L'Agriculteur Normand 16 juillet 2015 à 08h00 | Par V.Motin

La clôture électrique est permanente

La clôture électrique permanente peut durer 20 ans. Le concept provient de Nouvelle-Zélande.La ferme expérimentale de la Blanche Maison l’a adoptée. Même si la pose semble simple, elle nécessite de la technicité. La démarche est accompagnée par Farago Manche-Calvados.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les poteaux sont en accacia. Ils sont placés tous les 15 métres environ. Un fil suffit, sauf pour l’élevage des génisses où deux rangés ont été installés.  (DR)
Les poteaux sont en accacia. Ils sont placés tous les 15 métres environ. Un fil suffit, sauf pour l’élevage des génisses où deux rangés ont été installés. (DR) - © vm

La clôture électrique s’implante durablement. Elle dépasse le caractère éphémère. En Nouvelle-Zélande, elle s’est imposée depuis plusieurs décennies. Dans l’hexagone, la pose d’une clôture est parfois négligée. Le sujet s’avère pourtant pointu. A la clé : des économies et du confort pour l’éleveur. Avec Farago Manche-Calvads (filiale des GDS), la ferme de la Blanche Maison a franchi le pas. Elle troque ses vieilles clôtures barbelées et électriques pour le concept allemand “Patura”. “Nous avons régulièrement des animaux qui sortaient.  Nous perdions donc du temps en mobilisant des salariés pour aller rechercher des animaux”, explique Laurent Clarys, directeur de l’exploitation expérimentale.

Le barbelé, qu’il est au passage interdit d’électrifier, n’empêche effectivement pas le contact mufle à mufle entre animaux de troupeaux différents mais situés dans des parcelles contigües. Même côté animaux sauvages, la fée électricité (sous conditions d’une bonne conductibilité, d’une bonne prise de terre et d’un électrificateur digne de ce nom) apporte plus de garanties.
Le barbelé, qu’il est au passage interdit d’électrifier, n’empêche effectivement pas le contact mufle à mufle entre animaux de troupeaux différents mais situés dans des parcelles contigües. Même côté animaux sauvages, la fée électricité (sous conditions d’une bonne conductibilité, d’une bonne prise de terre et d’un électrificateur digne de ce nom) apporte plus de garanties. - © vm

Clôture garantie 10 ans
Pour le convaincre d’investir, Farago Manche-Calvados lui a présenté une clôture électrique dont le fil, les isolateurs, les poteaux ou les tendeurs sont garantis 10 ans. “Une fois l’installation terminée, c’est propre. Le câble est bien tendu, les poteaux sont solides. L’investissement est à relativiser dans le temps”, estime le responsable de la Blanche Maison. 
La totalité du parcours des vaches laitières et des génisses est équipée. Soit une quinzaine d’hectares et 80 % des surfaces de pâturage. 14 kilomètres de clôtures permanentes électriques sont actuellement posés.
Un rang de clôture
Lors de l’installation de la clôture électrique Patura, les poteux sont espacés de 15 mètres, voire 20 mètres en ligne droite. “On a moins de poteaux, donc c’est deux fois moins cher qu’avec des barbelés. Surtout qu’un ou deux rangs de fils électrifiés suffisent”, détaille Olivier Erard, responsable de Farago Manche-Calvados.


100 kg de tension
Particularité du système, le fil mesure 2,5 mm de diamètre. Sa conception lui procure de l’élasticité.  Un tendeur et un ressort sont fixés tous les 200 ou 300 mètres.  De quoi permettre une tension de 100 kg. Olivier Erard compare l’installation à un ring de boxe. “Si un animal se frotte à la clôture, elle va bouger, mais revient toujours en position. Même chose si un arbre tombe dessus, le fil ne casse pas et reprend sa place une fois l’arbre coupé”. La clôture peut en effet résister à une charge de 700 kg”.

Une télécommande permet de couper 
l’électricité. 
Elle fait également office de détecteur de perte et conduit au court circuit.  Il suffit de placer l’outil sur le fil et de suivre les flèches. 
Ce détecteur de pertes est un voltmètre numérique équipé  d’un ampèremètre  qui indique la tension de la clôture, l’intensité et le sens du courant.
Une télécommande permet de couper l’électricité. Elle fait également office de détecteur de perte et conduit au court circuit. Il suffit de placer l’outil sur le fil et de suivre les flèches. Ce détecteur de pertes est un voltmètre numérique équipé d’un ampèremètre qui indique la tension de la clôture, l’intensité et le sens du courant. - © vm

Un électrificateur adapté
“Il faut surtout adapter l’electrificateur en fonction de la surface à couvrir. Dans les fermes, on remarque que l’électrifcateur est souvent sous-dimensionné, avec une puissance de 4 ou 5 joules. Il faudrait plutôt 15”, souligne Olivier Erard.
Autre point crucial : la prise de terre. Elle récupére le courant qu’une vache envoie dans le sol en touchant e fil électrique. “Même à 3 ou 4 km de l’électrificateur, la prise de terre a un rôle primordial pour disposer d’un cicrcuit électrique bouclé. On a 95 % des exploitations qui ont des prises de terre trop faibles”, souligne Cyril Richard, représentant de la société Patura.
Pour un poste de 15 joules, 20 m de prise de terre sont théoriquement nécessaires. A la Blanche Maison, une solution alternative est utilisé. Les piquets de terre y ont été enfoncés dans de la bentonite, constitué d’argile et de sel. “L’humidité permet alors d’attirer le courant. Le retour est alors 10 fois plus efficace”.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui