L'Agriculteur Normand 04 février 2015 à 08h00 | Par e.charon

Les producteurs de porcs manifestent à Saint-Lô

Une dizaine de producteurs a débarqué, mercredi matin, chez Leclerc, en périphérie de Saint-Lô pour « sticker » le rayon charcuterie. « Nous n’en pouvons plus. Les grandes surfaces ne privilégient pas la viande française. En attendant, nous perdons 25€ par porc. Pour une exploitation avec 200 truies, c’est 100 000€ en moins par an ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les raisons de la colère © ec

« La situation des producteurs de porcs est catastrophique. Les éleveurs font face à des problèmes de trésorerie majeurs depuis la flambée des matières premières de 2007-2008, sans réelle bonne année pour compenser les pertes » explique Thierry Lefranc, président de la section FDSEA 50. « Actuellement, les coûts de production sont nettement supérieurs aux prix de vente : le prix payé au producteur s’établit autour de 1,22 €/kg quand le coût de production tourne en spot autour de 1,51 €/kg carcasse. Il manque près de 30 cts/kg ! Plus de 25 € de perte par cochon produit. La baisse qui se poursuit au cadran est un désastre et même si de très récentes annonces laissent entendre que le marché russe pourrait se rouvrir rapidement aux graisses et abats porcins, et redonner ainsi un peu d’oxygène sur le marché, il faut poursuivre le combat engagé sur l’étiquetage de l’origine pour informer le consommateur et sur le «Manger Français» pour un vrai redressement du cours du porc et la préservation des emplois liés à la filière sur notre territoire ».

De son côté Jean-Michel Hamel, secrétaire général de la FDSEA, indique, « trop de produits de charcuterie notamment restent non identifiés dans les rayons des grandes surfaces en dépit d’un accord interprofessionnel volontaire existant en porc depuis fin 2010. En outre, alors que la démarche « Viandes de France » a été lancée en février 2014, certaines Marques Nationales n’appliquent pas ou peu le logo « Le Porc Français » ou « VPF », ce qui laisse supposer un manque de patriotisme économique de la part de ces entreprises, et certainement des importations à moindre coût. Cela n’aide pas à un vrai redressement des cours ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui