L'Agriculteur Normand 03 janvier 2012 à 10h43 | Par e.charon

Manche - Chambre d'Agriculture : mise en place d'un observatoire des prix

Au chapitre de cette session se déroulant le 23 décembre dernier, à laquelle assistait le nouveau Préfet, Adolphe Colrat, les comptes de la ferme « France ». Le revenu moyen s’élèverait à 30200 euros, soit -3,6% par rapport à 2010. En cause la volatilité des marchés enregistrées notamment en aboriculture (-9,5%), légumes (-12,5%) ou encore maïs (-9,5%). Pour d’autres filières, les prix se sont orientés à la hausse avec pourtant un problème, la hausse des intrants. Rémi Bailhache lâche, « Elle plombe le revenu, même chez les producteurs laitiers ou bovins. On constate aussi une hausse des charges en général ». Du coup, avec les CRDA, la Chambre d’Agriculture veut mettre en place un observatoire des prix « sur les fermes »

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Rémi Bailhache indique la courbe de progression de la forte augmentation des intrants, mais aussi des charges. "Surveillons-les par l'intermédiaire d'un observatoire des prix.
Rémi Bailhache indique la courbe de progression de la forte augmentation des intrants, mais aussi des charges. "Surveillons-les par l'intermédiaire d'un observatoire des prix. - © ec
Sur la crête des 130 installations en DJA, la Manche pointe en tête des départements français (moyenne nationale 80/an) en la matière. Pas question de se relâcher indique Rémi Bailhache, « nous poursuivons notre stratégie : accompagner non seulement les candidats à l’installation mais aussi les cédants ». Il est vrai que la CDAM 50 a élargi ses horizons, avec l’absorption, l’année dernière, d’une partie des services de l’ADASEA. « Globalement, le nouveau service nous permet d’apporter plus de cohérence dans les différentes étapes, tout en proposant une gamme plus complète sur les leviers de transmission”. 2011 a donc vu 128 jeunes s’installer (le département était tombé à en dessous des 100 en 2009); logique le prix du lait se tient bien. La Chambre vise désormais une moyenne de 120 exploitations/an (toutes productions confondues). « A ce rythme, on renouvelle quasiment les générations sur une durée de 40 ans avec près de 4800 exploitations professionnelles ».
ComptesAutres comptes, plus proches ceux-ci, ceux du budget primitif « Chambre » 2012. « Nous avons défini  huit orientations stratégiques parmi lesquelles figure la préservation du foncier et la structuration des filières alimentaires et non alimentaires en maintenant l’emploi dans le système agricole tout en réduisant les charges des exploitations ». Autre axe, important par les temps qui courent, la maîtrise de la consommation d’énergie et le développement des énergies renouvelables. Côté chiffre, le budget global de fonctionnement s’établit à 9 183 000 euros, soit une hausse de 6,6%. Un budget établi en tenant compte d’une « augmentation volontariste des prestations de service (+10%). Logique là aussi, puisque les subventions publiques diminuent une fois de

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Normand se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui