L'Agriculteur Normand 22 décembre 2015 à 08h00 | Par Sandrine Bossière

Inciter les agriculteurs à devenir pompier volontaire

Depuis le 14 décembre dernier, les départements de la Manche, l’Orne, la Mayenne et la Sarthe se sont dotés d’une convention facilitant les agriculteurs à s’engager comme sapeur-pompier volontaire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © SB

La présidente du service de remplacement de l’Orne, Laurence Lubrun, a bien souvent prôné les valeurs des agriculteurs et celles des sapeurs-pompiers. “Nous avons les mêmes. Nous sommes engagés au service des autres” martèle-t-elle. Son message a été entendu. Il se traduit par la signature d’une convention entre différents partenaires : les services de remplacement, les Syndicats départementaux d’incendie et de secours, et le Crédit Mutuel via sa fondation Créavenir. Cette convention est le résultat d’une convention-cadre signée le 28 février 2014 entre le ministère de l'Intérieur et le Service de Remplacement France visant à soutenir le volontariat chez les sapeurs-pompiers.

Des acteurs clés
“Les sapeurs-pompiers volontaires sont les piliers du maillage territorial en matière de secours et d'assistance, sur tout le territoire, et particulièrement en zone rurale. Quant aux agriculteurs, ils sont eux aussi des acteurs clés du territoire, par leurs exploitations, les filières de production et tous les emplois induits par leur activité. Ils participent activement à la vitalité des zones rurales, à leur dynamisme économique et à leur développement” indique Julien Marre, président national du service de remplacement. Il n’était donc pas possible de rester insensible à la problématique rencontre par les centres de secours à savoir le recrutement de soldats du feu au risque de mettre en péril certaines casernes.

Renforcer les casernes
Les agriculteurs constituent un vivier non négligeable puisqu’ils sont présents et mobilisables aux heures ouvrables, ce qui est parfois difficile pour d’autres professions. Alain Lambert, président du Conseil départemental de l’Orne et président du Sdis (Syndicat départemental d’incendie et de secours) de l’Orne se fera le porte-parole auprès des agents de la collectivité pour participer à la vie en société. “Elle ne peut pas être réglée que par la vie administrative. En s’associant, on peut atteindre des objectifs qu’on ne pourrait pas faire seul”. Un avis partagé par son homologue de la Mayenne, Olivier Richefou, président national de l’ensemble des SDIS. “Cette convention doit permettre de renforcer les casernes et ainsi répondre aux attentes de la population. Le volontariat a une place prépondérante dans leur fonctionnement” explique-t-il avant de souligner l’implication du monde agricole dans la société. “Cette signature arrive avant celle du Medef, signe que l’agriculture sait être en avance dans le monde économique”.

Facilitateur financier
Pour compenser la partie financière restant à la charge de
l’exploitant agricole lors du remplacement, l'association Créavenir du Crédit intervient annuellement à hauteur de 2 400 € par département signataire sur 3 ans. “Nous sommes un facilitateur financier” assure le président du Crédit Mutuel Maine-Anjou, Basse-Normandie, Daniel Leroyer. “Nous sommes aux côtés des agriculteurs qui sont au service des autres. C’est aussi une de nos valeurs” conclut-il.
Cette convention pourrait être développée dans les autres départements de l’hexagone pour que le territoire soit couvert entièrement. Julien Marre en fera la promotion.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui