L'Agriculteur Normand 28 février 2013 à 14h49 | Par V.Motin

Jersiaise - Ils ont fait le paris de la jersiaise

Six vaches ont participé au concours la jersiaise, au salon de l'agriculture. Un éleveur de l'Orne et un second de la Manche concourrait. Cette présence se veut aussi politique. Pour ses défenseurs, la race est pénalisée lors des calculs des chargement à l'hectare.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le paris de la Jersaise. © vm

La Jersiaise se fait rare, en Normandie comme au salon de l'agriculture. Six animaux ont eu droit à une heure de tour du grand. Le temps pour GAEC Olivier, originaire du Calvados, de remporter le titre de meilleure carrière. Leur vache a produit 9758 kg de lait, à 49,8 de TB et 38,4 de TA.

Autre élevage normand représenté  : le GAEC de la Haute-Folie. Emeraude remporte le titre de championne et de meilleure mamelle adulte.

Choix radical

Ces petites vaches ont un petit concours. Marc Dugay croit cependant en ce choix radical. Avec ses deux associés, ils ont vendu leurs Prim'Holstein pour ne racheter que des Jersiaises. «  C'était il y a 4 ans. Notre exploitation est située sur des périmètres de captages d'eau. Nous avons changé radicalement de système. La vache fait 450 kg maximum. Cette année, nous n'avons pas abimé une parcelle. C'est l'idéal pour sortir 10 mois dans l'année. Nous sommes presque sur un système Néo-Zélandais ». Finis les labours, place à l'extension et à l'agriculture biologique. Les 150 vaches de l'exploitation produisent 710 000 litres de lait par an.

A Paris, les élevages veulent participer à la promotion nationale et régionale de la race. Actuellement, 4600 animaux sont suivis par le contrôle laitier. Et même cette vache est originaire de Jersey, son berceau a migré dans le Maine-et-Loire. «  Nous n'hésitons pas à venir parler de cette race, car nous aimerions nous sentir moins seuls », souligne Marc Dugay.

Le GAEC Olivier (Calvados) prix d'excellence.
Le GAEC Olivier (Calvados) prix d'excellence. - © vm

Des vaches pénalisés par la réglementation

Ce choix radical sur le périmètre de Sainteny (50) a porté ses fruits. «  Nous voyons les effets tous les jours. Nous avons aujourd'hui les taux de nitrates les plus bas de la commune ». Pourtant, la réglementation risque de pénaliser cette ferme extensive. La race profite donc de Paris pour pratiquer le lobbying et transmettre des messages aux politiques. Emeraude pèse 380 kg et mange 30 % de fourrages de moins qu'une Prim'Holstein. Officiellement, elle compte pour un UGB. Le même UGB que le taureau limousin de 1,7 tonnes situé à quelques mètres d'elle, dans les allés du SIA. Conséquence  : le chargement dépasse les 1,15. A l'avenir, l'exploitation et son système herbager risquent d'être pénalisés pour des rejets d'azote trop élevés. Un vrai paradoxe.

Les performances du GAEC de la Haute-Folie

Taux moyens  : 55 de TP et 38 de TB.

150 000 cellules.

4800 litres de lait brut.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui