L'Agriculteur Normand 14 février 2018 à 10h00 | Par Sandrine Bossière

Lacta Traite - Lacta Proflex: un nouveau bâtiment de 675 m2

Lacta Traite et Lacta Proflex, deux noms qui ne forment plus qu’une seule entreprise gérée par la famille Barbé. Spécialisées respectivement dans la salle de traite et dans la robotique, les deux entreprises continuent leur développement en investissant sur le site un nouveau bâtiment de plus de 675 m2.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite, Philippe et Caroline Barbé fondateurs de Lacta Traite, Alexandre et Charlène Barbé créateurs de Lacta Proflex. DR
De gauche à droite, Philippe et Caroline Barbé fondateurs de Lacta Traite, Alexandre et Charlène Barbé créateurs de Lacta Proflex. DR - © SB

l Philippe Barbé s’est posé au carrefour des Biards, désormais à quelques encablures de l’autoroute, dans une zone artisanale, en 1995. Un endroit stratégique dans une zone d’élevage. Sa spécialité : la machine à traire. Il a pratiquement réalisé toute sa carrière professionnelle dans ce domaine. « En 40 ans d’expérience, j’ai passé 38 ans dans la machine à traire », se rappelle-t-il. Sorti du lycée agricole de Saint-Hilaire-du-Harcoët, il avait le choix entre représentant en motoculture ou en machine à traire. Il a choisi la dernière option. Une formation en électricité en plus, et il était opérationnel. « J’ai démarré comme monteur », se souvient-il. Et quand l’entreprise dans laquelle il était employé a déposé le bilan, il a franchi le pas. « Je me suis installé le 7 avril 1992 », rappelle le chef d’entreprise, toujours comme concessionnaire de la marque BouMatic, et ce depuis 28 ans.

Le fils dans la robotique
Dans ses pas, son fils, Alexandre, passionné par l’élevage également et l’automatisation. Après son BTS maintenance industrielle en alternance et une expérience chez des concurrents, il s’est rapproché de son père, mais en créant en 2008 Lacta Proflex, spécialisé dans la robotique. Un nom associant l’aspect professionnel et flexibilité. Deux termes qui ont de l’importance pour Alexandre Barbé. « Notre rôle est que le client soit satisfait, qu’on lui apporte une solution adaptée à son système, qu’il puisse le faire évoluer », indique le jeune entrepreneur.

Sécuriser la clientèle
Le père et le fils étant sur la même longueur d’onde et animés par la même envie d’entreprendre, les deux sociétés ont donc fusionné en 2015, soit 20 ans après que Philippe se soit installé aux Biards. A la tête d’une équipe d’une trentaine de salariés, épaulés par leur épouse respective, Caroline et Charlène, Philippe et Alexandre ont voulu « sécuriser la clientèle », toujours en travaillant avec les mêmes fournisseurs, notamment BouMatic. « Une bonne marque sans service et sans concession n’est rien », assurent-ils. La fusion de leur entreprise s’est matérialisée dernièrement par une extension d’un nouveau bâtiment de 675 m2 portant la surface autour de 1 000 m2. L’ancien bâtiment sert de stockage et notamment du matériel d’occasion qui est remis sur pied sur le site des Biards.


Trois crises
Depuis son installation, Philippe Barbé a connu quelques crises dans le monde de l’élevage. Cela a commencé en 1982 avec l’arrivée des quotas, celle de 2009 et de 2015. Il aurait pu croire que celle de 2009 aurait été « une sonnette d’alarme. » Même si Lacta traite et Lacta Proflex avaient fait leurs preuves dans le secteur, ils avouent que le commerce était plus difficile les six premiers mois de l’année 2016. Depuis, les projets reviennent. « Notre carnet est bien fourni », assure Alexandre Barbé. « Et les jeunes agriculteurs sont motivés », rassure le père. Si les équipes sillonnent le sud Manche, jusqu’aux portes de Caen et le nord Mayenne pour l’activité salle de traite, pour la robotique, la zone est élargie à l’ex Basse-Normandie, nord Mayenne et nord Côtes-d’Armor. 
Désormais, la passation entre le père, Philippe âgé de 59 ans, et le fils, Alexandre, se fait en douceur. « Même si nous avons un plus grand nombre de clients à servir, nous voulons rester proches d’eux et de notre personnel », souligne le jeune chef d’entreprise, épaulée par son épouse, Charlène.

Porte ouverte le 16 février
Lacta traite et Lacta Proflex travaillent ainsi dans les systèmes de traite (robots, roto, salle de traite arrière, salle de traite en épis), dans les systèmes d’alimentation (robots, repousse fourrage, stockage, DAC…), les techniques du lisier ou encore dans l’aménagement de bâtiment.
Le 16 février prochain, au Earl du Domaine Peignon, Lacta Traite et Lacta Proflex seront présents. Un Gaec où un robot de traite double stalle est installé. Et avec leur fournisseur Bioret Agri, le nouveau tapis de circulation Magellan sera mis en valeur. Rendez-vous de 11 h à 17 h au Domaine, à Sainte-Marie-du-Bois.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui