L'Agriculteur Normand 05 juin 2019 à 11h00 | Par D. Briand

PRAIRIALES Le marché de producteurs redonne des couleurs à Saint-Jean-le-Blanc

A Saint-Jean-le-Blanc (14), vingt-cinq producteurs se sont regroupés pour ouvrir un marché hebdomadaire. Ils ont choisi d’impliquer les habitants dans leur démarche. En à peine deux ans, l’association Bio en Druance compte une centaine d’adhérents. Au-delà de la valorisation économique des productions, c’est surtout du lien social que le marché apporte au village.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Vendredi, 18h, à Saint-Jean-le-Blanc, c’est le rush près de la place centrale. Face à la poste, une petite maison de bourg aux fenêtres à petits carreaux. Le pépiement des discussions et les cris des enfants qui sautent sur les marches intriguent le visiteur. A travers la porte, le va et vient d’habitants portant des cagettes et le comptoir réfrigéré le rassurent, c’est bien le marché de producteurs. Dans une armoire, des vins côtoient du poiré, des bières et de la clairette de Die. Sur des tables, du pain, des œufs, des gâteaux, des bonbons et des épices s’offrent à notre porte-monnaie.

 

Habitants et producteurs

Ici, les producteurs vendent leurs produits, aidés par quelques-uns des 80 adhérents de l’association Bio en Druance. A tour de rôle.

Depuis six ans, les producteurs bio de Saint-Jean-le-Blanc – commune associée entre-temps à Lassy et Saint-Vigor-des-Mézerets pour devenir Terres de Druance - organisent un marché festif en septembre. Fin 2017, ils décident d’aller plus loin et de le rendre hebdomadaire. La mairie leur alloue un local. Pour inciter des habitants à les rejoindre, ils organisent des réunions publiques. « On a voulu que ce soit un projet commun, que les personnes en face s’y retrouvent aussi. On a nos contraintes et nos exigences et il fallait qu’on comprenne les leurs », se souvient Céline, productrice de fruits rouges, qu’elle transforme.

 

Du lien social

Le marché ne constitue pas le débouché principal pour les producteurs. Sandrine, éleveuse à Vassy, estime que la vente hebdomadaire « n’est pas négligeable, mais c’est la vie de l’association qui est extra, ça ne change pas mon chiffre ». Pour Stéphane, éleveur de volailles et viande bovine, il s’agit de « faire parler de notre métier ». Et c’est l’un des attraits de ce rendez-vous. Charlotte est venue s’installer à Saint-Jean « par rapport à la dynamique du village, à travers le marché de septembre. » Arrivée au moment de la création de l’association, elle y prend part et devient secrétaire. Aujourd’hui, elle y fait quasiment toutes ses courses. Sa motivation est de manger bio et local, ce qu’elle faisait déjà auparavant en achetant dans des magasins spécialisés. « Le marché permet de rencontrer les producteurs, c’est un moment convivial où on échange ensemble. »

Au village Stratégie des Prairiales du Pin, le 13 juin, ils raconteront leur expérience.

Le local a été décoré par Marion, artiste-peintre de Vassy. Cette fresque collective a été réalisée sous sa houlette par les habitants de la commune nouvelle Terres de Druance (Lassy, Saint-Jean-le-Blanc et Saint-Vigor-des-Mézerets).
Le local a été décoré par Marion, artiste-peintre de Vassy. Cette fresque collective a été réalisée sous sa houlette par les habitants de la commune nouvelle Terres de Druance (Lassy, Saint-Jean-le-Blanc et Saint-Vigor-des-Mézerets). - © DB

Logiciel gratuit pour les groupements d’achat

Spécialement conçu pour les Amap et les groupements d’achat, le logiciel libre de droit cagette.net permet de gérer les commandes, de planifier les distributions, d’attribuer les produits et de réaliser des mailings. Créé en 2013 par un membre d’une Amap de Bordeaux, il est hébergé gratuitement et n’occasionne donc aucun coût.

Jean-Christophe Aguinet est élu à la Chambre d’agriculture de Normandie +photo
Jean-Christophe Aguinet est élu à la Chambre d’agriculture de Normandie +photo - © DB

Le village stratégie

Jean-Christophe Aguinet est élu à la Chambre d’agriculture de Normandie

Pourquoi un pôle dédié à la stratégie dans cette nouvelle édition ?

Pour signifier l’importance de l’anticipation et permettre aux éleveurs d’affiner leurs choix.

Des conseillers et des experts seront présents pour les aider à trouver des pistes pour adapter leur système face aux multiples changements.

Sur quoi les ateliers vont-ils porter ?

Par exemple : quel type de vache est plus adaptée pour mon système ? Faut-il produire plus de lait par vache ou posséder plus de bêtes ? Dois-je maximiser mon pâturage ? Quel système peut rendre mon élevage laitier plus résilient ? Les cultures peuvent-elles être une solution ?

Qui dit adaptation, dit aussi organisation du travail et qualité de vie. Nous évoquerons des solutions pour travailler différemment grâce au numérique et à l’intelligence collective qui sont désormais à notre portée ; concurrence entre alimentation animale et alimentation humaine, où en sommes nous ?

Nous verrons des stratégies innovantes en termes de valorisation des produits : par exemple, des producteurs qui se regroupent pour mieux vendre leurs produits dans un espace de vente ou encore des agriculteurs qui proposent une démarche de lait différencié etc.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui