L'Agriculteur Normand 07 juin 2017 à 08h00 | Par T.Guillemot

Le GDS de la Manche en veille sur le Brexit

Avec le Brexit, Cherbourg redevient une frontière naturelle. «Comme nous connaissons la rigueur sanitaire britannique, lance avec un brin de malice Hervé Marie, président du GDS 50, nos yeux sont rivés sur le port».

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La semaine dernière, 12 foyers de FCO ont été notifiés. Le nombre total s'élève à 2379 depuis septembre 2015 (dont 2086 depuis juillet 2016).Les foyers dans les départements de l'Ain (01), du Lot (46), de la Sarthe (72), de la Seine-Maritime (76), et des Vosges (88) ont été mis en évidence dans le cadre de la surveillance sentinelle, la réalisation de celle-ci devenant de plus en plus difficile en raison de la défection des éleveurs volontaires. Deux foyers en Mayenne ont été mis en évidence dan
La semaine dernière, 12 foyers de FCO ont été notifiés. Le nombre total s'élève à 2379 depuis septembre 2015 (dont 2086 depuis juillet 2016).Les foyers dans les départements de l'Ain (01), du Lot (46), de la Sarthe (72), de la Seine-Maritime (76), et des Vosges (88) ont été mis en évidence dans le cadre de la surveillance sentinelle, la réalisation de celle-ci devenant de plus en plus difficile en raison de la défection des éleveurs volontaires. Deux foyers en Mayenne ont été mis en évidence dan - © DR

L’assemblée générale du GDS 50 se tient vendredi à Tessy-Bocage sans le représentant de l’Etat pour cause d’obligation de réserve à la veille des élections législatives. Dommage parce que son président avait quelques messages à lui faire passer notamment concernant la nouvelle donne européenne avec la sortie des Britanniques. «On se souvient de l’épisode de la vache folle. Les éleveurs français en ont fait les frais et l’UE n’a plus de regard sanitaire sur les pratiques d’outre-Manche», s’inquiète Hervé Marie.

Autour du thème de la biosécurité
Au-delà de cet épisode, le thème central des travaux tournera autour de la biosécurité. «C’est quelque chose que l’on doit prendre en considération pour nos élevages mais aussi vis-à-vis du grand public», insiste Hervé Marie. Le dossier paratuberculose, thème central des réunions hivernales qui ont connu une participation en hausse de 12 %, sera également ouvert. «Les éleveurs sont très réceptifs sur le sujet et notre plan de charge paratuberculose monte en puissance».

Un maillage véto à préserver
Evoqué en avant-première au SIA (Salon International de l’Agriculture), le maillage vétérinaire dans le premier département laitier français fait également l’objet de toutes les attentions. «Il faut y veiller. En période de crise, le sanitaire ne devient plus prioritaire alors que la santé animale est la base de tout, insiste Hervé Marie. C’est pourquoi nous réfléchissons depuis plusieurs mois à la mise en place d’un système de contractualisation éleveurs/GDS/vétérinaires. Nous allons y travailler cet été pour proposer quelque chose en septembre.» Cette contractualisation pourrait prendre la forme de visites régulières d’information et de prévention sur divers thèmes: reproduction, santé des veaux, alimentation des laitières... «Une formule souple et adaptée, un peu le couteau suisse de l’éleveur. Rien ne sera imposé, tout sera proposé».

Le GDS en chiffres :
-10 000 adhérents

- 779 000 bovins

- 340 000 porcins

- 53 000 ovins

1990 caprins

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui