L'Agriculteur Normand 26 janvier 2012 à 11h23 | Par V.Motin

Lin - La dernière de Philippe Pagny

Moment fort, Philippe Pagny a présidé sa dernière assemblée générale de la coopérative de Cagny. L’homme a passé 17 ans à la tête du teillage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En conclusion de l’assemblée générale, les coopérateurs ont rendu hommage à Philippe Pagny et son épouse.  (DR)
En conclusion de l’assemblée générale, les coopérateurs ont rendu hommage à Philippe Pagny et son épouse. (DR) - © VM
Philippe Pagny vit avec la coopérative de Cagny depuis 40 ans. “J’en ai presque fait ma maîtresse”, sourit-il. L’homme se révèle un fidèle liniculteur. Devenu adhérent en 1971, il entre au conseil d’administration en 1975. Philippe Pagny prend finalement la présidence de la coopérative en 1995. “Je suis aujourd’hui fier de passer le flambeau. Solidarité, équité, transparence, performance collective : je sais que mon successeur fera vivre les valeurs de la coopérative”.

L’avenir en bleu
Philippe Pagny a planifié son départ. Il invite aujourd’hui les coopérateurs à voir l’avenir en bleu. “La fleur bleue demeure pour nous emblématique. Le bleu représente aussi la couleur de l’horizon. Le lin est ambitieux”. Pourtant, le quotidien d’une entreprise n’est pas toujours rose. Par la pensée, l’homme passait 80 % de son temps à la coopérative. Des insomnies, Philippe Pagny en avoue. “2 ans avant mon arrivée à la présidence, la coopérative a subi un contrôle fiscal. J’ai dû monter à Bercy, au ministère des finances pour nous défendre. Ensuite, j’ai mis fin à certains partenariats, comme Unilin ou France Lin. Plus récemment, nous avons réussi à trouver un repreneur pour Technilin”. Présider une coopérative linière impose d’avoir la fibre. “Quand je rentre dans un champ de lin, je frémis. J’aime caresser les vagues de fleurs bleues”. Ces instants parfois banals intègrent une longue liste de bons souvenirs.

“Parler conjoncture dans le petit bureau mal éclairé”
Emmanuel Frimout, le vice-président, se souvient ainsi d’un homme “marchant d’un pas  lent et rassurant au milieu du teillage”. Et d’ajouter : “tu ne seras plus là dans ton petit bureau mal éclairé à caresser la filasse et discuter marché, prix et conjoncture”.
Une page de la coopérative se tourne. Philippe Pagny a vu ce teillage évoluer. “J’ai senti un vrai changement depuis l’an 2000”. Le géant chinois s’est éveillé. “À ce titre, mon voyage en Chine, accompagné par un courtier du pays, m’a particulièrement marqué”, résume le liniculteur. Terre-à-terre, il sait déjà que “l’atmosphère du teillage lui manquera. Quand j’ai pris la présidence, j’avais sous-estimé la lourdeur de la tâche. Aujourd’hui, j’adresse tous mes encouragements à mon successeur”.

Les coopérateurs répondent
à hauteur de leurs engagements

 

En octobre, les responsables de la coopérative ont demandé à leurs adhérents de s’engager à hauteur de leur capital social. Suite à cette sollicitation, les liniculteurs semblent répondre présents. Les prévisions d’emblavement ont progressé de 4 à 5 %. “On arrive au niveau de l’an dernier. C’est bien car le niveau de stock est extrêmement bas. Les prix actuels laissent augurer de bonnes perspectives pour 2012”, atteste Philippe Pagny.
Le teillage de la récolte 2010 s’est terminé le 13 octobre 2011. La coopérative a travaillé 73 951 qx. La cadence moyenne horaire atteint 47,88 qx contre 49,56 qx/heure pour la campagne précédente. Le poids moyen de paille à l’hectare est de 62,66 Qx, soit 17,64 Qx de moins que l’année précédente. Au final,   la recette moyenne à l’hectare s’établit à 2 619 € (hors DPU), contre 2577 € en 2009.
Pour 2011, les coopérateurs ont engagé 1496 hectares. Soit une augmentation de 8,51 %. “Mais, nous avons recensé plus de 300 hectares détruits. Le teillage s’adapte. Avec des faibles rendements paille, les heures de teillage ont été réduites. Nous sommes passés de 45 heures à 36 heures semaine. Un chômage partiel est également mis en place depuis le 1er décembre et jusqu’au 29 février”.

 

Moyenne des 10 meilleures recettes : 3871 €
Moyenne des 10 recettes les plus basses : 1274 €.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui