L'Agriculteur Normand 22 février 2012 à 10h22 | Par T.Guillemot

Initiative - La SAFER, AGRIAL et le Crédit Agricole cultivent leurs jardins familiaux

En recréant du lien, l’association “Cultures partagées” souhaite également magnifier l’acte de production et être acteur de l’aménagement du territoire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Daniel Epron et Nicole Gourmelon (Crédit Agricole), Jean-Pierre Fontaine et Stéphane Hamon (SAFER), Ludovic Spiers et Gilbert Herpe (AGRIAL) ont signé vendredi dernier une convention les liant au sein de l’association “Cultures partagées”. Un concept de jardins familiaux visant à rapprocher deux mondes tout en redonnant du sens à l’acte de production.
Daniel Epron et Nicole Gourmelon (Crédit Agricole), Jean-Pierre Fontaine et Stéphane Hamon (SAFER), Ludovic Spiers et Gilbert Herpe (AGRIAL) ont signé vendredi dernier une convention les liant au sein de l’association “Cultures partagées”. Un concept de jardins familiaux visant à rapprocher deux mondes tout en redonnant du sens à l’acte de production. - © TG
L’association “Cultures partagées” creuse son sillon.A sa tête la SAFER (avec pour père fondateur Jean-Pierre Fontaine son président ) épaulé par le Crédit Agricole Normandie et AGRIAL. Avec un budget de 180 000 e sur deux ans, l’objectif est de créer deux pôles de jardins familiaux par département.

Une forte demande
Caen comptabilise 450 jardins familiaux couvrant environ 14 ha. Mais dans la capitale régionale comme dans les autres agglomérations bas-normandes, l’offre ne suit pas le demande (80 dossiers en liste d’attente sur Hérouville-St-Clair-14 par exemple). Un bon point de départ pour “Cultures partagées” qui souhaite lever des fonds et coopérer avec les collectivités locales, les associations diverses, pour essaimer sur tout le territoire son concept.
Rien de lucratif dans cette démarche mais la volonté affichée “de tisser des liens, magnifier l’acte de production, être acteur de l’aménagement du territoire tout en répondant à une demande”, résume Jean-Pierre Fontaine.
Raccourcir la distance entre le producteur et le consommateur”, enchérit Gilbert Herpe, président d’AGRIAL, qui produit 500 000 t de légumes par an en France et à l’étranger.
Reste à trouver les terrains et à établir un règlement intérieur qui fera de ces lieux un espace de convivialité pour cultiver, au delà des légumes et fleurs, des relations humaines durables et terriennes.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui