L'Agriculteur Normand 19 septembre 2014 à 08h00 | Par T.Guillemot

Jean-Pierre Noret (journaliste spécialisé en machinisme agricole) : “Chaulieu est la référence des fêtes de l’ensilage à l’ancienne”

Spécialiste du journalisme dans le domaine de la machine agricole (ancienne et dernier cri), Jean-Pierre Noret était présent le 14 septembre dernier à Chaulieu. Sans flagornerie, il tire son chapeau à une manifestation qui a su s’imposer durablement dans le paysage du rétromachinisme.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

(© TG)

En tant que spécialiste de la machine agricole, que penses-tu de ce rendez-vous de Chaulieu?
Cette manifestation, on l’a couvre depuis le début et, à chaque fois, je suis surpris par l’affluence et la sympathie qu’elle génère. L’ensilage, dans des régions comme la mienne (Ndlr : Loiret), est assez méconnu, mais tout cela me replonge dans des souvenirs et me provoque même de l’émotion.

Tu parcours la France entière. Existe-t-il l’équivalent ailleurs ?
En terme d’ensilage, c’est essentiellement centralisé dans l’ouest. En moisson, on a bien évidemment le rétromoisson de Saint-Loup (Nièvre) à la mi-août qui est un grand rendez-vous avec, cette année, près de 70 moissonneuse-batteuses. Là aussi, ça évoque beaucoup de souvenirs. Je pense aussi aux démonstrations de labours avec différents matériels, c’est quelque chose qui plaît beaucoup. On pourrait, à terme, développer de nouveaux thèmes comme la récolte des betteraves... Dans toutes les régions, il y a eu des travaux qui ont nécessité de la mise en commun, de la peine, du labeur quoi ! Au final, ça crée des souvenirs et du lien.

Peut-on affirmer que Chaulieu est la référence nationale, voire internationale, de l’ensilage à l’ancienne ?
On peut le dire. On doit reconnaître à Rogatien Mortier d’avoir lancé le concept il y a un peu plus d’une dizaine d’années en Loire-Atlantique. Depuis, Rogatien est parti sur la moissonneuse-batteuse Braud et les machines de marque Huard, des marques régionales. Ici à Chaulieu, il ont su saisir la balle au bond quand il le fallait et amener des matériels intéressants et qui se renouvellent. Alors on a effectivement, ici, une référence avec des organisateurs très motivés et sympathiques.

Tu es fondateur et rédacteur en chef de Tracteurs Passion et Collection, c’est quoi le début de l’histoire ?
C’est comme toutes les histoires de passionnés. J’ai parcouru la France et bien d’autres pays comme journaliste en sports mécaniques. Je me suis aperçu qu’en Europe du Nord, aux Etats-Unis (...), il existait vraiment une passion pour les tracteurs alors qu’en France, on n’était qu’une poignée. J’ai donc ramené le concept. On l’a développé autour d’articles de presse. Puis on a fait une revue. Puis une plus grosse et aujourd’hui ce succès a fait boule de neige puisqu’il y a beaucoup de monde qui s’intéresse à ça. Que ce soient des livres, des vidéos... Voilà, ça date d’il y a une vingtaine d’années pour les premiers articles, d’une quinzaine d’années pour la presse magazine. Enfin, concernant ma passion, il y a 30 ans aujourd’hui que je suis collectionneur.

Ce créneau, c’est une niche dans laquelle s’est engouffré beaucoup de monde ?
A partir du moment où cela génère plusieurs milliers, voire dizaines de milliers, de personnes intéressées, je ne suis pas certain que l’on puisse encore parler de niche. En tout cas, c’est une prolongation de l’intérêt qui est porté au machinisme agricole et pas seulement aux vieux tracteurs puisqu’on s’intéresse aussi aux nouvelles machines. Cette passion génère l’intérêt pas seulement des agriculteurs, mais aussi celui des gens qui sont autour. Ça peut permettre d’amener une nouvelle catégorie de population vers le secteur de la machine agricole en manque de bras.

Tu revendiques un journalisme de terrain ?
Le profil de nos journalistes, c’est avant tout des passionnés qui viennent à ce genre de manifestation avec plaisir. On partage la même passion. Au fil du temps, ils sont même devenus plus des copains qu’autre chose.


Retrouvez l’univers de Jean-Pierre sur
www.GrosTracteursPassion.com


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui