L'Agriculteur Normand 26 février 2014 à 08h00 | Par V. Motin

John deere - Bons numéros : 6115 un gain pour le tapis vert

Pour leurs 50 ans, les Etablissements Lebaudy ont mis en jeu un tracteur. Le John Deere 6115 a pris la direction d’une ferme du Calvados. Installés à Sainte-Honorine des Pertes, Agnès et Hervé Folliot produisent du lait sur une soixantaine d’hectares herbagers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 (© VM)  © VM  © VM  © VM  © VM

Le tirage au sort des Etablissements Lebaudy était ouvert aux acheteurs d’un tracteur neuf, entre les mois de juillet et de décembre. Agnès et Hervé Folliot
ont commandé leur machine le 27 décembre dernier. Le facteur chance a joué à plusieurs reprises. Paradoxe, c’est l’un des plus faibles puissance  de la gamme qui leur a permis de gagner le 6115. “On peut dire que le tirage au sort n’est pas truqué. Nous ne sommes pas un gros client des Etablissements Lebaudy. Nous avons acheté l’un des plus petits tracteurs de John Deere, avec 55 chevaux. Ce 5055 n’a qu’une seule option : 4 roues motrices. On l’a payé 30 000 euros avec le chargeur ! C’était presque la mise minimale pour participer au tirage au sort. Avec 137 bulletins, notre chance de gagner était infime”, sourit Hervé. La probabilité étant tellement faible, Agnès et Hervé n’avaient pas fait le long déplacement à Lonlay-l’Abbaye. Ils pensaient plus à la traite du lendemain qu’à la possibilité de gagner. “Nous nous étions excusés. On a donc appris cette bonne nouvelle à 23 h 30 par téléphone”.

Une ferme extensive
Frère et sœur ont repris la ferme familiale de 64 hectares. 44 vaches laitières y sont élevées. Ce modèle est adapté à leur ferme. A leur installation en 2009, ils ont opté pour l’agriculture biologique. “Nous sommes sur un modèle extensif. La ferme s’y prête bien. Ce type d’agriculture nous correspond : nous n’avons jamais été très forts sur les produits. Côté machinisme, nous n’avons donc pas de gros besoins. Pour les travaux plus lourds, nous faisons appel à l’entreprise”, explique la jeune agricultrice. “C’est finalement la tonne à lisier de la CUMA de 6 000 litres, qui demande le plus de puissance”, complète son frère.

Un seul tracteur neuf dans l’histoire
de l’exploitation
Agnès et Hervé représentent la troisième génération de Folliot, sur cette ferme de Saint-Honorine-des-Pertes. Le John Deere 5055 n’est que le deuxième tracteur neuf de l’histoire de l’exploitation. “Il remplace le vieux Renault acheté en 1985.  Deux tracteurs neufs d’un seul coup, nous ne sommes pas habitués”.
Remercier l’inséminateur
Gagner un tracteur tient finalement à peu de chose. Avant de commander le 5055, Agnès et Hervé observaient les petites annonces. “On n’a rien trouvé. La décote est plus faible sur les petites puissances. Nous nous sommes donc orientés vers le neuf”. C’est là qu’intervient indirectement l’inséminateur. “Le commercial de chez Lebaudy ne connaissait pas notre ferme. Il a suivi le véhicule de l’inséminateur et est arrivé dans la cour de notre ferme !”. Gagner un tracteur n’est donc pas une histoire de strass, mais sûrement de paillettes !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui