L'Agriculteur Normand 14 mars 2017 à 08h00 | Par V. Motin

Machinisme : un peu plus gros, vraiment plus cher ?

Le réseau CUMA s'est intéressé au prix du matériel agricole. Cours du métal, évolution technique et réglementaire, inflation : plusieurs facteurs ont été croisés. Cette réflexion s'inscrit dans une volonté de dresser « une stratégie d'achat gagnant ». Au-delà des prix, la question du financement se pose également.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © VM

« Stratégie d'achat gagnant ». Tel était le thème de l'assemblée générale de la Fédération des CUMA de Basse-Normandie. Au moment de renouveler un matériel agricole, la question devient lancinante. Le prix des machines augmente-t-il encore et encore ? Stéphane Chapuis, chargé de mission agroéquipement à la FNCUMA, a étudié le phénomène. Il a croisé plusieurs sources et dispose de statistiques conséquentes grâce au parc matériel de 8 000 CUMA.

Hausse plus forte que le coût de la vie
Première indication, l'indice IPAMPA s'intéresse notamment au matériel agricole. Le coût de la vie a augmenté de 1,60 % en 10 ans. Sur la même période, le prix d'achat du matériel est en hausse de 2,38 %. « Nous pensions être plus hauts », indique Stéphane Chapuis.
Autre élément de comparaison : 4 500 tracteurs achetés par des CUMA au cours des 15 ans dernières années. Les prix ont augmenté de 70 %, soit 6 à 7 % par an. Les nouvelles normes environnementales sur les moteurs et les nouvelles technologies expliquent principalement cette tendance haussière. Une étude menée dans l'Aveyron montre également que le tonnage des épandeurs est en hausse de 10 à 15 % en une décennie. Les prix ont, eux, grimpé de 66 % soit 5 à 7 %.

Du matériel agricole plus gros
Les capacités plus importantes des matériels expliquent en grande partie le phénomène. « En 20 ans, la largeur moyenne d'une faucheuse a gagné 50 cm », souligne Stéphane Chapuis. Les andaineurs ont cru de 2 mètres de large. « Aujourd'hui plus de la moitié du parc est constituée de machines avec double rotor ». Autre exemple : les ensileuses ont affiché en moyenne 5 chevaux par an. Les télescopiques sont aussi fortement haussier. « Nous constatons que les nouvelles normes anti-basculement ont poussé les CUMA à changer de gamme ». Enfin, les remorques ont augmenté. Pourtant, le prix de l'acier est resté stable sur 10 ans. « Mais le type d'acier a changé, les exigences sur le poids à vide des bennes sont plus fortes. De plus la technique a évolué sur les pneus ou le freinage ».

Moissonneuse-batteuse : des prix liés au blé
Le cas des moissonneuses-batteuses est partiellement un contre-exemple. L'alourdissement de la facture est beaucoup plus irrégulier. Un décrochage a été ressenti en 2008-2009-2010. Il doit être mis en corrélation avec les cours mondiaux du blé. Quand les marchés du blé sont en tension, les prix des batteuses s'en ressentent. De quoi relativiser certaines hausses …

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui