L'Agriculteur Normand 24 avril 2018 à 16h00 | Par Solène Lavenu

« L’élargissement de la zone de collecte pour le camembert AOP est une chance »

Devant une cinquantaine de personnes, l’association des éleveurs de Bovins de Race Normande du Calvados et l’OS Normande ont tenu leur assemblée générale à Le Theil-Bocage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © TG

« Je remercie les éleveurs qui ont fait le déplacement et tous ceux qui font la promotion de notre race tout au long de l’année. » C’est ainsi que le président de l’association des éleveurs de Bovins de Race Normande du Calvados, Denys Lereverend, ouvrait l’assemblée générale annuelle devant les adhérents. À l’ordre du jour, plusieurs points comme les performances de la race dans le département ou le bilan des concours et comices en race Normande. Sur ce dernier point, le succès de Thierry Mariette, nouvel adhérent, et de sa vache, Jura, à la foire internationale de Caen ont été saluées. « C’est très encourageant de voir la motivation de vous tous et de tous ces nouveaux éleveurs. Cela pousse à l’organisation ». Si l’intérêt des jeunes motive, le désengagement financier du Conseil Départemental énerve ! La subvention du Calvados est ainsi passée de 11 000 euros à 5 000. Un manque à gagner énorme pour l’association. Denys Lereverend rappelle que ça pourrait remettre en cause  le fonctionnement de l’association . « Les vaches Normandes font partie du patrimoine. Et je trouve inadmissible que le département supprime une partie de la subvention qui ne représente qu’un très faible pourcentage à leur budget, mais vraiment beaucoup pour nous ! »

Avoir 30 % de vaches normandes,
Point plus positif, l’élargissement de la zone de collecte du lait élargie à toute la Normandie, pour la fabrication du camembert de Normandie AOP.
« Une chance que les éleveurs doivent saisir ! » explique le président. « C’est une opportunité pour chacun d’augmenter le prix du lait, même si, bien sûr, la qualité doit être respectée. Mais la plupart des éleveurs respectent déjà le cahier des charges. » Parmi les obligations : avoir 30 % de vaches normandes, faire pâturer les animaux au moins six mois de l’année et bannir les OGM. Bertille Lebret des AOP fromagères de Normandie rappelait alors les quatre fromages AOP de Normandie et leur poids économique. Un discours motivant pour les éleveurs ! !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui