, des usines d’engrais en plein champ.
Les nodosités des protéagineux, des usines d’engrais en plein champ. - © UNIP - Benoît Carrouée

Prix des engrais : l’azote à plus de 1 euro l’unité
La fabrication d’engrais azotés nécessite beaucoup d’énergie, principalement sous forme de gaz naturel. Malgré les progrès réalisés par l’industrie des engrais, il faut près de 1.5 l d’équivalent fuel pour produire et transporter 1 kg d’azote minéral. Autour de 80 % du coût de production de l’engrais azoté est directement imputable au prix du gaz. Celui-ci étant aligné sur celui du pétrole, le prix des engrais azotés est soumis aux fluctuations des cours des hydrocarbures. Pour l’ammonitrate, principal engrais azoté simple utilisé en France, l’unité valait autour de 0.55 euro il y a cinq ans. Cette même unité vaut aujourd’hui plus de 1.1 euro du fait de l’augmentation des prix des hydrocarbures mais également de la forte demande mondiale en engrais azotés (graphique ci-dessous).

.
. - © DR

Protéagineux, une fabrique d’azote dans la parcelle
Pour une culture recevant 180 unités d’azote, les charges d’engrais azotés sont passées de 100 à plus de 200 euros par hectare. Cette augmentation des charges de 100 euros par hectare n’affecte pas les protéagineux.
En tant que légumineuse, les protéagineux prélèvent directement l’azote de l’air grâce à la fixation symbiotique dans les nodosités (photo) en complément de l’azote fourni par le sol. Ne nécessitant aucun apport d’engrais azotés, les protéagineux réduisent également les apports sur la culture qui suit. Ce sont de 20 à plus de 50 unités d’azote qui peuvent être économisées, en fonction de l’année et du type de sol, sur un blé de pois par rapport à un blé de blé.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui